BAUXITE – DES EXCES ET ON CONTINU.

13 Jan

L’affaire lilloise du nouveau sous-préfet d’Aix-en-Provence.

ENQUÊTEpar Jacques Trentesaux (Mediacités)le 11 Jan 202117

Publication du 12/01/2021 chez Marsactu.

Bruno Cassette est devenu sous-préfet d’Aix-en-Provence le 5 janvier. Une nouvelle affectation après son passage à la métropole de Lille qui lui vaut d’être une des cibles d’une enquête pénale pour détournements de fonds publics, prise illégale d’intérêts et favoritisme. Un article de notre partenaire Mediacités Lille.

Nota : Cassette et finance cela ne s’invente pas.

BAUXITE GARDANNE. LA POSITION D’UCL.

10 Jan

L’élection présidentielle en France de 2022 est à l’évidence dans toutes les têtes.

UMS Guinée aura à prendre une décision à ce terme et quelque soit l’élu. Un investissement « politique entre amis » pour 2022.

Des pertes chroniques depuis 2004 à 2018 plus de 150 millions d’euros de pertes cumulées, à suivre à partir de 2021…

Nous attendrons la publication des comptes sociaux de 2021 rendus publics en juin 2022 afin de scruter la réalisation des engagements pris par UMS Guinée. Dans l’intervalle nous serons en pose d’observations sauf évènements majeurs.

Nous pourrons ainsi nous exprimer dans la clarté et laisser le temps au repreneur de mettre en œuvre les conditions et modalités de sa production, le résultat des modifications annoncées permettant de rentabiliser le plan de continuation déposé et ses modalités ?

UCL remercie 31 917 fidèles lecteurs de ce blog à fin décembre 2020 ainsi que plus de 30 000 lecteurs sur mon blog chez Mediapart. Nous n’abandonnons en rien nos principes d’alertes.

Notre expérience et le professionnalisme de quelques un des membres seront toujours en éveil durant cette période d’observation.

Michel Mazzoleni Représentant Union Calanques Littoral à la Commission de Suivi.

BAUXITE GARDANNE – UNE PAGE SE TOURNE – L’AVENIR INCERTAIN.

9 Jan

DEFICIENCE DE TRANSPARENCE ENGENDRE L’ABSENCE DE CONFIANCE.

                               UMS LA STRATEGIE ET APRES ?

LES LOIS SONT UTILES A CEUX QUI POSSEDENT ET NUISIBLES A CEUX QUI SUBISSENT (JJ Rousseau).

Nos objectifs prioritaires de long terme : sauvegarde de l’emploi et indépendance nationale, productions d’avenir avec la création d’un Pôle Alumine moderne.

Les inconséquences et le laisser aller des services de l’Etat dans le suivi de l’usine de Gardanne allié à une gestion chaotique et d’un manque de rentabilité chronique de l’entreprise ont mené au dépôt de bilan d’Alteo du 12/12/2019 et ne l’oublions pas avec à la manœuvre Rio Tinto Alcan.

Le comportement inexcusable et inqualifiable des autorités à l’égard des membres de la Commission de Suivi du 06/12/2019 avec l’état-major d’Altéo tous savaient que le dépôt de bilan était acté, ils ont gardé le silence.

                          Comment faire confiance ?

Tribunal de Commerce Marseille 07/01/2021, attribution UMS Guinée :

Conditions et modalités du plan de continuation, nomination d’un commissaire à l’exécution du plan durée de 10 ans. Nous serons attentifs sur le contenu.

Un seul repreneur en lice, le résultat d’interférences politiques des Républiques de Guinée et de France afin de privilégier le consortium USM/ SMB Winning.

Ce qui a été annoncé à la barre du tribunal de Commerce le 10/12/2020 :

  • Prix de cession 200 001 euros. Offre avec SMB-Winning.
  • Fourniture du minerai de bauxite pour une période de 18 à 24 mois par Rio Tinto Alcan.
  • Abandon du rouge sous 2 ans, une annonce qui « flatte ».
  • Approvisionnement en hydrate d’alumine après cette période.
    • Aucune information sur les fournisseurs en Europe, le mode d’acheminement rail, route, notre évaluation à 400 000 t.
    • Modalités de reconversion de l’usine du rouge à l’hydrate.
  • Augmentation de la capacité de production sans analyse des risques.
  • Démantèlement et dépollution du site de mangegarri à l’issue.
  • Informations sur le business plan à 3 ans déposé aux greffes.
  • Audit environnemental.

Serions-nous pris pour des benêts ? Un culot confondant typique des officines de propagande dont le métier est d’instiller l’art du double langage.

  • Hydrate d’alumine en provenance d’Europe, sans aucune précision.
  • Absence de conséquences environnementales mais pour le passé la promesse d’un audit sans précisions de l’étendue et de la nature.
  • L’usine de Gardanne maitrise et connait parfaitement le process de l’alumine de haute pureté entrée dans le domaine publique avec le Bayer.
    • Technologies, archives, plans, sont en accès libres.
      • Le patrimoine de Gardanne ne figurant pas dans l’actif, libre de licence le savoir-faire ouvrier présente un grand intérêt.
  • Bilan station Veolia, CO2 et biologique mise en service Aout 2020.
    • Aucune connaissance des analyses scientifiques à ce jour.

Les solutions présentées pour Gardanne permettent à UMS de patienter n’étant pas prêt à remplir ses engagements en Guinée.

Repreneur UMS associé au consortium SMB/Winning :

Notre ministre de l’économie et des finances Mr. Bruno Lemaire déclare : « si une entreprise a son siège fiscal et des filiales dans un paradis fiscal, elle ne pourra pas bénéficier des aides de trésoreries de l’Etat. »

Du travail M. le ministre en perspective afin de suivre les ramifications et agir.

Vous pourrez vous familialiser via votre moteur de recherches avec les futurs dirigeants, M. F. Wazni et M. A. Moscatello.

Le groupe Bolloré a investi de longue date en Guinée, bauxite, concession portuaire, mine fer de Simandou, affaires et relations partenaire de F. Wazni Présidents de SMB – UMS et de SDV Guinée, (Scac Delmas Vieljeux).

Le consortium fondé en 2014 : SMB – Winning regroupe 4 partenaires actifs :

  • Winning shipping, armateur de Singapour de premier plan.
  • UMS, transports et logistique française présente en Guinée depuis 20 ans.
    • Actionnaire unique :
      • Lanister investissements LTD enregistrés aux Iles Vierges Britannique. Détenus par Shanklin Holding LTD immatriculé aux Seychelles et contrôle par Fadi Wazni.
  • Shandong Weiqiao, société chinoise, leader dans la production d’aluminium, 160 000 salariés.
  • Groupe Yantai port, chine ville de Shandong.
  • République de Guinée à hauteur de 10 %.

Emploi 9000 salariés, gère 2 terminaux fluviaux, production de 36 millions de tonnes de bauxite en 2018.

Tous trois sont Co actionnaires de la Société Minière de Boké (SMB) avec un reliquat de 10 % pour la République de Guinée.

Concurrente de CBG, l’état Guinéen détient aussi 49 % et Rio Tinto Alcan ainsi que DADCO 20 % chacun et Alcoa 10 %.

Le consortium s’adjoint les meilleurs cabinets de conseils :

  • Conseils en engineering :
    • Louis Berger. Entreprise américaine mondialement reconnue
  • Cabinet d’avocats parisiens :
    • Auguste Debouzy.
    • Audit environnement :
      •  SEES Guiné

Soyons clair ce groupement de 3 entreprises mondiales disposant des moyens financiers lui permettent d’assurer sa stratégie y compris pour une période transitoire et de courte durée de l’usine de Gardanne.

Les annonces qui permettent de souscrire à cette offre en première lecture :

  • Reprise d’une usine en production du « rouge » mais hors d’âge.
    • Reconversion et arrêt du « rouge » horizon 12/24 mois.
      • Ce qui permet d’obtenir un consensus et facilités de l’Etat.
  • Importation de l’hydrate d’alumine d’Europe, sans aucune précision.
    • Capacité de production à 600 000 t. an le maxi de l’outil.

La structure et l’organisation du consortium, suite annonces publiques :

 SMB, actionnariat inchangé depuis le 3 novembre 2016, c’est 40 millions de tonnes de production de bauxite essentiellement à destination de la Chine.

  • Shandong Weiqiao, leader mondial de la production d’aluminium, cotée à la bourse de Hong-Kong ;
  •  Winning Africa Logistics, de Singapour, leader du transport maritime en Asie du sud-est ;
  • United Mining Supply, leader dans la logistique minière dans toute la sous-région, aux normes internationales (ISO 9001) et
  • Etat guinéen à hauteur de 10% via la Société Guinéenne du Patrimoine Minier (SOGUIPAMI) qui est une société anonyme créé par décret du 11 août 2011 avec comme unique actionnaire l’Etat Guinéen afin de gérer ses participations dans les sociétés minière.

La SMB dénie fermement toute réalité aux sous-entendus de prétendue complicité de corruption liés au fait qu’elle aurait versé des sommes faramineuses pour, selon les termes de cet article, « céder de manière déguisée » à l’AMR un permis d’exploitation de bauxite.

La SMB n’a rien « acheté » puisqu’elle a en réalité conclu un contrat d’amodiation, prévu par le code minier guinéen, par lequel elle bénéficie simplement du droit d’exploiter la mine dans le cadre du permis d’exploitation dont l’AMR est, et reste bien, seule titulaire.

Le montant versé à l’AMR est de ce fait uniquement une redevance périodique calculée en proportion du volume de minerai effectivement extrait, selon un taux tout à fait conforme aux pratiques

Nota : AMR on retrouve Anne Lauvergeon – Xavier Niel (free) – A. Montebourg.

Les annonces à la barre du Tribunal de Commerce :

  • Minerai de bauxite il sera fourni sur 2 ans par Rio Tinto Alcan.
    • Reconversion de l’usine par la suppression du Bayer et du rouge.
    • Importation d’Europe de l’hydrate d’alumine après ce délai.
  • Audit environnementale.

Retard, production de la concession nouvelle en Guinée pas avant 2022.

  • 3 Conventions ont été ratifiées en décembre 2018 dans le cadre d’un projet intégré dans la zone économique spéciale de Boké.
    • Suite protocole d’accord conclu le 21/03/2018.
    • Construction ligne de chemin de fer de 135 km. Vers port fluvial.
    • Mines, production dans la zone de Sanhov 11 et Houda.
    • Construction et exploitation d’une raffinerie d’alumine dans la zone économique spéciale de Boké.
      • Investissement total de 3 milliards de $.

La situation qui impose à UMS et provisoirement de s’appuyer sur Gardanne et du savoir-faire en matière d’alumine de haute pureté :

  • Voie ferrée, Mars 2019, début de la construction, livraison 2022.
    • Liaison depuis le gisement au terminal fluvial de Dapilon
    • Investissement, 1,2 milliards de $.
  • Minerai, les prévisions d’exploitation :
    • 2021, par encore en production.
    • 2022, entrée en exploitation pour 10 millions de tonnes.
    • 2023, production 20 millions de tonnes.
    • 2024, production 30 millions de tonnes.
  • Raffinerie d’alumine, objectif de production 1 million de tonnes
    • Investissements 800 millions de $.
    • Centrale électrique dédiée.
    • Travaux non encore entrepris au 01/01/2021.

Notre avis.

L’effondrement industriel, scientifique et du savoir-faire français nous guettent avec l’ouverture de cette période de transition et cette fois ci définitivement.

Les investisseurs, à ce niveau ne peuvent être des enfants de cœur, malgré quelques vicissitudes. Tout un concentré d’influences.

Visionnaire sur des marchés porteurs tous en sachant s’adjoindre les meilleurs, collaborateurs, cabinets d’experts et conseils de toutes natures.

Il n’en reste pas moins que le consortium est de taille mondiale et financièrement très à l’aise pour se permettre un investissement stratégique temporaire.

Pour UMS ce n’est pas un objectif de rentabilité, un intérêt gagner 2 ans :

S’approprier les archives du Bayer et du savoir-faire des ouvriers.

  • Les garanties environnementales et études les promesses de RTA.

L’élection présidentielle en France de 2022 est dans toutes les têtes avec un seul objectif maintenir l’usine et les emplois. Après ?

UMS devra tirer un trait sur un investissement « politique entre amis » en 2022.

L’indépendance nationale en matière de hautes technologies est en jeu.

Nous attendrons la publication des comptes sociaux de 2021 rendus publics en juin 2022 afin de scruter la réalisation des engagements d’UMS.

Nous pourrons ainsi nous exprimer dans la clarté et laisser le temps au repreneur de mettre en œuvre sa production, modifications et rentabilité de l’outil.

Simiane Collongue le 09/01/2021                        Michel Mazzoleni.

Représentant UCL Commission de Suivi.

BAUXITE GARDANNE UNE PAGE SE TOURNE – UMS GUINEE – LA STRATEGIE ET APRES ?

7 Jan

DEFICIENCE DE TRANSPARENCE ENGENDRE L’ABSENCE DE CONFIANCE.

UMS faute de combattants a été désigné sans surprise repreneur ce qui ouvre malgré une communication lénifiante des perspectives hasardeuses.

Jusqu’au 04/01/2021, nous avons échangé nos avis par courriers avec le Président Macron via son chef de cabinet, de la ministre de l’Ecologie Mme. Pompili et de Mr. le préfet Mirmand, les débats sont ouvert dans la continuité. A suivre..

 Depuis 2017 et à partir de 2018 en Commission de Suivi je n’ai cessé d’alerter en vain les autorités sur le manque de rentabilité.

LES LOIS SONT UTILES A CEUX QUI POSSEDENT ET NUISIBLES A CEUX QUI SUBISSENT (JJ Rousseau).

Nos objectifs prioritaires de long terme : sauvegarde de l’emploi et indépendance nationale, productions d’avenir sur notre territoire avec toutes ses forces vives.

  • Usine moderne de production d’alumine haute pureté.
  • Pépinières d’entreprises, production technologique, écrans, batteries etc.

25/10/2015, la situation était décrite, jusqu’à la citation de l’homme qui va devenir incontournable à Gardanne tout comme en Guinée M. Fadi Wazni et ses liens avec le groupe Bolloré ainsi que B Kouchner omniprésents en Guinée :

  • Le savoir-faire de l’ensemble des salariés de l’usine de Gardanne un atout mondialement reconnu qui mérite un outil performent.
  • Vétuste, faute d’investissements majeurs et en l’absence des meilleures technologies disponibles. Elle se destine à la casse ou en opérations financières.

https://blogs.mediapart.fr/michel-mazzoleni/blog/251015/boues-rouges-miracle-en-eau-trouble.

Les inconséquences et le laisser aller des services de l’Etat dans le suivi de l’usine de Gardanne allié à une gestion chaotique et d’un manque de rentabilité chronique de l’entreprise ont mené au dépôt de bilan d’Alteo du 12/12/2019 et ne l’oublions pas avec à la manœuvre Rio Tinto Alcan.

Le comportement inexcusable et inqualifiable des autorités à l’égard des membres de la Commission de Suivi du 06/12/2019 avec l’état-major d’Altéo tous savaient que le dépôt de bilan était acté, ils ont gardé le silence.

                          Comment faire confiance ?

L’institution financière Rothschild :

Le monde feutré des milliardaires, fusions, acquisitions, une compagnie à qui les Etats dépendants ont peur où sont terrifiés par des représailles possibles.

Le pouvoir politique n’est pas la primauté mais le contrôle de l’économie et de la finance. La famille détient 63,4 % la majorité des droits de vote.

Dépouillement offres de reprise Alteo du 26/07/2020, nom code SOPRANO :

  • 31 partenaires industriels et 35 financiers ont été contactés.
  • 29 infos packs d’informations envoyés.
  • 15 calls avec le management.
  •  4 offres par industriels et hybride et 4 offres par financiers.
    • 6 se sont retirés d’office et très tôt dans le processus.
    • 1 le jour de l’audience du 14/12/2020.

Ce qui apparait très peu au regard de la réputation d’un leader mondial.

Dans le classement de ce dépouillement UMS est arrivé dernier sur les 8 et pourtant il reste seul en lice. Etonnant ?

Vous pourrez vous familialiser via votre moteur de recherches avec les futurs dirigeants, M. F. Wazni et M. A. Moscatello.

Le groupe Bolloré a investi de longue date en Guinée, bauxite concession portuaire, mine fer de Simandou, affaires et relations amitiés.

Un groupement d’affaires et d’amitiés avec le Président Condé incontournable.

L’on connait le résultat, la finance internationale règne, un système unique…

L’institution depuis un siècle actionnaire de Rio Tinto ;

Via Bolloré, partenaire de F. Wazni Présidents de SMB – UMS et de SDV Guinée.

(Scac Delmas Vieljeux).

Tribunal de Commerce Marseille 07/01/2021, attribution UMS Guinée :

Conditions et modalités du plan de continuation, nomination d’un commissaire à l’exécution du plan durée de 10 ans. Nous serons attentifs sur le contenu.

Un seul repreneur en lice, le résultat d’interférences politiques des Républiques de Guinée et de France afin de privilégier le consortium USM/ SMB Winning.

Ce qui a été annoncé à la barre du tribunal de Commerce le 10/12/2020 :

  • Prix de cession 200 001 euros. Offre avec SMB-Winning.
  • Fourniture du minerai de bauxite pour une période de 18 à 24 mois par Rio Tinto Alcan.
  • Abandon du rouge sous 2 ans, une annonce qui « flatte ».
  • Approvisionnement en hydrate d’alumine après cette période.
    • Aucune information sur les fournisseurs en Europe, le mode d’acheminement rail, route, notre évaluation à 400 000 t.
    • Modalités de reconversion de l’usine du rouge à l’hydrate.
  • Augmentation de la capacité de production sans analyse des risques.
  • Démantèlement et dépollution du site de mangegarri à l’issue.
  • Informations sur le business plan à 3 ans déposé aux greffes.
  • Audit environnemental.

Serions-nous pris pour des benêts ? Un culot confondant typique des officines de propagande dont le métier est d’instiller l’art du double langage.

  • Hydrate d’alumine en provenance d’Europe, sans aucune précision.
  • Absence de conséquences environnementales mais pour le passé la promesse d’un audit sans précisions de l’étendue et de la nature.
  • L’usine de Gardanne maitrise et connait parfaitement le process de l’alumine de haute pureté entrée dans le domaine publique avec le Bayer.
    • Technologies, archives, plans, sont en accès libres.
      • Le patrimoine de Gardanne ne figurant pas dans l’actif, libre de licence le savoir-faire ouvrier présente un grand intérêt.
  • Bilan station Veolia, CO2 et biologique mise en service Aout 2020.
    • Aucune connaissance des analyses scientifiques à ce jour.

Les solutions présentées pour Gardanne permettent à UMS de patienter n’étant pas prêt à remplir ses engagements en Guinée.

Repreneur UMS associé au consortium SMB/Winning :

Notre ministre de l’économie et des finances Mr. Bruno Lemaire déclare : « si une entreprise a son siège fiscal et des filiales dans un paradis fiscal, elle ne pourra pas bénéficier des aides de trésoreries de l’Etat. »

Du travail M. le ministre en perspective afin de suivre les ramifications et agir.

Le consortium fondé en 2014 : SMB – Winning regroupe 4 partenaires actifs :

  • Winning shipping, armateur de Singapour de premier plan.
  • UMS, transports et logistique française présente en Guinée depuis 20 ans.
    • Actionnaire unique :
      • Lanister investissements LTD enregistrés aux Iles Vierges Britannique. Détenus par Shanklin Holding LTD immatriculé aux Seychelles et contrôle par Fadi Wazni.
  • Shandong Weiqiao, société chinoise, leader dans la production d’aluminium, 160 000 salariés.
  • Groupe Yantai port, chine ville de Shandong.
  • République de Guinée à hauteur de 10 %.

Emploi 9000 salariés, gère 2 terminaux fluviaux, production de 36 millions de tonnes de bauxite en 2018.

Tous trois sont Co actionnaires de la Société Minière de Boké (SMB) avec un reliquat de 10 % pour la République de Guinée.

Concurrente de CBG, l’état Guinéen détient aussi 49 % et Rio Tinto Alcan ainsi que DADCO 20 % chacun et Alcoa 10 %.

Le consortium s’adjoint les meilleurs cabinets de conseils mondiaux :

  • Conseils en engineering, Louis Berger.
  • Entreprise américaine mondialement reconnue.
    • 6000 ingénieurs, économistes, scientifiques, services infrastructures et développement, aides à trouver des solutions et développement aux défis les plus complexes adaptés aux contextes locaux.
      • Nota : l’Etat pourrait solliciter un avis pour la décharge, l’usine, la mer, la canalisation, démantèlement et dépollution.
  • Cabinet d’avocats parisiens :
    • Auguste Debouzy, 150 collaborateurs spécialisés.
  • Audit environnement en Guinée, SEES création de 20 ans.
    • Société d’études environnementales et sociales.
      • Domaine de la bauxite, mines, alumineries, stockage, port.

Le calendrier des opérations annoncé par UMS le dernier repreneur en lice est troublant en l’état des enjeux.

Soyons clair ce groupement de 3 entreprises mondiales disposant des moyens financiers lui permettent d’assurer sa stratégie y compris pour une période transitoire et de courte durée de l’usine de Gardanne.

Les annonces qui permettent de souscrire à cette offre en première lecture :

  • Reprise d’une usine en production du « rouge » mais hors d’âge.
    • Reconversion et arrêt du « rouge » horizon 12/24 mois.
      • Ce qui permet d’obtenir un consensus et facilités de l’Etat.
  • Importation de l’hydrate d’alumine d’Europe, sans aucune précision.
    • Capacité de production à 600 000 t. an le maxi de l’outil.

La structure et l’organisation du consortium, suite annonces publiques :

 SMB, actionnariat inchangé depuis le 3 novembre 2016, c’est 40 millions de tonnes de production de bauxite essentiellement à destination de la Chine.

  • Shandong Weiqiao, leader mondial de la production d’aluminium, cotée à la bourse de Hong-Kong ;
  •  Winning Africa Logistics, de Singapour, leader du transport maritime en Asie du sud-est ;
  • United Mining Supply, leader dans la logistique minière dans toute la sous-région, aux normes internationales (ISO 9001) et
  • Etat guinéen à hauteur de 10% via la Société Guinéenne du Patrimoine Minier (SOGUIPAMI) qui est une société anonyme créé par décret du 11 août 2011 avec comme unique actionnaire l’Etat Guinéen afin de gérer ses participations dans les sociétés minière.

La SMB dénie fermement toute réalité aux sous-entendus de prétendue complicité de corruption liés au fait qu’elle aurait versé des sommes faramineuses pour, selon les termes de cet article, « céder de manière déguisée » à l’AMR un permis d’exploitation de bauxite.

La SMB n’a rien « acheté » puisqu’elle a en réalité conclu un contrat d’amodiation, prévu par le code minier guinéen, par lequel elle bénéficie simplement du droit d’exploiter la mine dans le cadre du permis d’exploitation dont l’AMR est, et reste bien, seule titulaire.

Le montant versé à l’AMR est de ce fait uniquement une redevance périodique calculée en proportion du volume de minerai effectivement extrait, selon un taux tout à fait conforme aux pratiques

Nota : AMR on retrouve Anne Lauvergeon – Xavier Niel (free) – A. Montebourg.

La Guinée, richesse en matières premières, bauxite (40 milliards de tonnes) fer, or, diamants. Des ressources qui n’ont jamais profité à la population, classé 174 sur 189 pays, indice humain. Vivant sous le seuil de pauvreté 1 euros jour.

Destruction de l’environnement sans vergogne, pensez vous que Gardanne pourrait être privilégié lorsqu’il y aura les décisions à prendre ?

Les annonces à la barre du Tribunal de Commerce :

  • Minerai de bauxite il sera fourni sur 2 an par Rio Tinto Alcan.
    • Reconversion de l’usine par la suppression du Bayer et du rouge.
    • Importation d’Europe de l’hydrate d’alumine après ce délai.
  • Audit environnementale.

Retard, production de la concession nouvelle en Guinée pas avant 2022.

  • 3 Conventions ont été ratifiées en décembre 2018 dans le cadre d’un projet intégré dans la zone économique spéciale de Boké.
    • Suite protocole d’accord conclu le 21/03/2018.
    • Construction ligne de chemin de fer de 135 km. Vers port fluvial.
    • Mines, production dans la zone de Sanhov 11 et Houda.
    • Construction et exploitation d’une raffinerie d’alumine dans la zone économique spéciale de Boké.
      • Investissement total de 3 milliards de $.

La situation qui impose à UMS et provisoirement de s’appuyer sur Gardanne et du savoir-faire en matière d’alumine de haute pureté :

  • Voie ferrée, Mars 2019, début de la construction, livraison 2022.
    • Liaison depuis le gisement au terminal fluvial de Dapilon
    • Investissement, 1,2 milliards de $.
  • Minerai, les prévisions d’exploitation :
    • 2021, par encore en production.
    • 2022, entrée en exploitation pour 10 millions de tonnes.
    • 2023, production 20 millions de tonnes.
    • 2024, production 30 millions de tonnes.
  • Raffinerie d’alumine, objectif de production 1 million de tonnes
    • Investissements 800 millions de $.
    • Centrale électrique dédiée.
    • Travaux non encore entrepris au 01/01/2021.

Situation financière du consortium SMB Winning :

  • A l’évidence ce groupement dispose des capacités financières afin de mener sa politique de très court terme dans le cadre de sa stratégie et de ses engagements en Guinée tout en disposant des facilités.

Notre avis.

L’effondrement industriel, scientifique et du savoir-faire français nous guettent avec l’ouverture de cette période de transition et cette fois ci définitivement.

Les investisseurs, à ce niveau ne peuvent être des enfants de cœur, malgré quelques vicissitudes. Tout un concentré d’influences.

Visionnaire sur des marchés porteurs tous en sachant s’adjoindre les meilleurs, collaborateurs, cabinets d’experts et conseils de toutes natures.

Il n’en reste pas moins que le consortium est de taille mondiale et financièrement très à l’aise pour se permettre un investissement stratégique et temporaire.

Comment réhabiliter la confiance sans dialogue, trop de manipulation et de torpillage ont jalonné nos échanges. Nos interrogations avec une visibilité à deux ans soulèvent de nombreuses ambiguïtés dans la présentation du dossier.

Pour UMS investir à Gardanne n’est pas une problématique de rentabilité mais la mise en œuvre d’un vaste programme, mines, alumine, aluminium en Guinée.

A l’évidence il ne s’agit pas d’un investissement d’avenir pour UMS aucun besoin de cette usine, elle présente un intérêt dans une période de transition de 2 ans :

  • Respect de ses obligations contractuelles même si quelques passes droits sont possibles en Guinée : construction d’une aluminerie d’ici 2023.
    • Un avantage considérable le bilan carbone et CO 2 avec la suppression du transport de 1 million de tonne an.

Les archives du Bayer et du savoir-faire des ouvriers de Gardanne.

  • Les garanties environnementales et études les promesses à découvrir.

L’élection présidentielle en France de 2022 est dans toutes les têtes avec un seul objectif maintenir l’usine et les emplois. Après ?

UMS devra tirer un trait sur un investissement « politique entre amis » en 2022.

Situation financière depuis 2004 de l’usine de Gardanne.

Déclarations réitérées depuis 2017, compte rendu établi le 03/03/2020 à la signature de la secrétaire générale de la préfecture Mme. Juliette Trignat.

Cumul des pertes :

Gestion Pechiney et successeurs (Alcan et Rio Tinto) des pertes :

2004 3 600 000                       2008 8 000 000

2005 5 000 000                     2009 3 900 000 

2006 9 800 000                     2010 3 600 000

2007 8 700 000                     2011 16 300 000

Gestion HIG Miami suite cession partielle d’actif de 2012 par Rio Tinto.

2012 4 237 000                     2013 13 091 700

2014 13 141 194                     2015 13 670 637

2016 16 140 431                    2017 8 555 604

2018 5 364 129 (profits)          2019 Résultat non publié à ce jour.

Une situation qui ne pouvait perdurer et j’ajouterais dans l’indifférence malgré :

  • Alertes par notes auprès des membres Commission de Suivi du Site Alteo.
  • Diffuser, anticiper en tentant d’éveiller auprès des autorités les risques à partir d’éléments factuels. Aucune réaction.
    • Au prétexte du règlement intérieur de la Commission qui n’a pas intégré les sujets économiques et finances. Le préfet a toujours refusé nos demandes de modifications du règlement.

L’indépendance nationale en matière de hautes technologies est en jeu, la production d’alumine de haute pureté permet la fabrication de batteries lithium (un client Bolloré) écrans téléphones portables, réfractaires, abrasifs etc.

Nous attendrons la publication des comptes sociaux de 2021 en juin 2022 et le démarrage en Guinée de l’ usine concurrente, les engagements d’UMS serons t il tenus à Gardanne ? Aucune garantie.

En Commission de Suivi ce ne sera que du temps perdu, le règlement intérieur sauf à être modifié interdit de parler, finances, économie, démantèlement et dépollution des sites exploités à terre et de la canalisation qui menace ruine.

Soyons patient, le calendrier permettra la confirmation de notre vision ? Aux salariés d’être très vigilant.

Simiane Collongue le 07/01/2021 Michel Mazzoleni (Union Calanques littoral).

Raffinerie du minerai de bauxite Gardanne

13 Déc

Etat de la situation

Le redressement judiciaire du 12/12/2019 est la concrétisation de la réalité. C’est-à-dire un manque notoire de rentabilité face à la concurrence d’usines nouvelles, modernes à proximité des mines bénéficiant d’une main d’œuvre moins chère (Guinée).

Des enjeux financiers articulés par les multinationales un classique auprès de politiciens soumis et pour d’autres ordonnateurs voir protecteurs telle est la réalité.

Le principe de précaution, agir avant que l’incident deviennent irréversible. Nos autorités ont été facilitatrices en se cachant volontairement que derrière l’emploi. Nos actions judiciaires et citoyennes ont contraint à l’amélioration des performances sur le contenu et de la qualité des rejets.

C’est insuffisant, d’autant plus que les technologies permettent de supprimer l’amont (le rouge) encore faut il que les moyens financiers s’investissent dans l’outil et non pas aux bénéfices de prédateurs.

La Charte de l’environnement avec ses 10 articles et sa déclinaison dans notre droit récent de l’environnement se définit : afin de préserver la nature, le patrimoine (environnement) et le voisinage (tranquillité publique) et qui a trait aux interactions entre les activités humaines et les milieux naturels.

Notre Etat a cadenassé la situation, deux enquêtes :

  • Commission Européenne, plainte en 2017, infractions à 6 Directives et de la Convention de Barcelone.
  • Parquet National Financier, signalement en 2018, investigations en cours récentes concernant les conditions et modalités achats minerai de bauxite.

Communication, médias les discours autour d’un » leader mondial » accréditaient l’idée d’une usine en bonne santé et c’est tout le contraire.

Dès 2016 y compris en Commission de Suivi du Site nous avions dénoncé aux autorités les risques d’un dépôt de bilan. Nous n’avons jamais été entendu.

Le résultat de nos recherches approfondies, des éléments factuels nous ont conduit, au contraire, à décrire un modèle économique désastreux, suffisant pour décourager tout repreneur en l’état.

Le bilan financier est sans appel :

Pechiney, Alcan, Rio Tinto et Alteo (via HIG), comptes sociaux déposés aux greffes et certifiés par les Commissaires aux Comptes sont accessible à tous.

Gestion Pechiney et successeurs (Alcan et Rio Tinto) des pertes :

                                        2004       3 600 000                     2008  8 000 000

                                        2005       5 000 000                     2009  3 900 000

                                        2006       9 800 000                     2010  3 600 000

                                        2007       8 700 000                     2011 16 300 000

Gestion HIG Miami suite cession partielle d’actif de 2012 par Rio Tinto.

                                        2012       4 237 000                     2013     13 091 700

                                        2014     13 141 194                     2015     13 670 637

                                        2016     16 140 431                     2017  8 555 604

                                        2018       5 364 129   (profits)       2019           NC

Les comptes 2019 n’ont pas été publiés, ceux de 2020 sont en cours la note globale autour de 150 millions €. 

S’ils n’avaient pas bénéficié de « facilités », d’ailleurs discutables, les déficits budgétaires auraient été encore plus lourds. Une remise en cause ne serait pas incongrue.

Parmi les avantages accordés à l’industriel citons :

  • Baisse de 11 millions d’euros par an de la redevance sur l’eau « toxicité » depuis 2013 ce qui a fait l’objet du rapport de la Cour des Comptes 2015.
  • Il s’agit de la Loi de Finances rectificative de 2012 déposé par le député Richard Mallié et questeur actuel maire de la commune de Bouc Bel Air où se situe la décharge de mange garri.
  • Montage réalisé à la demande du gouvernement Ayrault et confirmé par un autre ex premier ministre Manuel Valls.
  • Objet de la question écrite, n° 99755 JO du 11/10/2016 : Aucune réponse.
  • Gratuité des rejets de déchets en mer et à terre.
  • Démantèlement, dépollution et remise en état des lieux ICPE non provisionné dans les comptes.
  • Evaluation à réaliser par la DREAL. Demande en cours.
  • Conditions et modalités achats du minerai bauxite, investigations du procureur de Marseille en cours.
  • Question au gouvernement n° 92 454 du JO du 19/01/20216.
  • Monsieur Macron n’a pas répondu.
  • Son successeur Monsieur Sapin JO du 07/03/2017 opposera « le secret fiscal » et en une ligne.
  • Ainsi va la République et la démocratie.

De nombreuses autres questions n’ont pas reçues de réponses.

Repreneurs :

Dès le mois de juin je me trouvais en possession du dossier Soprano (non de code des offres reçues par Rothchild) à la date du 24/07/2020 le greffe du tribunal de Commerce attribuait à UCL un code d’accès à l’initiative de son Président.

Ce formalisme permet de consulter uniquement les offres de reprises.

Après en avoir pris connaissance, 5 préconisaient l’abandon du rouge et de ses conséquences sans que soit développer les mesures transitoires.

J’en ai sélectionné une, celle de Métal Europ (Monaco Ressources) après un long entretien à mon domicile nous avons acté notre intérêt commun.

J’entretiens toujours des relations avec les auditeurs de cette entreprise.

Juste avant l’audience du 17/11/2020 j’ai appris par mail de mes correspondants que la direction de Metal Europ ne donnait pas suite tout comme les 5 autres.

Reste 2 repreneurs avec de nombreuses ambiguïtés, l’audience du 17/11/2020 a été reporté au 08/12/2020 suite à un manque de réponses et engagements précis, sur les garanties financières et environnementales. Il s’agit :

Alto au capital dérisoire de 2000 euros crée le 25/08/2020 par un ancien de la direction Pechiney de 2000 à 2010, M. Xavier Perrier qui considère que le rouge est le seul moyen de gagner de l’argent à Gardanne ce que les chiffres ne confirment pas.

Associé à Kem One société chimique auprès de Mr. Krassny et de K1 Group SAS

Aucune précision n’a filtré.

UMS (United Mining Supply SA Guinée, entreprise de logistique, abandon du rouge sans aucune précision sur les méthodes et fonctionnement de la transition.

Les relations d’affaires du président Fadi WAZNI avec le président de Guinée Alpha Condé et aussi sa présidence de SDV Guinée (Bolloré) seront à découvrir.

Les deux offres restant en lice étaient examinées à l’audience du 08/12/2020, délibéré au 07/01/2021.

Rappel : il s’agit des deux classées dernier lors du dépouillement de juillet 2020 initial sur 8 offres, 6 se sont désistés très rapidement et pourquoi ?

Comme annoncé et prévu Alto a rendu les armes en se retirant et qui plus est à la barre du Tribunal.

1/Nous avons eu la possibilité de lire le rapport déposé vendredi dernier par l’administrateur judiciaire  » les termes, un massacre à la tronçonneuse » et à juste titre (voir nos publications).

2/ Se permettre d’arrivée à la barre pour annoncer qu’il n’avait pas le prêt de 50 millions de l’Etat est indécent et un manque de respect.

3/ la seule porte de sortie se retirer alors qu’il savait que ce prêt ne serait pas obtenu depuis bien longtemps et ce pour de multiples raisons.

4/Une désinvolture extrême lorsque des familles attendent dans le désarroi le sort des emplois.

5/ Jouer au riche avec nos impôts où comment se forger une fortune en rachetant pour 1 euros Gardanne était la partie de poker menteur.

UMS Guinée reste en lice faute de combattants, le Tribunal de Commerce a le choix pour son délibéré du 07/01/2021 en l’état de l’offre de prononcer une liquidation ou bien la continuation d’activité.

Ce qui aura l’avantage durant 10 années à ce qu’un administrateur judiciaire supervise chaque année la réalisation du plan de continuation et du respect des engagements contenus.

Dont la garantie environnementale, l’état des lieux des éléments incontournables qui sont l’objet de notre demande pour la prochaine Commission de Suivi reporté du 14/12/2020.

Le 10/12/2010, réponse du président macron à mon courrier, il demande au Préfet et à Mme Pompili de prendre contact avec nous.

Nous aurons à disposition courant janvier 2021 le plan de continuation et le nom du Commissaire à l’exécution du pal. Nous pourrons « décortiquer » le contenu.

98 emplois directs sont en cause et 500 au total avec les indirects, information syndicale

Décharge de Mangegarri.

Le 18/11/2020 à la demande du maire de Bouc-Bel-Air, Monsieur R. Mallié nous avons échangé nos avis avec documents à l’appui.

L’assignation au Tribunal Administratif en première instance avait permis à UCL d’obtenir satisfaction en partie en date du 20/07/2018.

Date du respect des normes au 01/01/2019.

Rejet en mer de 22 m3/h.

Alteo a fait appel mais n’a pas conclu au 31/10/2020 pour la clôture.

Le maire de Bouc-Bel-Air, par courrier exige la cessation d’activité au 08/06/2021,

Courriers : Tribunal de Commerce – Préfet – Demande d’évaluation des lieux.

Remarques succinctes :

Pour des informations détaillées, rendez-vous sur mon blog « La Loupe de Simiane Collongue, », la barre de 30 000 lecteurs assidus a été atteinte y compris de l’étranger.

Question pour l’ordre du jour de la Commission de Suivi du 14/12/2020.

  • Adaptation de la redevance sur l’eau TGPA.
  • Remise en cause décharges mer et terre gratuites.
  • Rejet en mer de 270 m3/h plus léger que l’eau de mer, conséquences.
  • Station Veolia, copie du protocole, résultat des expertises, lettre d’Henry Augier.

Nous subissons l’omerta des médias : aucune de nos demandes de publication d’articles, de lettres ouvertes, de droits de réponse n’a été édité !

Nos constatations ne souffrent d’aucune approximation elles reposent sur des éléments factuels.

                                                              Simiane Collongue le 13/12/2020.

                                                                                     Michel Mazzoleni.

RAFFINERIE DE BAUXITE GARDANNE- LA SITUATION EN COURS.

12 Déc

Le redressement judiciaire du 12/12/2019 est la concrétisation de la réalité. C’est-à-dire un manque notoire de rentabilité face à la concurrence d’usines nouvelles, modernes à proximité des mines bénéficiant d’une main d’œuvre moins chère (Guinée).

Des enjeux financiers articulés par les multinationales un classique auprès de politiciens soumis et pour d’autres ordonnateurs voir protecteurs.

Le principe de précaution, agir pour ne pas laisser se développer un incident probable qui pourrait être irréversible. Les Autorités tentent de masquer leur incapacité « volontaire » à prendre des décisions avec la publication de différents textes qui n’anticipent pas des contrôles « pointus » et obligations effectives et ce quelle qu’en soit le coût. Un laissez faire qui souligne la faiblesse et les accords « souterrains » de nos dirigeants avec les industriels qui imposent leurs lois. Les Lois de la République « hors jeu » ?

Notre Etat a cadenassé la situation, deux enquêtes :

  • Commission Européenne, plainte en 2017, infractions à 6 Directives et de la Convention de Barcelone.
  • Parquet National Financier, signalement en 2018, investigations en cours récentes concernant les conditions et modalités achats minerai de bauxite.

Communication, médias les discours autour d’un » leader mondial » accréditaient l’idée d’une usine en bonne santé et c’est tout le contraire.

Dès 2016 y compris en Commission de Suivi du Site nous avions dénoncé aux autorités les risques d’un dépôt de bilan. Nous n’avons jamais été entendu.

Le résultat de nos recherches approfondies, des éléments factuels nous ont conduit, au contraire, à décrire un modèle économique désastreux, suffisant pour décourager tout repreneur en l’état.

Le bilan financier est sans appel :

Pechiney, Alcan, Rio Tinto et Alteo (via HIG), comptes sociaux déposés aux greffes et certifiés par les Commissaires aux Comptes sont accessible à tous.

Gestion Pechiney et successeurs (Alcan et Rio Tinto) des pertes :

                                        2004       3 600 000                     2008  8 000 000

                                        2005       5 000 000                     2009  3 900 000

                                        2006       9 800 000                     2010  3 600 000

                                        2007       8 700 000                     2011 16 300 000

Gestion HIG Miami suite cession partielle d’actif de 2012 par Rio Tinto.

                                        2012       4 237 000                     2013    13 091 700

                                        2014     13 141 194                     2015     13 670 637

                                        2016     16 140 431                     2017  8 555 604

                                        2018       5 364 129   (profits)       2019           NC

Les comptes 2019 n’ont pas été publiés, ceux de 2020 sont en cours la note globale autour de 150 millions €. 

S’ils n’avaient pas bénéficié de « facilités », d’ailleurs discutables, les déficits budgétaires auraient été encore plus lourds. Une remise en cause ne serait pas incongrue.

Parmi les avantages accordés à l’industriel citons :

  • Baisse de 11 millions d’euros par an de la redevance sur l’eau « toxicité » depuis 2013 ce qui a fait l’objet du rapport de la Cour des Comptes 2015.
  • Il s’agit de la Loi de Finances rectificative de 2012 déposé par le député Richard Mallié et questeur actuel maire de la commune de Bouc Bel Air où se situe la décharge de mange garri.
  • Montage réalisé à la demande du gouvernement Ayrault et confirmé par un autre ex premier ministre Manuel Valls.
  • Objet de la question écrite, n° 99755 JO du 11/10/2016 : Aucune réponse.
  • Gratuité des rejets de déchets en mer et à terre.
  • Démantèlement, dépollution et remise en état des lieux ICPE non provisionné dans les comptes.
  • Evaluation à réaliser par la DREAL. Demande en cours.
  • Conditions et modalités achats du minerai bauxite, investigations du procureur de Marseille en cours.
  • Question au gouvernement n° 92 454 du JO du 19/01/20216.
  • Monsieur Macron n’a pas répondu.
  • Son successeur Monsieur Sapin JO du 07/03/2017 opposera « le secret fiscal » et en une ligne.
  • Ainsi va la République et la démocratie.

De nombreuses autres questions n’ont pas reçues de réponses.

Repreneurs :

Dès le mois de juin je me trouvais en possession du dossier Soprano (non de code des offres reçues par Rothchild) à la date du 24/07/2020 le greffe du tribunal de Commerce attribuait à UCL un code d’accès à l’initiative de son Président.

Ce formalisme permet de consulter uniquement les offres de reprises.

Après en avoir pris connaissance, 5 préconisaient l’abandon du rouge et de ses conséquences sans que soit développer les mesures transitoires.

J’en ai sélectionné une, celle de Métal Europ (Monaco Ressources) après un long entretien à mon domicile nous avons acté notre intérêt commun.

J’entretiens toujours des relations avec les auditeurs de cette entreprise.

Juste avant l’audience du 17/11/2020 j’ai appris par mail de mes correspondants que la direction de Metal Europ ne donnait pas suite tout comme les 5 autres.

Reste 2 repreneurs avec de nombreuses ambiguïtés, l’audience du 17/11/2020 a été reporté au 08/12/2020 suite à un manque de réponses et engagements précis, sur les garanties financières et environnementales. Il s’agit :

Alto au capital dérisoire de 2000 euros crée le 25/08/2020 par un ancien de la direction Pechiney de 2000 à 2010, M. Xavier Perrier qui considère que le rouge est le seul moyen de gagner de l’argent à Gardanne ce que les chiffres ne confirment pas.

Associé à Kem One société chimique auprès de Mr. Krassny et de K1 Group SAS

Aucune précision n’a filtré.

UMS (United Mining Supply SA Guinée, entreprise de logistique, abandon du rouge sans aucune précision sur les méthodes et fonctionnement de la transition.

Les relations d’affaires du président Fadi WAZNI avec le président de Guinée Alpha Condé et aussi sa présidence de SDV Guinée (Bolloré) seront à découvrir.

Les deux offres restant en lice étaient examinées à l’audience du 08/12/2020, délibéré au 07/01/2021.

Rappel : il s’agit des deux classées dernier lors du dépouillement de juillet 2020 initial sur 8 offres, 6 se sont désistés très rapidement et pourquoi ?

Comme annoncé et prévu Alto a rendu les armes en se retirant et qui plus est à la barre du Tribunal.

1/Nous avons eu la possibilité de lire le rapport déposé vendredi dernier par l’administrateur judiciaire  » les termes, un massacre à la tronçonneuse » et à juste titre (voir nos publications).

2/ Se permettre d’arrivée à la barre pour annoncer qu’il n’avait pas le prêt de 50 millions de l’Etat est indécent et un manque de respect.

3/ la seule porte de sortie se retirer alors qu’il savait que ce prêt ne serait pas obtenu depuis bien longtemps et ce pour de multiples raisons.

4/Une désinvolture extrême lorsque des familles attendent dans le désarroi le sort des emplois.

5/ Jouer au riche avec nos impôts où comment se forger une fortune en rachetant pour 1 euros Gardanne était la partie de poker menteur.

UMS Guinée reste en lice faute de combattants, le Tribunal de Commerce a le choix pour son délibéré du 07/01/2021 en l’état de l’offre de prononcer une liquidation ou bien la continuation d’activité.

Ce qui aura l’avantage durant 10 années à ce qu’un administrateur judiciaire supervise chaque année la réalisation du plan de continuation et du respect des engagements contenus.

Dont la garantie environnementale, l’état des lieux des éléments incontournables qui sont l’objet de notre demande pour la prochaine Commission de Suivi reportée du 14/12/2020.

Le 10/12/2010, réponse du président Macron à mon courrier, il demande au Préfet et à Mme Pompili de prendre contact avec nous.

Nous aurons à disposition courant janvier 2021 le plan de continuation et le nom du Commissaire à l’exécution du plan. Nous pourrons « décortiquer » le contenu.

98 emplois directs sont en cause et 500 au total avec les indirects, information syndicale

Décharge de Mangegarri.

Le 18/11/2020 à la demande du maire de Bouc-Bel-Air, Monsieur R. Mallié nous avons échangé nos avis avec documents à l’appui pour action.

L’assignation auprès du Tribunal Administratif en première instance avait permis à UCL d’obtenir satisfaction en partie en date du 20/07/2018 :

Date du respect des normes au 01/01/2019.

Rejet en mer de 22 m3/h.

Alteo a fait appel mais n’a pas conclu au 31/10/2020 pour la clôture.

le Préfet a déposé son mémoire en réplique en dernière limite, nous avons conclu pour demander la confirmation du jugement de première instance.

Le maire de Bouc-Bel-Air, par courrier exige la cessation d’activité au 08/06/2021,

Courriers : Tribunal de Commerce – Préfet – Demande d’évaluation des lieux.

Question pour l’ordre du jour de la Commission de Suivi du 14/12/2020 qui a été reporté.

Etat des lieux, canalisation, décharge de mangegarri, usine et en mer.

  • Adaptation de la redevance sur l’eau TGPA.
  • Remise en cause décharges mer et terre gratuites.
  • Rejet en mer de 270 m3/h plus léger que l’eau de mer, conséquences.
  • Station Veolia, copie du protocole, résultat des expertises, lettre d’Henry Augier.

Nous subissons l’omerta des médias : aucune de nos demandes de publication d’articles, de lettres ouvertes, de droits de réponse n’a été édité !

Nos constatations ne souffrent d’aucune approximation elles reposent sur des éléments factuels.

                                                              Simiane Collongue le 12/12/2020.

                                                                                     Michel Mazzoleni.

GARDANNE – UN SEUL EN LICE.

8 Déc

Les deux offres restant en lice étaient examinées à l’audience du 08/12/2020, délibéré au 07/01/2021.

Rappel: il s’agit des deux classées dernier lors du dépouillement de juillet 2020 initial sur 8 offres, 6 se sont désistés très rapidement et pourquoi ?

Comme annoncé et prévu Alto a rendu les armes en se retirant et qui plus est à la barre du Tribunal.

1/Le rapport déposé vendredi dernier par l’administrateur judiciaire  » les termes, un massacre à la tronçonneuse » et à juste titre (voir nos publications).

2/ Se permettre d’arrivée à la barre pour annoncer qu’il n’avait pas le prêt de 50 millions de l’Etat est indécent et un manque de respect.

3/ la seule porte de sortie se retirer alors qu’il savait que ce prêt ne serait pas obtenu depuis bien longtemps et ce pour de multiples raisons.

4/Une désinvolture extrême lorsque des familles attendent dans le désarroi le sort des emplois.

5/ Jouer au riche avec nos impôts où comment se forger une fortune en rachetant pour 1 euros Gardanne était la partie de poker menteur.

UMS Guinée reste en lice faute de combattants, le Tribunal de Commerce a le choix pour son délibéré du 07/01/2021 en l’état de l’offre de prononcer une liquidation ou bien la continuation d’activité.

Ce qui aura l’avantage durant 10 années à ce que un administrateur judiciaire supervise chaque année la réalisation du plan de continuation et du respect des engagements contenus.

Dont la garantie environnementale, l’état des lieux éléments incontournables.

Nous aurons à disposition courant janvier 2021 ce document que nous pourrons « décortiquer ».

98 emplois directs sont en cause et 500 au total avec les indirects, information syndicale.

Michel Mazzoleni.

LE PRIX D’UN LEADER MONDIAL – LES REALITES.

6 Déc

Sources : Consultation offres déposées auprès du Tribunal de Commerce de Marseille et suivant résultat du dépouillement des offres par l’institution Rothschild du 26/07/2020 au nom de SOPRANO différents intervenants sont avisés.

Garanties environnementales des vendeurs et de l’Etat vis à vis du repreneur, législation ICPE délicate, les conditions et modalités contenues dans l’acte notarié du 31/07/2012 lors de la cession de 2012 complète le panorama.

66 ont été contactés au cours du processus, 31 industriels et 35 financiers.

Prix proposé pour le périmètre :

  • 100 000 € New Day USA– 1 000 000 € Métal group Luxembourg (1) 1 000 000 €– UMS Guinée 200 001 € – United Sigma/Chalco Iles vierge 10 000 000 € – Capza France 1 500 000 € – Hivest France 100 003 € – Tiger Hill UK 300 000. € – Alto – Xavier Perrier France 1 €.
  • Seul candidat à proposer l’apurement du passif à 25 millions €.

Synthèse des offres indicatives reçues au nombre de 8.

  • Candidats industriels et « hybride, nbre 4.
  • Candidats financiers et autre, nbre 4

Appréciation qualitative et quantitative à la date des offres reçues :

  • Les offres United Mining Supply (UMS) et Alto classées dernières.
  • Les 6 autres se sont purement et simplement retiré.

Examen audience Tribunal de Commerce du 17/11/2020, report 08/12/2020 :

 United Mining Supply, (UMS) Guinée. Actionnariat Lanister Invest. Ltd siège

Iles Vierge britanniques et Shanklin Holding Ltd aux Seychelles (Wazni)

  • Reprise partielle des actifs liés à l’activité aval (terrains, usines et équipements, stocks, droits contractuels et autres actifs incorporelles).
  • Offre réalisée en partenariat avec le consortium SMB-Winning.
    • Notre précision il s’agit des mines de Boké.
  • Prix total pour les actifs 200 001 € hors stocks.
    • Reprise des stocks à 15 % de leur valeur.
  • Financement sur fonds propres et recours à des partenaires financiers.
  • Traitement du passif, aucune position.
  • Emploi :
    • Transfert des emplois relatifs à l’activité aval (c.300 salariés).
    • Possibilité de reprendre certains salariés attachés à l’amont s’il est possible de les affecter sur des postes de l’activité aval.
    • Conservation de la rémunération contractuelle des salariés.

Conditions de réalisation :

  • Pleine propriété et libre disposition par Alteo Gardanne SAS des actifs relatifs au périmètre visé.
  • Réalisation d’un audit technique sur la faisabilité de la séparation physique des activités amont/aval.
  • Réalisation d’un audit environnemental.
  • Obtention des autorisations nécessaires à la poursuite des activités aval.
  • Conclusion d’un contrat avec l’exploitant de l’amont pour répondre aux besoins d’approvisionnement en hydrate de l’aval.
  • Confirmation que les garanties existantes permettent de couvrir intégralement les frais et risques liés aux obligations de remise en état du site induites par la cessation de l’activité amont.

                                   Xavier Perrier Alto. France.

Notre précision : capital 2000 euros création Aout 2020.

  • Plan de cession portant sur l’amont et l’aval.
  • Reprise des actifs d’Alteo Gardanne SAS (immobilisation, stocks et personnel.
  • Reprise des actifs des filiales de distribution étrangères.
  • Prix pour l’ensemble des actifs (Alteo et filiales) 1 euros.
  • Financement additionnel consacré à la poursuite de l’activité évalué à 25 millions d’euros.
  • Investissement de 35 millions d’euros de Capex de 2021 – 2024.
  • Apport en capital de 17 millions d’euros et mise en place d’un financement de 8-10 millions d’euros auprès d’un tiers (marque d’intérêt).
  • Traitement du passif, non précisé.
  • Emploi, reprise de 435 salariés.

Conditions de réalisation :

  • Dues diligences industrielles, environnementales, financières, juridiques, réglementaires, sociales et fiscales.
  • Mise en place d’une garantie d’actifs et de passifs usuelle.
  • Transfert d’un minimum de 37 millions d’euros de stock de produits finis.
  • Transfert d’un minimum de stock de matières premières permettant d’opérer l’usine pendant 90 jours.
  • Pleine propriété et libre disposition par Alteo des actifs relatifs au périmètre visé.
  • Absence de tout évènement remettant en cause le Business Plan présenté.
  • Réalisation des 12,3 millions d’euros d’investissements prévus en 2020 avant la date de cession.
  • Absence de passif environnemental qui ne soit pas couvert par une garantie du/des cédants.
  • Obtention des autorisations règlementaires nécessaires à la poursuite de l’activité avant juin 2021 pour une durée d’au moins 15 ans.
  • Obtention de l’avis favorable du comité d’investissement du partenaire financier retenu par Alto.

PRECISIONS:

L’audience du 08/12/2020 au tribunal de Commerce, 2 offres améliorées à la marge sont déposées et commentées suivant rapports des administrateurs judiciaires allant même parler de liquidation.

Quoi qu’il en soit la suppression de 90 postes directs l’on parle d’un ensemble de 500 supprimer.

L’urgence, la reconversion de notre territoire s’impose, les ressources s’y trouvent manque la volonté des autorités à développer les industries du futur autour de l’alumine de haute pureté que les salariés de Gardanne sont aptes à produire la technologie de demain.

  • Alto, la plus mauvaise offre.
  • UMS, en fonction de quelques réponses attendues à la barre celle qui emportera les suffrages avec quelques réserves
  • Garantie environnementale déposée suivant acte notarié du 31/07/2012, le contenu n’a jamais été accessible. Document indispensable pour le Tribunal un simple accord papier entre les parties à proscrire afin d’assurer la remise en état des sites.
  • Ce qui va de pair avec l’ état des lieux, canalisation, usine, décharge de Mangegarri réclamés.

Simiane Collongue le 07/12/2020.                       Michel Mazzoleni (UCL)

ALUMINE GARDANNE – UCL PREND POSITION.

22 Nov
L'objet de notre association Union Calanques Littoral.

Regrouper toutes les volontés pour maintenir l’intégralité et assurer la sauvegarde du site des Calanques et du littoral méditerranéen par une gestion respectueuse des territoires, du patrimoine et des écosystèmes.

Communiqué de presse : L’usine d’alumine de Gardanne ne doit pas fermer

Comme suite à l’émission « Complément d’enquête », du 18 novembre 2020, de France 2, notre association « Union Calanques littoral », qui est à l’origine de la création du Parc national des Calanques, déclare :

Elle ne fait absolument pas partie des opposants qui réclament la fermeture de l’usine et ceci pour deux raisons : (1) La sauvegarde de l’emploi dans une ville sinistrée est une priorité. (2) Le maintien de la filière aluminium, l’un des points forts de l’industrie française, doit être maintenu.

Dans cette démarche, elle considère que les rejets actuels en mer, dans le Parc national des Calanques, restent polluants à cause de la présence de contaminants non biodégradables et qu’il faut s’en défaire.

L’effort de dépollution doit donc être poursuivi pour arrêter le rejet en mer et le dépôt à terre, condition essentielle qui doit être imposée au repreneur.
Les techniques existent et ont fait leur preuve. Les eaux usées devenues propres ne seraient plus gaspillées et serviraient pour l’irrigation et la recharge des nappes phréatique (270 m3/heure) dans le contexte du changement climatique qui a commencé.

Le déficit financier chronique et abyssal de l’usine a montré que la filière de production d’alumine à partir de la bauxite par le procédé bayer (procédé amont), n’est plus rentable à cause de la concurrence d’usines modernes en Guinée bénéficiant du minerai et d’une main d’œuvre moins chère sur place.

Il convient donc de développer le procédé « aval », celui de la fabrication d’alumine de spécialité à partir de l’alumine brute, le seul rentable.

Ce choix permettrait d’arrêter aussi le dépôt à terre de Mange Garri, qui menace la santé des riverains.

Fait le 21 novembre 2020.

Professeur Henry Augier Michel Mazzoleni
Docteur d’Etat es-sciences Membre Commission de Suivi du Site
Ex-directeur du laboratoire de biologie
marine fondamentale et appliquée
à la faculté des sciences de Marseille-Luminy
Président d’UCL

DEUX REPRENEURS EN LICE – RETOUR A LA CASE DEPART ?

19 Nov

Comme chacun sait, l’audience du 17/11/2020 au Tribunal de Commerce de Marseille a été reporté au 08/12/2020. La confirmation de nos constatations.

Comptes sociaux de 2004 à 2020 ce sera 200 millions € de pertes cumulées.

Performance financière pour un leader mondial désastreuse qui condamne son modèle économique à savoir l’importation du minerai de bauxite et son « rouge ».

Les sujets qui ont motivés ce report entre autres ce qui n’est pas une nouveauté pour nos lecteurs de ce blog exclusif raffinerie de bauxite de Gardanne.

1/ Garanties financières insuffisantes, manque d’engagements précis etc.

Alto, le profil de la société interpelle, le tribunal de commerce n’a pas décidé de poursuivre en l’état.

UMS Guinée avec HIG apporteur d’affaires comme en 2012 et fin connaisseur des arcanes de la gestion passée, soubresauts attendus, la prudence est de mise.

2/ Garantie environnementales l’enjeu majeur, lors de la cession de 2012 Rio Tinto Alcan supplée Alteo/HIG pour ce risque. Est ce qu’elle sera reconduite pour un des repreneurs ?

3/ L’avenir de la décharge de mangegarri. La volonté de la commune à arrêter l’exploitation n’est pas négliger. La continuité de l’activité en dépend.

L’enjeux environnemental via la garantie est considérable, la réglementation ICPE est contraignante : constitution d’une provision dans les comptes ce qui déséquilibre les deux projets et surtout alourdit les garanties financières…

Les juges expérimentés et professionnelles n’ont pas été dupe, les garanties absentes.

Une demande déposée auprès des autorités préfectorale afin d’évaluer le coût et risque de remise en état, de dépollution voir de démantèlement est en cours.

A. Montebourg ministre en 2014, son estimation : 200 millions €.

Un résultat, 6 repreneurs potentiels se sont désistés en l’état des audits. Conclusion à l’attention de leurs directions : inopportun d’investir dans une usine qui est à repenser après 120 ans et en manque de rentabilité chronique.

De plus le process alumine de haute pureté n’est pas protégé par brevets à Gardanne, il est lié à l’exécution du savoir-faire de l’ensemble des salariés.

D’ailleurs, les 8 offres de reprise du dossier SOPRANO par Rothschild ne s’i sont pas trompés en proposant une hauteur ridicule, insultante pour un leader.

Un Etat stratège devrait agir pour notre territoire, une proposition qui mûrit : Création d’un Pôle alumine intégré.

Construction d’une usine qui traitera l’hydrate d’alumine (bauxite blanche) durée 2 à 3 ans. L’usine actuelle et la décharge conservé pour cette durée, au terme démantèlement.

L’alumine de haute pureté à disposition d’industriels à qui l’on favoriserait une installation locale pour produire, batteries, écrans et hautes technologies etc.

Notre marché de l’emploi est malmené, usine, centrale à charbon, ce pôle donnerait la possibilité de travailler en Provence en modernisant, s’adapter aux marchés, dynamiser nos industriels pour entreprendre avec aides d’Etat.

Indépendance nationale où continuer d’importer notamment de Chine ?

Tout est possible, question de volonté, l’intérêt d’industriels, un consensus social.

Une note d’informations a été déposée auprès des autorités sur ces sujets.