BOUES ROUGES : LE DELAWARE (usa) QUI A TOUT POUR PLAIRE.

15 Mar

Le siège social de la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) fournisseur en minerai de bauxite de l’usine de Gardanne depuis des « lustres » quasi exclusif à partir de  contrats d’approvisionnements à long terme de 20 à 40 ans conclu en son temps  par Pechiney et Rio Tinto Alcan actionnaires dans les 49 % du capital, l’Etat  Guinéen en possède 51 %.

Cet aspect a fait l’objet d’une question écrite au Gouvernement par le député C Premat en janvier 2016, la réponse « lapidaire » de mars 2017, secret fiscal…circulez… ce n’est pas du niveau des citoyens (ce n’est pas dit mais tout comme).

Par contre, un contrôle fiscal approfondi par les services de l’Etat n’est pas interdit il est même conseillé, les conséquences éventuelles sur les comptes sociaux à assumer…

Les avantages que présente cet état des USA :

  • Régime fiscal opaque.
  • Règles de confidentialité strictes, tribunaux à la réputation de pro business.
  • Souplesse fiscale, objectif optimisé l’imposition via des montages complexes.
  • Un état ou créer une société écran totalement anonyme est très aisée.

Plus de 1 million de sociétés immatriculés pour une population de même niveau.

Le palmarès des entreprises de Fortune 500 s’y trouvent pour 66 %.

  • 285 000 entreprises sont implantées dans un seul immeuble (Northorange) de simples boites aux lettres sans bureaux.
  • Un état classé 3 au palmarès des pays les plus opaques, derrière la Suisse et Hon Kong.
  • En concurrence avec la machine a évasion fiscale de l’Europe (voir listes).

Tout cela est possible grâce au laisser faire, la connivence, le manque de volonté de réglementer, interdire, le contrôle des mouvements financiers entrainerait un séisme que le monde de la finance sans visage protège habilement.

Les cabinets d’investissements des professionnels spécialisés dans ce type de montage prolifèrent pour les besoins des détenteurs de capitaux toujours plus de rentabilité.

L’origine de ces capitaux ne viendrait elle pas de la force de travail des salariés ?

 

Publicités

BOUES ROUGES : LA SANTE EN OTAGE – INACCEPTABLE !!!

12 Mar
 

UNION CALANQUES LITTORAL

 

 

« Nocivité des poussières d’Altéo : le doute plane toujours à Gardanne »

Votre article dans La Provence du vendredi 10 mars 2017

Droit de réponse ou de complément d’information.

 

. Si « le doute plane sur la nocivité des poussières des dépôts industriels de l’usine d’alumine de Gardanne ».

 

. Si les études sont partielles et critiquables et la consultation des praticiens incomplète.

 

. Si toutes les conditions météorologiques n’ont pas été prises en compte dans les études.

 

. Si on n’arrive pas à faire la part des retombées pour l’ensemble des sites industriels de la région.

 

. S’il est vrai d’avoir une usine polluante au sein même d’une agglomération est aberrant.

 

. S’il est vrai que le risque de contamination par l’arsenic et l’aluminium existe, mais qu’il est difficile à définir.

 

. S’il est vrai, d’après l’ERI que « les résultats ne permettent pas d’exclure un risque sanitaire ».

 

. S’il est vrai que les effets cumulatifs de différentes sources n’ont pas été étudiés.

 

. S’il est vrai qu’il existe un risque pour les enfants qui portent à la bouche leurs mains souillées.

 

. S’il est vrai que les concentrations en particules fines dépassent les valeurs guides de l’Organisation Mondiale de la Santé pour la protection de la population.

 

Alors, il faut appliquer le principe de précaution, si on veut respecter la loi.

 

Or les autorités dites responsables hésitent encore à le faire, car cela signifierait la fermeture de l’usine, avec les conséquences que l’on connait. En France, on sacrifie la santé de la population au bénéfice de la grande industrie. La responsabilité du gouvernement et de ses satellites est immense.

 

Marseille le 11 mars 2017.

 

 

 

Professeur Henry Augier

Président

BOUES ROUGES : CANALISATION – RISQUES – RESPONSABILITÉ DE L’ETAT.

7 Mar

ATTENDRE UNE RUPTURE POUR AGIR ?

Extraits, des éléments transmis à la Commission Européenne. Le Comité de Suivi mis en place par le  Préfet ne devrait-il pas s’emparer de ce sujet délicat et incontournable ?

Au-delà des polémiques la sagesse recommande une vérification approfondie par l’intérieur sur l’état de vieillissement de la canalisation assurant les rejets en mer, la seule technique valable pour mesurer l’épaisseur du métal résiduel est réalisée par  l’intervention d’un PIG (vidéo jointe).

Trente millions de tonnes de déchets solides ayant servis à la fabrication de produits abrasifs, des produits chimiques  ont été mis en décharge en mer via cette conduite durant 50 ans.

Les remarques lors de l’enquête publique de septembre 2015, le courrier d’un de M. Franco plaignant du 22/02/2005 auprès d’Aluminium Pechiney le propriétaire sont restées lettres mortes.

Malgré les alertes l’Etat Français n’a pas exigé des contrôles, évaluer l’état de vieillissement en fonction de la durée de vie prévisible, qualité du métal, technique et modalité d’implantation, les choix obsolètes périmées qui n’ont plus court aujourd’hui.

Seuls des inspections visuelles par l’extérieur à l’aide de ROV, tous les 5 ans sans que l’on en connaisse les constatations

Les caractéristiques, à l’origine une épaisseur de 7,92 mm pour un diamètre de 240 mm, une inspection par l’intérieur est indispensable afin de mesurer l’épaisseur résiduelle. Actuellement comment est -elle apprécier ?

Notre spécialiste de l’offshore sous-marin, l’objectif de la mission, établir la  confirmation ou pas des interrogations qui apparaissent pertinentes.

«  Dans la zone d’accélération (entre 6 h/9 h/15 h) où se concentre les déchets abrasifs l’épaisseur serait de 2 mm soit une perte de 75 % proche de la rupture compte tenu des mouvements sous-marins et des réparations sommaires, photos et vidéos attestent de cet état. 

          La canalisation n’a pas été réalisée à l’époque avec des gares d’entrée et de sortie permettant un contrôle intérieure.

          Afin de pallier à cet inconvénient, la création à l’arrivée de la canalisation terrestre  à Port Miou au droit de la rivière souterraine il serait possible de créer la porte d’entrée d’un PIG, le fonctionnement voir la vidéo.

          Il ne parait pas indispensable de réaliser une vérification sur l’ensemble de la canalisation immergée soit 7,636 km mauis sur un seul Km. En effet l’usure du métal étant linéaire, le diagnostic sera clair »

La responsabilité de l’Etat Français est engagée, un manquement grave à différents principes, précaution, prévention, un laxisme qui risque de se révéler catastrophique, majeurs et irréversibles.

Les fonds sous-marins, règne l’argument principal «pas vu pas pris «

Imposer à l’industriel des mesures de contrôles drastiques afin de sécuriser les zones concernées parait indiscutable. Le coût inérant à sa production.

La canalisation cumule les inconvénients, sans dégâts visibles depuis sa mise en exploitation mais situé en zone sismique avec en prime des effondrements massifs des falaises côtières possibles (BRGM).

Le revêtement de protection bitumeux du métal se désagrège par plaques (vidéo, photos) un morceau a été déposé auprès des enquêteurs pour analyses et pièces à conviction, demande restée sans réponse.

Les engagements contractuels entre le propriétaire Aluminium Pechiney (le propriétaire) et Altéo l’utilisateur sont inconnus, qui a la charge de l’entretien des grosses réparations, les conditions d’exploitation ?

 

 

Pièces jointes :

Canalisation état des lieux.

Risques sismiques,

Mouvements de terrains côtiers de grandes ampleurs (BRGM).

Vidéo démonstration fonctionnement PIG.

 

 

 

BOUES ROUGES -DEMANDE ENQUÊTE PARLEMENTAIRE – AIDE PUBLIQUE ALTEO.

15 Fév

Une importante communication à venir suite de notre plainte contre l’Etat Français auprès de la Commission Européenne.

Documents parlementaires > Propositions de loi

 

N° 4464 rectifié

_____

ASSEMBLÉE NATIONALE

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

QUATORZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 10 février 2017.

PROPOSITION DE RÉSOLUTION

tendant à la création d’une commission d’enquête sur les conditions de financement public de l’usine Altéo de Gardanne,

(Renvoyée à la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire
de la République, à défaut de constitution d’une commission spéciale
dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

présentée par

  1. Christophe PREMAT,

député.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Face à problème récurrent d’émission de rejets de bauxite en mer méditerranée, il est important que le législateur puisse se doter d’une commission permettant d’analyser la viabilité économique et écologique d’une usine comme Altéo de Gardanne, qui, en succédant au groupe Péchiney, perçoit des aides publiques par le biais de mesures de défiscalisation accordées régulièrement. Ainsi, lors de l’examen du projet de loi de finances de 2012, une baisse de la redevance sur les rejets en mer avait été votée au Parlement. L’ensemble de ces éléments montre que la gestion de l’usine gagnerait à être transparente afin d’étudier son modèle économique, dans la mesure où son activité a un impact environnemental direct. Des recherches complémentaires sur les problématiques de rejets d’eaux industrielles, de poussières et de stockage à terre des résidus de production pourraient être envisagées.

La commission devrait pouvoir dans le même temps examiner les modalités de perception de la taxe sur les activités polluantes. Le plafond de la redevance pour pollution due aux agences de l’eau est fixé, pour l’élément constitutif de pollution « toxicité aiguë rejetée en mer au-delà de 5 km du littoral et à plus de 250 mètres de profondeur », à 4 euros par kiloequitox, alors qu’il est de 18 euros par kiloequitox pour les rejets de « toxicité aiguë » en règle générale.

Une nouvelle méthode d’évaluation de la toxicité aigüe adaptée aux rejets en mer ayant été définie par arrêté ministériel du 20 mars 2015, un tel traitement dérogatoire pour le cas particulier des rejets en mer au-delà de 5 km du littoral et à plus de 250 mètres de profondeur n’a plus aucune justification technique ; la commission d’enquête se pose les questions du rétablissement d’un tarif de redevance équitable pour tous les rejets pour le paramètre « toxicité aiguë ». Par ailleurs, la commission d’enquête s’intéressera au plafond spécifique aux rejets en mer au-delà de 5 km du littoral et à plus de 250 mètres de profondeur pour les matières en suspension.

Le débat sur la fabrication d’alumines et sur la gestion des déchets date des années 1960 puisque en 1963, les parlementaires français avaient eu l’occasion de s’interroger sur la stratégie industrielle de l’usine Péchiney avec des réserves sur l’impact environnemental conséquent à la localisation de ces usines du groupe Péchiney. Force est de constater que ce débat perdure et qu’une analyse fine des différentes mesures de défiscalisation, d’aides publiques de l’usine Altéo de Gardanne doit pouvoir être réalisée par le législateur. L’analyse des montages financiers de cette usine doit également faire l’objet d’une discussion rigoureuse.

C’est pourquoi la présente proposition de résolution vise à la création d’une commission d’enquête parlementaire afin d’étudier les conditions de financement public de l’usine Altéo de Gardanne.

PROPOSITION DE RÉSOLUTION

Article unique

En application des articles 137 et suivants du Règlement, il est créé une commission d’enquête de trente membres sur les conditions de financement public de l’usine Altéo de Gardanne ainsi que les aides publiques perçues.

1° Elle aura pour mission d’examiner les conditions dans lesquelles l’usine Altéo de Gardanne a obtenu des mesures de défiscalisation.

2° Elle s’attachera à établir une évaluation de la perception de la taxe sur les activités polluantes de cette usine.

3° Elle examinera les mesures susceptibles d’être mises en place pour améliorer le système de rejets de déchets de cette usine.

4° Elle s’attachera à évaluer le modèle économique de l’usine Altéo de Gardanne et ses investissements dans des fonds financiers internationaux.

© Assemblée nationale

 

BOUES ROUGES : COMMISSION EUROPÉENNE – PLAINTE CONTRE L’ETAT FRANÇAIS.

4 Fév

 

Nous avions décidé de rester discret lors de l’envoi de notre plainte du 11/01/2017 d’une part et du contenu des courriers reçus les 23/01/2017 et 01/02/2017 de la Commission Européenne.

Un article du Monde du 27/01/2017 sans précision des auteurs, repris par les médias a permis à des individus le clan des « toulonais » de faire croire qu’il s’agissait de leur démarches,  pétition ex Cathy change. Org,  la citation des auteurs :

Suite à nos actions et notre lobbying au niveau européen mais aussi grâce à nos victoires juridiques et au soutien de plusieurs eurodéputés, la commission a décidé de lancer une enquête sur le dossier des boues rouges »

L’eurodéputée Mme. Rivasi contactée par mes soins, dans sa réponse du 31/01/2017 me confirme qu’elle n’y ai pour rien tout au contraire elle demande de lui adresser copie de la plainte, ce que j’ai refusé.

Je ne comprends pas que des députés européens qui apparaissent dans le dossier des boues rouges, fin connaisseurs des arcanes de Bruxelles n’est pas à ce jour mis en cause l’Etat Français ?

 Il aura fallu attendre que 4 citoyens de base s’en charge.            

Mon hypothèse, ne serait-ce pas pour ne pas gêner les amis du parti au pouvoir en vue de prochaines élections ?

L’instruction de ce dossier n’est pas sur la place publique, je puis rassurer tout le monde, notre dossier est enregistré dans l’application EU Pilot avec un numéro de référence confidentiel.

Sont concernées précisément 6 directives Européennes  ce qui évoluera au fur et à mesure de l’instruction et des réponses apportées dans 10 semaines.

Notre dossier volumineux, complexe concerne, la science, la finances, l’économie, les questions sans réponse du gouvernement, l’avenir avec une usine moderne pour la reconquête de la filière française et européenne.

Mise au point, les 4 plaignants réunis comme « experts « dans leur domaine :

  1. Henry Augier, Maitre de Conférences, docteur d’Etat, professeur, président de l’Union des Calanques Littoral (UCL) ancien directeur de laboratoires de recherches en biologie et écologie marine ex conseiller au Conseil de l’Europe à Strasbourg.

Aldo Franco, scaphandrier de classe 3, expert en canalisation sous-marine, auteur avec son équipe de la vidéo produite lors de l’enquête publique. Il a plongé dans les boues rouges de Pechiney en Grèce avec à la sortie un corps brulé.

Gérard Rivoire, consultant en écologie marine, présent dès les premières luttes à La Ciotat/Cassis, 90 plongées en sous-marin dans la méditerranée provençale afin d’observer et de publier un ouvrages sur la mortalité anormale des coraux rouges et des gorgones en 1987.

Michel Mazzoleni, réside dans le voisinage de l’usine et de mangegarri, ancien directeur financier au sein du groupe Bolloré, le coordinateur, initiateur de la plainte avec ses 3 partenaires professionnels qui ont permis de constituer un dossier de qualité qui a interpellé rapidement la Commission.

Avant de recevoir les courriers de l’Europe, notre avocat fin connaisseur de la procédure communautaire et qui nous aidera le moment venu, lors de notre premier entretien m’a indiqué :

Votre démarche sera l’étincelle qu’attendais la Commission ?

Les événements qui s’enchainent accréditent cette prédiction. A suivre..

Par ailleurs, un recours hiérarchique a été introduit le 03/02/2017 par UCL et ASPAS auprès de Mme. Royal concernant l’article 32 de l’arrêté du 03/02/1998, prélèvement et consommation d’eau, valeurs limites de concentration, le paramètre des quantités rejetées etc.

Les annonces du Comité de Suivi du 02/02/2017 :

– Le lien entre pathologies humaines et les déchets en décharge à Mangegarri n’est pas établi, les investigations en conséquence sont closes. Ce que j’avais malheureusement indiqué à un des riverains il y a deux ans en présence de Barbara, sa hantise « apprendre cette nouvelle » dixit et c’est bien normal. Sauf qu’il n’a pas voulu comprendre.

En mer, les poissons, l’avis du professeur Augier :

« D’après les investigations de l’ANSES, tous les échantillons de poissons sont contaminées, sans exception, que ce soit la zone impactée (ZI) que dans la zone de référence (ZR). Ce qui signifie qu’en consommant ces poissons vous absorbez, avec la chair, des métaux lourds et autres produits toxiques. Cependant les concentrations sont très faibles et ne dépassent les normes en vigueur (doses limites).

Ils peuvent donc être consommer sans problèmes d’après l’ANSES. Le professeur Augier recommande cependant que ne consommer les poissons des calanques qu’une fois par semaine et en éliminant la tête et les viscères pour plus de sureté. Les considérations toxiques ne tiennent pas compte d’apports éventuels par d’autres aliments contaminés.

Il conseille aux femmes enceintes (le placenta laisse passer certains métaux toxiques de la mère à l’embryon) et aux jeunes enfants de s’abstenir de manger ces poissons.

S’il n’y a pas actuellement de problème majeur avec la pêche, la vente et la consommation de poissons des calanques, le professeur Augier précise cependant que si les rejets devaient continuer encore pendant plusieurs années, l’impact pourrait être plus préoccupant. En effet, la majorité des polluants contenus dans les effluents industriels sont peu ou pas biodégradables et ils auront donc tendance à s’accumuler dans le temps et à se concentrer le long des Chaines alimentaires menant aux poissons.

Par ailleurs, suite à l’assignation de février 2016 au fonds par UCL et ses partenaires, le Tribunal Administratif de Marseille a sommé le Préfet de conclure et ce pour la seconde fois la première étant restée sans effet pour le 06/03/2017.

Nous connaitrons les premiers éléments de défense de l’Etat.

Il me paraissait nécessaire d’apporter ces quelques précisions.

BOUES ROUGES : L’USINE-FINANCES-ECONOMIE – SAUVETAGE OU RUINE ?

31 Jan

La Provence terre du minerai de bauxite, découvert par le chimiste Berthier dès 1821 au Baux de Provence, la région possède l’ensemble des atouts indispensable à la création d’une filière aluminium « propre » et performante.

Importation d’alumine au lieu du minerai, création d’une usine dans la zone industrialo portuaire de Fos pourvu de terrains suffisants, un plan d’énergie renouvelable possible, des coûts logistiques réduits permettent de rentabiliser l’outil tout en maintenant l’emploi, un ensemble qui ne peut que satisfaire les parties.

Un handicap majeur, le manque de volonté de l’Etat depuis 1993 pour étudier la faisabilité d’un projet rendu indispensable face aux risques que présente l’usine hors d’âge permettant une reconversion et un développement économique du site.

Le démantèlement prévu dès 2012 de l’ex groupe Altéo sur 5 ans se concrétise :

La transaction avec Imerys, vente de 3 usines, Beyrede, La Bathie et Teustchental a été enregistrée aux greffes du tribunal de commerce de Chambéry pour la partie France à effet du 31/12/2016 publication BODACC RCS B du 22/01/2017 nouvelle dénomination social Arc Fused Alumina filiale du groupe Imerys Fused Alumina.

Elle est présidé par M. Berger Olivier consultant.

La Commission Européenne a donné sa bénédiction à cette opération sous réserve que l’usine de La Bathie soit revendue par Imerys dans les 6 mois, afin de respecter les règles de la Concurrence au sein de l’Europe,  dossier n° M 8130.

Ces entreprises sont bénéficiaires à l’inverse de Gardanne.

Le groupement Altéo avec 4 usines pouvait avoir un sens, Gardanne devenue seule n’a plus la décision et ne peut se développer sur sa seule capacité de production résiduelle à savoir 200 000 tonnes d’alumine à partir de 500 000 tonnes de minerai permettant un chiffre d’affaires correspondant à 80 000 tonnes de produits finis.

La garantie de commandes par le groupe Imérys est vitale pour le devenir, à qu’elle prix et pour qu’elle durée des 400 000 t fournies aux 3 usines.

La concurrence est présente, agressive. La Guinée et autres pays exportent l’alumine produite des raffineries sont en constructin sur place.

Ces éléments sont contenus dans  la plainte déposée auprès de la Commission Européenne volet, économie et finances.

Pour ce qui concerne la partie scientifique la position du professeur Augier un des plaignants est développée ainsi que le décryptage des avis de l’ANSES très complet.

Exiger de l’industriel qu’il paie ses propres coûts, qu’il s’en exonère par la simple connivence avec le gouvernement et ses relais n’est plus tolérable.

  1. Michel Barnier, actuel commissaire européen et ministre de l’écologie à l’époque par son courrier au député Tardito qui l’alertait sur la présence de boues rouges dès 103 m. de profondeur ce qu’il en disait dès 1993 :
  • Une coulée d’épaisseur variant de 1 à 10 cm à plus de 200 m. de profondeur jusqu’à au moins 50 km. du débouché de la canalisation. Les résidus s’étendent latéralement à 2,5 km. de l’axe.
  • Aucune espèce de fond, ni de poisson de fond n’est présent.
  • La population des poissons de pleine eau est similaire à celles des autres canyons et ne présentent pas de modifications pathologiques
  • Un test biologique effectué sur des larves d’oursins fait état d’effets spermio et embryotoxiques pour les effluents même à très forte dilution.
  • Le stockage à terre des résidus reste actuellement inenvisageable par l’industriel, car d’un coût de fabrication et d’exploitation prohibitifs (100 MF par année de production contre 6,5 MF pour le rejet en mer.
  • Cette solution est techniquement réalisable mais nécessiterait une emprise au sol importante (bassins de stockage de 200 m. de diamètre.
  • A ce jour il n’existe pas de procédé techniquement et économiquement viable pour valoriser massivement ces déchets.
  • Ce dossier est suivi de manière attentive par mes services.

Les mêmes questions actualisées aujourd’hui n’ont pas trouvée de solutions.

Les avantages consentis à l’industriel, rejet toxicité aiguë, il devrait s’acquitter :

  • Redevance sur l’eau, plafonner à 3,5 millions d’euros à l’acte notarié du 31/07/2012 sinon l’usine ferme. Initialement à 13,5 modifié par la Loi de Finances 2012. Soit 11 millions par an sur 4 ans = 44 millions d’euros.
  • Déchets mis en décharge aussi bien en mer qu’à terre gratuite un minimum de 2 millions d’euros sur 4 ans   8 millions d’euros.
  • Les coûts de démantèlement de réhabilitation ne sont pas provisionnés, les cautions bancaires dérisoires, tout en sachant que des accords privés environnementaux exonèrent de responsabilité Altéo.
  • Les aides publiques, CICE un peu plus de 400 000 euros, filtre presse etc. soit environ 20 millions €.

Comptes sociaux 2013/2014/2015, greffe Aix en Provence après saisine.

Les pertes pour ces 3 exercices sous gestion HIG s’élèvent à 41 602 019,80 euros. La projection 2016 situera le montant cumulé à près de 60 millions d’euros soit le capital social d’origine mis en place pour financer, les stocks de bauxite, soude etc. la valeur de l’usine ayant été retenu pour zéro.

Comment,  dans qu’elles conditions  recapitaliser, le calendrier des engagements  ?

                                         2015                       2014                      2013

Chiffre d’affaires               211 547 280           205 137 234 204 542 200

Dont export                      162 506 596 155 299 46             155 983 600

Résultat d’exploitation   – 13 670 637       – 13 141 194        13 091 700

Résultat net (pertes)         – 12 002 506          – 13 714 476           -11 648 900

Les investisseurs inconnus devront refinancer, est-ce leur volonté avec un tel niveau de pertes ?

Pour concrétiser cette opération Rio Tinto Alcan a accepté de payer une dette dite de Gardanne (certificateur) de 24 millions d’euros payables en 4 ans dont la dernière échéance coïncide avec la clôture des comptes de 2016.

Juin 2012, la cession « apparente » de Rio Tinto Alcan à un Fonds Communs de Placements à Risques, FCPR HIG capital France, transférait la propriété de l’usine et de la décharge à un financier et non pas à un industriel c’est tout le problème.

L’objectif classique est de rentabiliser l’investissement sur la période annoncée  de 4 à 5 ans mais en face de pertes abyssales mais qui devraient être plus conséquentes sans les avantages obtenus.

L’avenir de l’usine est sombre ce qui nécessite une prise de conscience de l’Etat, de présenter un dossier « projet industriel » chercher des investisseurs ils existent et de travailler à la mise en œuvre de solutions visant le maintien d’emplois.

Les questions du député Prémat sur les conditions et modalités d’achats du minerai de bauxite ainsi que l’optimisation de la facturation export trouvent leurs pertinences sans jamais avoir reçu de réponses de l’industriel et du gouvernement. De là à penser qu’il existe des accords secrets ?

Le chiffre d’affaires généré  à l’exportation représente 80 % dont 40 % en Asie ce qui pourrait faciliter les tentations.

Les syndicats étaient plus que réservés en 2012 et à juste titre, le rapport SECAFI concluait à une opération qui n’était pas viable.

Les méthodes de gestion par HIG Paris avec Olivier Boyadjian président, pourrait poser question, un article de Mediapart de novembre 2016 interpelle.

La production avant et après la vente de 3 usines au groupe IMERYS.

La capacité industrielle de l’usine (source Altéo) :

  • 1 million de tonnes de minerai, Importation via le port de Fos.
  • 400 000 tonnes d’alumine vendu pour un chiffre d’affaires de 200 M€.
    • 300 000 tonnes pour les 3 usines du groupe vendu à Imerys.
    • 100 000 tonnes pour la fabrication propre de Gardanne.

Par jour, par voie ferrée de Fos à Gardanne :

  • Importation de 3000 tonnes de bauxite.
  • Exportation de produits finis 1200 tonnes.

La problématique et les conditions de la vente à Imerys :

  • L’essentiel de l’alumine produite pour 300 000 t. Altéo n’est plus décisionnaire pour imposer le choix du fournisseur.
  • La compétitivité tarifaire des produits d’alumine que l’on peut retrouver sur le marché mondial la clé de l’avenir de Gardanne seule, rester le fournisseur d’Imerys ou disparaitre les enjeux de la vente.
  • Les 3 usines ont des ports d’arrivée de par leurs situations géographiques totalement différentes, des coûts logistiques qui pèseront lourds.
  • Altéo a-t-il négocié une obligation d’approvisionnement à Imerys ?

On peut constater que pour Gardanne seule, Altéo ne pourra maitriser directement  que  100 000 t. entrant dans 90 de ses produits phares, carrelage et porcelaine, céramique, verre spécial pour les écrans LCD, réfractaire, ignifugation,  dérisoire pour durer et être rentable.

D’une multinationale de 30 000 salariés Pechiney et successeurs une gestion calamiteuse a conduit à cet échec avec un dernier objectif comment se débarrasser de l’usine à moindre coût.

Les statistiques de comparaison Dunkerque électrolyse et Gardanne Bayer.

La planche photographique illustre l’énormité et la différence dans le traitement environnementale, l’aspect économique confirme aussi l’obsolescence de Gardanne les deux usines ayant été créé par Pechiney une moderne avec des investissements majeurs, l’autre laisser à sa propre agonie sans véritable volonté de mise à niveau.

Procédé Bayer :

Les résidus de traitement de la bauxite (boues rouges) représentent, en général de 0,7 à 2 t/t d’alumine soit dans le monde 120 millions de t/an. Depuis l’exploitation du procédé Bayer, 3 milliards de t.

Consommation, pour produire 1,9 t de AI2 O3 qui donne 1 t. de A1 il faut :

Bauxite 4 à 5 t. – Eau13,5 t. – Chaux 200 kg – NaOH 210 kg –Energie 380 kWh

Exemple des coûts, Energie 38 % – Bauxite 37 % – Sodium 13 % – Divers 12 %

Les couts incompressibles représentent entre 70 et 80 % ce qui ne laisse aucune marge de manœuvre pour les salaires et la rémunération des investissements.

La production mondiale se situe autour de 103 millions t., pour l’Union Européenne 6 millions t. pour la France Gardanne 600 000 t la France ne figure pas dans le palmarès des 12 pays producteurs.

Electrolyse :

Exemple des coûts, matières premières 15 % – Energie 30 % – Main d’œuvre 16 % – Amortissements, frais financiers 39 %.

La comparaison ne ressort pas en faveur du procédé Bayer malgré un fort coût en énergie qui pourrait être amélioré à Fos avec des énergies renouvelables.

Nos élites ne pourraient-elles pas réfléchir à l’ensemble de ces paramètres afin de proposer une reconversion du site indispensable, vétusté de l’outil, un marché concurrentiel, l’indépendance nationale et tous arguments de bon sens etc.

Le marché en Guinée, la création de raffineries s’intensifie.

4 émé producteur mondial avec 19 300 millions de t. premières réserves mondiale 7 400 millions de t. et premier exportateur avec 18 816 millions de t.

Les opérateurs ont bien compris qu’il fallait installer les raffineries de minerai au plus près des mines, amélioration des coûts logistiques une masse à transporter diviser par près de 2, de la main d’œuvre à bas prix, le revenu du pays par habitant est de 1 dollars par jour, des implantations qui améliorerons le quotidien des populations locales et apporterons les éléments d’une politique environnementale.

L’exemple de Dubai Aluminium investissements :

  • Mine de Sangaredi, 5 milliards de dollars en activité.
  • Raffinerie, 4 milliards de dollars.
  • Voie ferrée, Sangaredi au port d’embarquement de Kansar existante.
  • Début construction 2018, opérationnelle en 2022 avec une production initiale de 2 millions de tonnes par an.

La Chine omniprésente, la Guinée est le principal fournisseur de Chinalco.

En cela ils ont suivi l’exemple du précurseur Pechiney avec la création de l’usine de Fria dès 1960/1963 qui était destinée à alimenter les usines françaises en alumine, 5 ans de grève vienne de se terminer, le propriétaire actuel major de l’industrie de l’aluminium RUSAL a redémarré la raffinerie.

Ce qui n’a jamais été imposé à Gardanne ayant opté à cette époque pour la canalisation une solution insensée dont on constate les monstruosités.

Les accusations qui consistent à diffuser des contre-vérités, nous souhaitons polluer en Guinée sont incohérente et frise la « débilité » le pays est déjà de par la seule extraction du minerai de bauxite en plein marasme environnementale.

En France, les autorités et ses affidés prétendent que l’usine ne pollue en rien, en l’implantant en Guinée elle devient polluante. Chercher l’erreur.

Tout au contraire dans les projets et réalisations en cours il est indispensable d’apporter des solutions « propres » afin que le pays évolue dans des conditions environnementales de qualité respectueuse de la santé humaine tout en apportant la réussite économique qui devrait être mieux partagé localement..

Les entreprises extractrices, devraient être mises à contribution. En effet, les gisements se présentent sous forme de couche horizontale de quelques mètres d’épaisseurs (7 à 8 m.) située à une faible profondeur moins d’un mètre sur une surface de plusieurs km 2.

Le marché de la filière aluminium, mines, extractions, raffineries et produits finis est détenu à 70 % de façon directes ou indirectes avec des participations croisées par deux énormes trusts Rockefeller et Rothschild. On peut engager le dialogue.

La Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) fournisseur d’Altéo, la suite des contrats d’approvisionnements à long terme négocié par Pechiney sur (25/30 ans) est détenue par 49 % de partenaires major dont Rio Tinto et l’Etat Guinéen pour 51 %. Le siège social est au Delaware (USA) un paradis fiscal, est-ce le lieu de paiement de la facturation du minerai de bauxite acheté par Gardanne ?

Pour l’exercice 2016, les certificateurs des comptes dans le cadre de leurs obligations légales sont questionnés, nous verrons lors de la publication du rapport.

La confirmation de la vente d’Altéo Arc et Alulin Teuschental :

Ne seront  plus détenu par Altéo Holding mais par Arc  Fused Alumina représenté par M. Olivier Berger consultant et conseils en entreprises.

Publication auprès du greffe du Tribunal de Commerce de Chambéry en date du 18/01/2017 avec effet au 31/12/2016.

La vente pour La Bathie en Savoie et de Beyrède dans les  Pyrénées sont donc actées. Assisterons-nous à un réinvestissement massif sur Gardanne par HIG ou bien les fonds seront-ils distribués aux investisseurs inconnus ?

La cession partielle d’actif de 2012 qui a vu la prise de pouvoir par la finance et son bras armé HIG Miami/Paris pour une durée annoncée de 5 ans se réalise et ce n’est que de bonnes pratiques de financiers d’abord.

Pour Gardanne seule, les conséquences à terme occasionnerons de grandes difficultés, elles sont analysées dans la plainte déposée auprès de la Commission européenne et enregistrée avec un n° de dossier le 12/01/2017.

Alteo Arc a changé de dénomination sociale pour s’appeler Arc Fused Alumina en référence à la branche d’activité du groupe IMERYS le repreneur.

Garden party.

Le 28 février le député Lambert présentait ses vœux, dans un rôle d’attaché de presse d’Altéo, l’article de La Provence, illustre son reportage avec une photo de «  calino – thérapie « entre M. Benhamias le monsieur 1 % de la primaire à gauche et le directeur des opérations d’Altéo, la préfiguration de En Marche ?

Une proximité qui ne doit pas duper les citoyens de la circonscription.

Pour conclure provisoirement et en attendant les développements de  l’enquête de la Commission européenne  nous restons vigilants.

A titre personnel j’apporte mon modeste soutien aux salariés afin d’œuvrer à la réalisation d’une usine moderne conciliant emplois et santé environnementale.

 

BOUES ROUGES : L’IMPACT DES PRIMAIRES DE GAUCHE.

30 Jan

Les enseignements du scrutin, les résultats pour la zone de l’usine et de la décharge de Bouc Bel Air (mangegarri) .

  1. Hamon s’étant prononcé pour l’arrêt de tous rejets.

 

Valls                               Hamon

Communes           tour 1          tour   2        tour 1          tour 2

Gardanne                       117              204              138              286

Bouc Bel Air                   159              369              157              608

Simiane/Mimet/Cad   123              230              159              336

Meyreuil                         38               65                  37               105

TOTAUX    437           868              491               1826

Votants 1 er tour : 928 en % Valls 47 et Hamon 53.

Votants 2 eme tour : 2694 en % Valls 32 et Hamon 68.

Un score sans appel dans les communes concernées directement.

Cet écart impressionnant serait-ce le fruit de l’appel de la Loupe de Simiane Collongue à voter Benoit Hamon auprès des citoyens, des collectifs et associations engagées pour la protection de l’environnement et de la santé ?

Quand même pas néanmoins un message à nos élus locaux.

 

BOUES ROUGES : PLAINTE CONTRE L’ETAT FRANÇAIS- COMMISSION EUROPÉENNE.

19 Jan

Le 12/01/2017, une plainte a été déposée auprès de la Commission Européenne pour infractions au droit communautaire selon notre analyse pour :

  • Pollution du cœur marin du Parc National des Calanques, 44 pages
  • Rejet atmosphérique, poussières, pollutions usine et décharge 17 pages.
  • Bibliographie scientifique, alertes, courriers, justificatifs 112.
  • Planche photographique y compris sous-marine 45 vues.
  • Le constat, laxisme d’état, pression des scientifiques et de la finance.
  • Incapacité des gouvernements français durant ces longues années à étudier, chiffrer, proposer la refondation d’une filière d’alumine de spécialités européenne en appui d’un véritable industriel. Décider le choix d’importer du minerai  et ses pollutions ou de l’alumine ?
  • Une reconversion du site par transfert du savoir-faire vers la zone industrialo/portuaire PICCTO de Fos.

Les auteurs : l’Union des Calanques Littoral (UCL) et son président professeur d’Etat en biologie et écologie marine auteur de nombreux ouvrages, un expert en canalisation sous-marines, un conseiller en écologie marine auteur d’études, un directeur financier, tous à la retraite avec un objectif les faits.

Requête auprès du préfet le 29/02/2016, valeurs fer et aluminium.

  • Saisine par 5 association dont UCL un des plaignants, la découverte d’une grosse erreur dans l’instruction de l’arrêté du 28/12/2015.
  • Arrêté rectificatif du préfet du 24/08/2016.

Les recours devant le Tribunal Administratif de Marseille, la date ultime de dépôt est de un an après l’arrêté du 28/12/2015, l’ensemble des mémoires seront joints pour plaidoirie, il s’agit d’une procédure habituelle lors de recours multiples.

Les parties engagées :

20/01/2016, Union des Calanques Littoral (UCL), Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), l’Association Naturiste Phocéenne, l’Association office d’animation Sports et Loisirs des Bouches du Rhône, l’Association Confédération Syndicale des Familles CSF.

Février 2016, Association Nature océan, pêcheurs de La Ciotat, riverains de la décharge de Mangegarri.

Sur saisine des associations le Tribunal administratif de Paris, 06/01/2017 a mis en demeure l’Etat d’avoir à fournir le compte rendu de la réunion interministérielle du 13/11/2015. M. Valls imposait aux 6 représentants du gouvernement de voter favorablement au projet d’arrêté préfectoral présenté à la séance du CSPRT du 22/12/2015. La composition de cette instance et les écarts des résultats des votes n’ont pas été déterminants pour faire basculer le choix favorable du CSPRT.

Cette instance mériterait une réforme visant à son  indépendance à sa composition, ces pratiques confirment les attitudes de nos gouvernants en faveur  de Pechiney et successeurs, n’hésitant pas à manipuler, truquer, intriguer pour leurs besoins.

Les domaines d’une science asservie, économiques et financiers, des maneouvres constantes et souterraines ont permis de nombreux passes droits depuis 50 ans

A l’origine de ce  bleu de Matignon, le canard enchaîné du 06/01/2016, cette démarche constitue une satisfaction, sur le plan juridique, le contenu qui sera dévoilé à savoir « l’emploi » n’apportera qu’un éclairage sur les pratiques avérées de nos gouvernants et en aucun cas un élément déterminant pour gagner les recours.

Fin décembre 2016, FNE, Sea Shepherd et Ligue  de protection des oiseaux.

28/12/2016, les Amis de la Terre13/Provence.

Deux relances auprès du Tribunal Administratif de Marseille, celui-ci a enjoint le  préfet à transmettre aux parties ses observations pour le 07/10 /2016 pour les deux premiers recours. L’Etat n’a toujours par conclu.

L’attitude constante des autorités à masquer les réalités conduisent nécessairement à prendre des décisions, d’où le dépôt de plainte auprès de la Commission.

Les questions au Gouvernement déposées par le député Christophe Premat sont restées sans réponse depuis plus d’un an :

  • Conditions et modalités d’achats du minerai de bauxite demande d’enquête auprès de la DNEF afin d’éclairer la situation.
  • Optimisation possible de la facturation export soit 80 % du chiffre d’affaires dont 40 % en Asie, demande d’éclaircissements.
  • Redevance sur l’eau, rétablissement taux initial, principe pollueur payeur, le gouvernement impose le retrait de l’amendement en novembre 2016.

Le premier pas de la procédure européenne devant la Commission consiste à ce qu’elle analyse les griefs  afin de déterminer  s’il y a lieu de poursuivre l’Etat.

En cas d’avis favorable, nous devrons produire notre dossier, d’ores et déjà réalisé en commun par nos 4 plaignants  dont la compétence dans chacun de leur domaine est connue. Notre plainte a été structurée à partir de ces documents.

Soyons clair, Pechiney et successeurs, des sujets épineux qui méritent une lutte commune afin de préserver l’emploi et l’environnement.

Il ne s’agit pas de réclamer le démantèlement de l’usine, la réhabilitation de mangegarri  par plaisir ce qui entrainerait pour les familles des conséquences indignes de notre nation et de notre volonté.

Une lutte commune, regroupant, les salariés, les défenseurs de l’environnement et de la santé afin d’œuvrer à la réalisation  d’une usine moderne pérennisant la filière et les emplois.

Le rapport SECAFI remis aux syndicats en 2012 concluait à ce que l’opération HIG n’était pas viable, les résultats économiques le démontrent.

Depuis 2012, jusqu’à l’exercice clos au 31/12/2016, sous gestion HIG l’usine aura perdu 60 millions d’euros soit la totalité du capital social mis au pot pour financer les stocks (minerai, soude) la valorisation de l’usine étant égale à zéro.

Rio Tinto, l’apparent vendeur a accepté de payer à Altéo 24 millions d’euros en 4 annualités dont la dernière est en 2016. Un engagement peu banal pour un vendeur, ce qui pourrait accréditer une entente particulière.

L’échéance de 2017 annoncée par le financier,  il a déjà mis à exécution ses objectifs initiaux de 2012, la vente d’Altéo Arc et Alufin 3 usines rentables, la plus-value dégagée sera-t-elle réinvestie à Gardanne qui reste seule ?

L’objectif : sauver les emplois en mettant à profit ce laps de temps pour tourner la page de Gardanne dans la sérénité d’une reconversion réussie à la satisfaction de tous.

Le financement d’un outil de 10 milliards n’est plus problématique lorsqu’on remet à disposition des banques 1000 milliards qui cherchent à financer des projets. Un groupe industriel et l’Europe seraient dans l’opération un gage de réussite et de garanties.

Une certitude en restant en l’état, l’usine est destinée à la « ferraille » par  manque d’investissements massifs, condamnée faute de rentabilité. La préhistoire de l’aluminium ce consumera dans l’indifférence générale et des licenciements suivront, la finance ne s’embarrassera pas de scrupules.

50 ans de protection, d’avantages, dérogations,  concurrence mondialisée  n’offrent aucun avenir à court terme de plus un manque de compétitivité face aux usines installées dans les pays à bas coûts au plus près des mines de bauxite.

L’extraction du minerai par arasement de collines à ciel ouvert en Guinée entraine des pollutions, des poussières terribles que personne ne condamne. Il y a nécessité de reprendre sur place l’ensemble des données écologique y compris dans la production locale de l’alumine qui se développe.

Utilisons le savoir-faire, la seule chance de survie dans un autre monde.

Rio Tinto est  partenaire dans CBG qui fournit le minerai et dont le siège est dans le paradis fiscal du Deleware (usa), l’organisateur de fait de la cession de 2012 avec le support HIG Miami/Paris via le montage d’un Fonds Communs de Placements à Risques propriétaire d’Altéo  par des investisseurs inconnus.

Cette multinationale pourrait poursuivre son but ultime se débarrasser indirectement et à bon compte de l’usine, dépollution, démantèlement, réhabilitation de la décharge et de l’usine.

Le preneur suivant accords environnementaux figurant aux actes notariés n’est pas rendu  responsable de par la seule volonté des parties, l’arrêt Alu Suisse s’applique à Altéo qui a connaissance de l’existence des déchets qu’il entrepose.

Rio Tinto ayant démantelé en France la totalité de l’ex Pechiney, ne reste que, l’usine d’électrolyse de Dunkerque en cours de vente. Des difficultés pour obtenir des indemnisations et l’exécution d’obligations mis à sa charge prévisibles.

L’Etat accorde des dérogations en oubliant les principes de bases d’une gestion des risques équilibrée, de solvabilité, la règle de prudence ignorée lors de l’établissement de l’Arrêté du 28/12/2015,  le propriétaire réel ?

Personne ne semble avoir pris connaissance des documents officiels concrétisant l’accord des parties c’est triste mais la réalité.

Ministères, Préfets, Politiques tous ignoraient les conditions contractuelles malgré de nombreuses alertes, dont les questions écrites au gouvernement.

Nos investigations à partir de documents officiels ont été communiquées et attestent de la véracité des sources. Les commissaires aux comptes saisis pour la certification des comptes sociaux de 2016.

L’autoritarisme de M. Valls qui sans concertation y compris avec sa ministre Mme Royal » ordonne »  aux membres du CSPRT et au préfet d’accorder les dérogations dans les termes de l’arrêté du 28/12/2015, constitue une façon simpliste de répondre à la problématique de l’usine dans son ensemble qui aurait mérité des réflexions approfondies et novatrices. Une faute grave qui ne garantit pas l’avenir.

Son successeur, M. Cazeneuve par sa réponse du 05/01/2017 à l’interrogation d’UCL ne change pas de ligne en y ajoutant des approximations faute d’un manque de connaissances par les équipes du 1 er ministre du dossier.

La mobilisation :

Enquête publique 878 pages de contributions  défavorable 1122  sur 2128 dont 633 salariés, CGT et PCF.

Les pétitions remises lors de l’enquête  défavorable : 27 271

La pétition de tous, sur change.org « Non aux rejets dans le Parc National des Calanques » : 353 846 signatures au 24/12/2016 (initiative de Cathy).

La couverture médiatique et politique imposante mais jamais décisives.

Le blog, La Loupe de Simiane Collongue et son interface chez Mediapart  16 679 visiteurs « locaux « depuis sa création le 01/01/2015, exclusif  « boues rouges ».

Produire de l’alumine de spécialités dans une usine moderne dotée des meilleures technologies disponibles, la matière première  l’alumine et non pas le cortège de nuisances consécutif au minerai de bauxite : Personne ne peut être contre.

Nous vous tiendrons informés du suivi, nous  devions à tous ces précisions dans l’intérêt commun.

Des bénévoles pour qui l’action est transparente, hors contrainte et pression politicienne, indépendants, adepte du droit de savoir,  le plus objectif possible avec peut être des lacunes mais toujours en s’appuyant sur des faits

BOUES ROUGES : ALTEO ARC LA BATHIE – L’HEURE DE VÉRITÉ – CGT DÉNONCE LES PRATIQUES.

9 Déc

Le syndicat CGT  sur son site Facebook  éclaire et confirme les pratiques de la finance de l’ombre ayant comme visage HIG Européan Partners Paris représenté par son Président M. Olivier Boyadjan.

En difficulté avec ses associés dans l’opération révélée par Mediapart « Le Banquet des Fauves du 24/11/2016 »  où deux dirigeants de Véolia ont été remerciés. Le montage d’une société domiciliée au Luxembourg s’apprêtait à revendre à Véolia elle-même (c’est un comble) une organisation de recouvrement de ses factures d’eau pour la coquette somme de 200 millions d’euros.

N’hésitant pas à entraîner l’épouse dans un acte de cupidité. Pensez-vous espérer des sentiments ? L’emploi, la reconversion du site de Gardanne, ne sont pas les préoccupations de ce type de « prédateurs financiers ». Tout au contraire ils prospèrent à l’abri de l’Etat et de ses serviteurs zélés.

On touche le fonds, à quand un sursaut de moralité et de salubrité.

La cession partielle d’actif de juin 2012 entre Rio Tinto Alcan et HIG Capital France Fonds Communes de Placements à Risques (FCPR) a été orchestrée par cette entité de Paris filiale de Miami. La durée de l’investissement initiale prévue est de 4 à 5 ans.

La vente à Imerys  de 3 usines sur les 4  est actée par la Communauté Européenne.

Gardanne, seule son échéance programmée probablement par le représentant des investisseurs.

La page Facebook du syndicat CGT :

https://www.facebook.com/1014946865281462/photos/a.1014969311945884.1073741828.1014946865281462/1023767517732730/?type=3&theater

A lire sans modération par les services de l’Etat et tous les Gardannais quant au mode opératoire.

Résumé succinct et factuel de ces pages syndicales :

Le mardi 30/11/2016 une délégation d’Altéo Arc a obtenu un rendez-vous à Bruxelles avec le directeur en charge des fusions à la Commission Européenne, réponse :

  • Nous n’avons aucune possibilité de stopper cette vente.
  • Altéo Arc sera vendu à Imerys, qui aura l’obligation de vendre l’usine de La Bathie sous 6 mois.
  • La Commission s’assurera de garantir aux ouvriers une vente pérenne.
  • Matérialiser les incertitudes pour un vrai projet industriel de la part d’un repreneur potentiel.

Le député Hervé Gaymard a interpellé le Ministre de l’industrie M. Mandon sur ce sujet lors des questions au gouvernement du mardi 29/11/2016.

Lors du Comité d’établissement extraordinaire du 15/11/2016, une direction atteinte de sévère trouble de mémoire.

Mener une étude pour un investissement de 15 millions d’euros jamais réalisé y compris après 15 mois et qui reste encore à finaliser et à chiffrer. Un bel exemple de réactivité et d’efficacité.

Dans l’édition n° 1 du 16/11/2016 vous y remarquerez les relations sociales dégradées, la production en augmentation sans moyens en personnel et encore mois la réalisation des investissements.

A l’initiative d’un ancien salarié ses précisions :

  • Aout 2016. Exclusivité par HIG de la vente à Imerys, principal concurrent Européen.
  • Le service commercial est exclu du périmètre de la vente, les principaux artisans du développement de La Bathie sont purement et simplement licenciés.
  • Cette exclusivité empêche et condamne toutes solutions ou alternatives.
  • La C.E. interdit cette fusion qui serait en position de monopole pour le corindon blanc. Elle donne 6 mois à Imerys pour revendre, durant ce laps de temps l’acheteur ne devra pas intervenir dans la gestion de l’usine.

Vous pouvez utilement lire entièrement cette contribution qui illustre et permet de comprendre ce qui va se passer pour 150 emplois directs en Savoie.

Que nos amis Gardannais ne soient pas surpris le tour de table est probablement en cours.

L’Etat  va-t-il se saisir de l’ensemble des questions de la filière aluminium en France ?

 En puisant aux meilleures sources quelques tuyaux pour les services de l’Etat sans oublier au passage de placer vos économies dans des zones de la planète accueillante. Pour la France :

  • L’évasion fiscale, l’estimation fourchette basse 60 milliards d’euros annuels soit 136,24 par mois pour chacun.
  • Fraude sociale, 6,81 euros par mois pour chacun.
  • Le montant caché par les particuliers dans les paradis fiscaux dépasse 200 milliards d’euros.
  • L’optimisation des marges issue de la mondialisation des méthodes, des législations fiscales et le laxisme des états face aux cohortes d’avocats spécialistes dépassent toutes estimations raisonnables pour être colossale de plus en plus vaste et astucieuse.

Vous pouvez consulter : http://osonscauser.com/levasion-fiscale-coute-a-chacun-136-24-e-mois-chronique-mediapart-3/

  • Blog « osons causer, blabla d’intérêt général ». Les sources :

Rapports, de la Cour des Comptes – Tian et ses chiffres chocs – Footbal Leaks Mediapart.

Une prise de conscience pour une remise en ordre généralisée s’impose, vaste programme, malheureusement les pratiques politiciennes sont inertes face aux pollutions multiples.

              

BOUES ROUGES : REJETS ATMOSPHÉRIQUE – COGÉNÉRATION.

29 Nov

Création d’une nouvelle ligne de cogénération au sein de l’usine Alteo.

Une enquête publique est ouverte à compter du 19/11/2016 au 20/01/2017 sur la demande formulée par la société ENGIE ENERGIES SERVICES – ENGY Cofely.

La consultation est relancée après l’annulation de celle de Mai 2016.

L’avis Préfectoral du 18/11/2016 est consultable :

http://www.simiane-collongue.fr/Portals/0/pdf/Urbanisme/Alteo/COFELY%20AVIS%20%28002%29.pdf

L’étude d’impact sur le site de la préfecture : http://www.bouches-du-rhone.gouv.fr