Archive | Impôts locaux RSS feed for this section

ALTEO ET ALUMINE – PERSPECTIVES – SAUVETAGE OU RUINE ?

7 Avr

Le goût de la vérité, réalités factuelles afin de se souvenir demain. Aurons nous eu raison ?

Les autorités avisées. En l’état actuel le document ne sera pas rendu public. Laissons le temps aux repreneurs pour la mise en œuvre de leurs stratégies. Rendez vous dans deux ans pour l’état des lieux.

Le coin des curieux extrait : repreneur UMSI partenaires du consortium constitué par :

Winning Shipping LTD, actionnariat 40,50 % armateur Singapourien.

  • Shandong Weiqiao, actionnariat 22,50 % leader aluminium, Chinois.
  • Etat Guinéen, actionnariat 10 %.
    • Actionnariat chez CBG 49 % à titre de comparaison.
  • UMS International Ltd, actionnariat 27 % logistique, transports, présent en Guinée depuis 20 ans.  
    • Avec un mandataire unique Socofigest Genève pour Alteo Gardanne,
      •  United Mining Suppliers Ltd, le véhicule d’UMS est la société Lanister Investments LTD enregistrée aux Iles Vierges britanniques. Elle-même détenue par Shanklin Holding Ltd, structure immatriculée aux Seychelles, contrôle F. Wazni.
    • UMS international est aussi enregistré à (grand Lancy) Genève.

Fondé en 2014, les personnalités :

Mr. SUN XIUSHUN, PDG Winning Shipping coordinateur en chef du projet.

Mr. ZHANG BO, PDG China Hongqiao, Président du CA de WAP.

Mr. FADI WAZNI, PDG du groupe UMS International, Président du CA de SMB.

1 er producteur de bauxite en Guinée avec 40 millions de tonnes an.

Convention d’exploitation du 13/11/2019 mine de fer, bloc 1 et 2 de Simandou, la plus grande réserve au monde. Reprise après éviction Beny Steinmetz.

Répartition des rôles :

  • UMSI, activité transporteur routier, gestion d’une flotte de camions. Président de l’activité portuaire à Conakry du groupe Bolloré.
    • Aucune capacité dans l’industrie de production d’alumine.
    •  Exclusivité des décisions « aluminium » revient au groupe Chinois.
    • Les capacités financières ne sont pas apparemment le souci.

                                            S O M M A I R E.

              1/Introduction, les éléments de la reprise.

              2/Jugement Tribunal de Commerce 07/01/2021.

              3/ Investissement étranger en France. La Chine et ses dérives.

              4/ Comptes sociaux 2004 à 2019. Cent vingt millions € de pertes. 

              5/Brevets zéro et process alumine de haute pureté.

              6/ Garantie environnementales. Dépollution et démantèlement sites.

              7/ L’Etat saborde notre indépendance technologiques.

              8/ Production d’alumines, hypothèses.

              9/ Transparence. Pauvreté, le visage du peuple Guinéen.

10/ Exploitations  minières, conséquences environnementales.

ALTEO : SAUVETAGE OU RUINE ?

31 Mar

Le décryptage de divers documents officiels n’apporte pas de réponses à la stratégie retenue pour pérenniser la raffinerie de bauxite.

Rendez vous dans deux ans lorsque la raffinerie de Dapilon en Guinée, implantation au plus près des mines production de plus de 30 millions de t. pour SMB de minerai un gage de rentabilité.

Capacité de production 1 million de tonne et option pour 2 alors que Gardanne végète à 400/500 000 t. d’alumines

Propriété du consortium SMB Wining dont UMSI est partenaire à hauteur de 27 %, logisticien et propriétaire d’une flotte de camions.

Associé pour 22,50 % Shandong Weiqiao, Chinois, leader mondial pour la production d’aluminium.

L’autre associé est la compagnie maritime Winning Shipping LTD de Singapour à hauteur de 40,50 %

Le solde 10 % pour l’Etat Guinéen.

Le process d’exploitation de qualité de Gardanne le prototype parfait pour le fonctionnement de l’usine en Guinée, traitement similaire du minerai afin de produire de l’alumine avec des tonnages conséquents.

Fin 2023, les décisions du consortium seront déterminantes pour l’avenir.

Dès aujourd’hui il est prématuré de s’aventurer à quelques pronostics. Notre ressenti n’a rien à voir avec la réalité.

La qualité des ouvriers de Gardanne sera encore une foi déterminante. Abandon du rouge un slogan porteur.

BAUXITE GARDANNE – TRIBUNAL DE COMMERCE 07/01/2021.

19 Mar

Transmission le 14/01/2021 par le greffe du Tribunal de Commerce de Marseille.

Autorisation de publicité mentionné à l’acte.

Les 13 points du plan de redressement par voie de continuation d’activité :

CONCRETISATION DES AMBITIONS DU CONSORTIUM SMB WINNING.

16 Mar

Le 16/06/2021 inauguration de la voie ferrée de 135 km, première expédition de minerai de bauxite depuis le bassin minier de Santou II et Houda au port fluvial de Dapilon et réacheminement par barge au port de haute mer de Kamsar.

Soit : 10 millions de t an seront acheminés dès 2021 pour passer à 30 millions de t en 2023/2024.

Soyons clair les clés de la réussite même si l’on ne peut souscrire au résultat environnement, misère d’une population de 12 millions d’habitants vivant à 70 % sous le seuil de pauvreté.

L’Etat Français incapable d’imposer un avenir industriel à Gardanne avec la création d’un Pôle Alumine tout en disposant de ST Microélectronique, Atmel comme locomotives etc.

L’alumine de spécialité est destinée aux écrans des smartphones,  batteries au lithium-ion, prothèses, carrelage, ignifugation des moquettes, briques réfractaires etc.

 L’indépendance nationale dans les technologies d’avenir et de garanties d’emplois sabordé, des reconversions en Guinée proposée un beau résultat M. Macron.

 UMSI a été retenue par le Tribunal de commerce le   07/01/2021 après l’abandon de 7 offres et le classement des analystes de Rothschild avec le dossier SOPRANO arrivé dernier.

Consortium SMB Winning, investissement global de 3 milliards de $ acté depuis le 28/06/2018 :

Protocole d’accord avec gouvernement, vote à l’unanimité de l’assemblée nationale en décembre 2018 de 3 conventions pour la réalisation :                 

1/135 km voie ferrée construite par la Chine, ouvrages d’arts, 2 tunnels, 23 ponts etc. Coût 1,2 milliard de dollars US. Locomotives livraison réalisée mars 2021.

2/ Exploitation des mines de bauxite de Santou II et de Houda.

3/ Construction et exploitation raffinerie d’alumine zone spéciale de Boké. Coût 800 millions $.

Reste à réaliser pour 2023/2024 capacité1 million de tonnes an et possibilité d’extension.

  • Début de la production initialement 2022, actualisé pour 2024/2025.

La localisation, Terminal fluvial de Dapilon, inauguré en octobre 2016, situé à un peu moins de 50 km du port de Kamsar point de départ en haute mer sur navires vraquiers et déchargement chez Carfos associé Bolloré. M. Wazni est aussi président de Bolloré Conakry logistique portuaire.

L’ensemble sera opérationnel par le consortium SMB Winning fondé en 2014, extraction, production, transports, raffinerie, depuis 1 milliard de dollars US ont été investis dans ses activités.

  • Winning Shipping LTD, actionnariat 40,50 % armateur Singapourien.
  • Shandong Weiqiao, actionnariat 22,50 % leader production aluminium, Chinois.
  • Etat Guinéen 10 %.
    • Actionnariat chez CBG 49 % à titre de comparaison.
  • UMS international Ltd 27 % logistique, transports, présent en Guinée depuis 20 ans.     
    • Avec un Actionnaire unique pour Alteo Gardanne, source-Le media TV 08/10/2020 :
      •  United Mining Suppliers Ltd, le véhicule d’UMS est la société Lanister Investments LTD enregistrée aux Iles Vierges britanniques. Elle-même détenue par Shanklin Holding Ltd, structure immatriculée aux Seychelles et contrôlée par Fadi Wazni.
    • UMS international est aussi enregistré à (grand Lancy) Genève.

Le 07/01/2020 la liste restreinte des territoires non coopératifs en matière fiscale était rendu publique par le ministère des finances dont : Seychelles et Iles Vierges Britanniques.

L’offre de reprise UMSI a reçu l’approbation du ministère de l’économie et des finances pour cet investissement étranger dans un secteur stratégique. Avis du cabinet d’avocat parisien A Debouzy.

Interrogations succinctes :

La raffinerie d’une capacité de 1 million de tonne opérationnelle à partir de 2024.

L’abandon du rouge à Gardanne horizon 18/24 mois soit vers 2023 ne pouvait qu’entrainer l’adhésion mais les réalités de management du dossier prendront très vite le dessus en Guinée !!!

Importation de l’hydrate d’Europe, approvisionnement routier/fer ?

Production de corindon, ex usines objet cession de 2012, Beyrede, la Bathie, Teuschental soit près de 100 000 tonnes an d’alumine métallurgique vendu par Gardanne acheminé par route.

Le reclassement d’emplois possible en Guinée comme compensation au droit social français ?

Election présidentielle 2022 passée :

  •  Qu’elle sera l’avenir de la raffinerie en état vétuste après 120 ans, investir 14 millions pour une transformation hypothétique, un élément de langage de plus pour convaincre.
  •  Développement vertigineux de constructions de par le monde et en Guinée d’alumineries ?
  • Coût dépollution et démantèlement, A Montebourg en 2014 ministre redressement productif chiffrait « à la volée » à 200 millions l’ensemble. Ce qui est à parfaire.
    • La garantie environnementale délivré en 2012 réitérée à la barre du tribunal de Commerce le 07/01/2021 sans que l’on puisse en connaitre le contenu malgré nos nombreuses demandes aux autorités est à la charge de Rio Tinto Alcan.

A suivre,

16/03/2021.

INVESTISSEMENT ETRANGER A GARDANNE – ACCORD DE L’ETAT.

5 Mar

Le communiqué du cabinet August Debouzy, conseil de UMSI Guinée et partenaires pour l’offre de reprise de l’usine à la renommée mondiale est authentique, les besoins de publicité toujours savoureux.

La stratégie déclarée des autorités françaises sur les investissements étrangers et la localisation des sièges sociaux dans les paradis fiscaux une nouvelle fois aux « oubliettes » et pourtant cela semblait ferme comme politique.

De plus dans le cas de Gardanne, l’aide publique sur la redevance sur l’eau représente une économie de 11 millions par an depuis 2013. Montage qui sera épinglé par la Cour des Comptes dans son rapport de 2015. Sans que cela à ce jour n’émeuvent nos dirigeants successifs malgré nos alertes. Aller chercher le pourquoi et le comment ?

Investissements étrangers et paradis fiscaux ne sont pas acceptables, les déclarations successives de nos ministres. L’application de ces deux critères maintes fois réitérés n’ont jamais été suivi d’effets un Etat facilitateur pour les « majors » :

Gardanne et l’alumine : Rio Tinto Alcan (Anglo-australo- canadien) HIG Miami régit par les Lois du Delaware, UMSI associé aux incontournables Chinois, siège social (dans les îles…) Voir sur ce blog.

Après le dépôt de bilan du 12/12/2019, l’occasion était unique de bâtir une filière indépendante 100 % française dans des domaines stratégiques et d’avenir, M. le ministre pouvez vous clarifier la position de l’Etat ?

Une partie de poker menteur serait-ce possible  avec l’annonce de l’abandon du rouge à 18 mois ?

La raffinerie « alumine de haute pureté » en Guinée appartenant à UMSI et partenaires chinois, maillons de la SMB sera prête à l’ horizon 2024 et dans les cartons depuis 2018 pour une production de 800/1 000 000 tonnes à partir du process Gardanne. L’intérêt de la reprise réside dans la connaissance et du savoir faire du process qui n’est pas protégé par un brevet.

Le marché même porteur n’est pas exponentielle, l’auto concurrence dans le groupe inenvisageable, la concurrence s’active avec la construction de nouvelles raffineries, il faudra bien décider : continuer à Gardanne ou fermer ? Le répit est de courte durée.

A suivre.

Michel Mazzoleni. (UCL)

August Debouzy a accompagné le groupe United Mining Supply (UMS) dans la reprise de Alteo Gardanne

COMMUNIQUÉCorporate | 20/01/21 |  3 min. |

August Debouzy a accompagné le groupe United Mining Supply (UMS), leader de l’extraction, du transport et de la logistique minière en Afrique de l’Ouest, dans sa prise de contrôle de Alteo, premier producteur mondial d’alumine de spécialité basé à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Suite à un appel d’offre mondial, le groupe UMS, avait déposé un plan de continuation de l’usine Alteo de Gardanne, placée en redressement judiciaire il y a plus d’un an en raison d’une baisse des commandes, du durcissement des normes environnementales et d’une crise du marché mondial de l’aluminium. Le groupe UMS a proposé d’acquérir la totalité des parts de la holding Alteo pour devenir l’actionnaire principale du groupe Alteo, projet qui a reçu l’approbation du ministère de l’économie et des finances pour cet investissement étranger dans un secteur stratégique.

Le tribunal de commerce de Marseille a validé jeudi 7 janvier le plan de continuation proposé qui permet le redressement de Alteo, l’apurement de son passif mais prend également en compte les aspects sociaux en permettant le maintien de la quasi-totalité des emplois et environnementaux en initiant l’adaptation progressive par Altéo Gardanne de la transformation de la bauxite (polluante et à l’origine par le passé de rejets de boues rouges) pour recentrer son activité sur les alumines de spécialité. 

Le soutien financier du groupe UMS, va permettre à Alteo de dégager une capacité d’autofinancement suffisante pour lui permettre de faire face aux engagements prévus par le plan, de moderniser le site et d’engager sa transition industrielle, d’accroitre les capacités de production d’alumines de spécialité de l’usine et de développer de nouveaux marchés à l’international

Conseils juridiques :

August Debouzy agissait en qualité de conseil du groupe UMS. L’équipe était composée de :

BAUXITE – EUROPE – COMMISSION.

5 Mar

Suite nos échanges de correspondances dont celle du 03/03/2021.

Cette plainte est à l’instruction à Bruxelles depuis 2017.

Cher Monsieur,

Suite à votre précédent courriel du 3 mars, nous vous informons que nous avons bien examiné les dernières informations que vous nous avez transmises.

Étant donnés les derniers développements concernant la situation de l’entreprise Alteo à Gardanne (traitement complémentaire des eaux de rejets en mer, reprise des activités par un nouveau propriétaire, possible cessation des activités amont d’extraction d’alumine et du stockage à terre), nous avons estimé qu’il convenait de recevoir des informations complémentaires de la part des autorités françaises.

Les informations qui seront obtenues dans les prochaines semaines nous permettront d’envisager la prise d’une décision finale sur les suites à donner à ce dossier, dont nous vous tiendrons informé selon les procédures formelles applicables (CHAP).

En restant à votre dispositions, nous vous adressons nos meilleures salutations.

L’unité E1,

cid:image001.jpg@01D3D807.4A2955F0

European Commission

Directorate-General Environment

Mainstreaming & Environmental AssessmentsUnit  ENV E1 – B-1049 Brussels/Belgium –BU-9 02/

Nos maitres de Gardanne. Alumine de haute pureté des affaires.

27 Fév

https://www.20minutes.fr/monde/2986695-20210226-corruption-togo-juge-estime-necessaire-proces-vincent-bollore-inflige-amende-12-millions-euros-groupe

Le lien vers l’article de 20 minutes.

Aucune surprise sur le fonctionnement du groupe, l’ADN, un seul objectif réussir.

La légende du « petit prince du cash flow » de la communication pure et simple.

Après, 38 ans dans ce groupe dont 20 comme directeur financier pour le Sud m’a permis un poste d’observateur et d’apprendre le métier. Depuis 1965 j’observe les réalités en mer comme à terre et aussi voisin de l’usine.

Pour le port de Conakry, Fadi Wazni l’homme orchestre en Guinée auprès du président Conté ma publication dès 2015, il a été nommé par Bolloré comme président de SDV logistique pour la gestion du port de Conakry.

Explorer le contenu de la presse Guinéenne, sources d’informations.

Echange de bons procédés entre gens de bonne compagnie, c’est la vie des affaires, Le citoyen totalement incompétent et qui de plus ne souhaite pas analyser.

L’abandon du rouge un sujet à suivre qui sera aussi acrobatique, comment en 18 mois est on capable de résoudre l’équation ?

La qualité de l’ensemble des repreneurs, n’avaient ils pas la capacité de réaliser cette prouesse ?

R&D par Alteo dès 2014/2015 laissait filtrer des avancées sur la technologie de traitement. Qui en a profité des informations ? Un seul repreneur propose sur 8 l’abandon du rouge cela devrait interpeller nos autorités.

Ums possèdera son aluminerie en Guinée (voir article) en 2024 étudiée depuis 2018 pour fournis Gardanne. De nombreuses inconnues sont d’actualité.

L’indépendance nationale, dans les hautes technologies a été bradé, une lourde responsabilité de l’Etat. A suivre.

16 Fév

Fadi Wazni – UMS : « Le rachat d’Alteo en France est utile pour nos projets autour de la bauxite en Guinée »

 Par Ristel Tchounand  |  15/02/2021, 10:10 | 1771 mots Lecture 9 min.

« Ce que nous avons appliqué avec la SMB à Boké, nous l’appliquerons à Simandou avec WCS. […] La première production commerciale du projet Simandou sera atteinte en 2025. » Fadi Wazni, fondateur & PDG de United Mining Supply (UMS).
« Ce que nous avons appliqué avec la SMB à Boké, nous l’appliquerons à Simandou avec WCS. […] La première production commerciale du projet Simandou sera atteinte en 2025. » Fadi Wazni, fondateur & PDG de United Mining Supply (UMS). (Crédits : DR)

Acteur majeur du secteur minier guinéen depuis dix-neuf ans et particulièrement actif dans l’exploitation de la bauxite, le groupe United Mining Supply (UMS) a racheté début janvier le français Alteo, leader mondial des alumines de spécialité. Pour La Tribune Afrique, Fadi Wazni, fondateur et président-directeur général d’UMS, revient sur cette acquisition stratégique, annonce pour le 16 juin 2021 l’exportation de la première tonne de bauxite des gisements de Santou II & Houda et présente notamment l’état d’avancement du projet Simandou, le plus grand projet minier au monde.

La Tribune Afrique – UMS a donc pris le contrôle du leader mondial des alumines de spécialité, le groupe français Alteo, avec à la clé le développement d’une raffinerie en Guinée. Pourquoi avoir acquis une entreprise française plutôt qu’en créer une directement en Guinée où vous êtes désormais un « ancien » opérateur ?

Fadi Wazni – Tout d’abord, je tiens à préciser que le projet Alteo à Gardanne en France et le projet de raffinerie en Guinée sont complémentaires l’un de l’autre. Néanmoins, le projet de raffinerie en Guinée était entériné dès 2018 dans le cadre du Projet Boffa-Boké de la SMB, bien avant que UMS envisage le rachat d’Alteo.

La première des choses qui a motivé cette acquisition, c’est l’opportunité. UMS était déjà en contact avec Alteo pour leur vendre de la bauxite et apprenant leurs difficultés, nous avons décidé de faire une offre de reprise. Il y avait une synergie évidente entre Alteo et UMS compte tenu de nos activités en Guinée. Avec ce rachat, nous intégrons des compétences qui nous seront utiles pour nos projets en Guinée, notamment concernant le procédé Bayer où Alteo dispose de la meilleure technologie disponible au niveau mondial permettant d’avoir les plus hauts standards en termes de respect de l’environnement.

« Je me suis engagé à tout faire pour maintenir les 480 emplois d’Alteo. Cela passera notamment par la proposition de postes à l’expatriation en Guinée. »

Comment comptez-vous organiser l’activité d’Alteo entre la France et la Guinée, on parle notamment de réduction des effectifs dans l’hexagone… ?

Je me suis engagé à tout faire pour maintenir les 480 emplois d’Alteo. Avec notre plan de reprise, nous allons procéder à des transferts de compétences et des redéploiements d’effectifs, notamment dans la gestion environnementale où Alteo est en pointe. Cela passera notamment par l’intégration de certaines fonctions aujourd’hui sous-traitées et par la proposition de postes à l’expatriation en Guinée.

« Nous exporterons comme prévu notre première tonne de bauxite des gisements de Santou II et Houda le 16 juin 2021. »

UMS est actionnaire de la Société minière de Boké (SMB) qui, dans le cadre du consortium avec le singapourien Winning, travaille sur le projet Boffa-Boké, lequel a vocation à faire de cette région guinéenne une zone minière mondiale avec une augmentation des capacités d’exportation du Consortium de 10 millions de tonnes de bauxite en 2022 et 30 millions en 2024, un projet de chemin de fer en cours de construction… Quel est concrètement l’état d’avancement de ce projet ?

Malgré les difficultés logistiques et le risque sanitaire qu’a entrainé la pandémie en 2020, les équipes de la SMB ont su s’adapter et nous exporterons comme prévu notre première tonne de bauxite des gisements de Santou II et Houda le 16 juin 2021 avec cette nouvelle voie ferrée de 135 kilomètres, la première en Guinée depuis près de 50 ans. Traversant les régions de Boké et de Kindia, cette voie ferrée a pour vocation de relier les gisements de Santou II et Houda au terminal fluvial de Dapilon. Dédiée exclusivement au transport de minerai dans un premier temps, elle permettra à moyen terme d’acheminer également des marchandises pour contribuer à la diversification économique dans la région.

Le consortium va investir plus de 4 milliards de dollars dans ce projet, quels sont les défis qui se profilent dans sa réalisation ? Quelles en seront les retombées économiques selon les estimations faites ?

Le principal défi résidait dans la construction du chemin de fer, compte tenu qu’il inclut de nombreux ouvrages d’art dont 23 ponts et 2 tunnels, et nous sommes entrés dans la phase finale de sa construction. L’autre défi réside dans la construction d’une raffinerie d’alumine, un investissement de près de 800 millions de dollars US afin de disposer des meilleures technologies dans le domaine et s’assurer du respect des normes environnementales les plus exigeantes. Nous envisageons que la production de cette raffinerie devrait commencer d’ici quatre à cinq ans.

L’ensemble du Projet Boffa-Boké s’inscrit dans le développement de la Zone Économique Spéciale (ZES) initiée par l’État guinéen, avec à la clé nombreuses retombées au niveau national et local : création de plusieurs milliers d’emplois lors des phases de construction et d’opération avec de la sous-traitance pour des entreprises guinéennes, développement d’infrastructures en BOT, transferts de technologies, mise en place d’un corridor agricole de croissance, hausse des recettes fiscales de l’État guinéen et des collectivités locales…

« Les réformes du secteur minier réalisées en 2012-2013 ont réellement permis à la Guinée d’attirer les investisseurs internationaux et ont contribué au boom du secteur. »

Plusieurs experts ont souvent estimé qu’il était anormal que la Guinée, aussi riche en ressources, soit au stade de développement qu’on lui connait aujourd’hui, et ce indépendamment de la crise provoquée par le Covid-19 à travers le monde. Quelle analyse faites-vous la situation économique de ce pays ouest-africain ?

Je ne suis pas économiste et ne peux me prononcer sur une telle question. Ce que je peux dire en tant que chef d’entreprise, c’est que les réformes du secteur minier réalisées en 2012-2013 ont réellement permis à la Guinée d’attirer les investisseurs internationaux et ont contribué au boom du secteur, avec un réel impact en termes de créations de richesse et d’emplois depuis.

De plus, je note que l’Institut de Gouvernance des Ressources Naturelles (NRGI) soulignait dans son rapport 2019 sur la gouvernance des ressources naturelles que la Guinée était sur une trajectoire prometteuse en matière de gouvernance minière, avec des avancées notables dans la transparence sur l’attribution des titres, la publication des statistiques sectorielles, et la transparence sur les activités de la société d’État, SOGUIPAMI. Tout n’est sans doute pas parfait, mais je pense qu’il faut aussi souligner les réels progrès du secteur minier guinéen ayant contribué à la croissance et au développement du pays ces dernières années.

Concernant la SMB, les cabinets PWC et Cambridge Econometrics ont publié un rapport d’impact concernant le Consortium en 2018. L’étude d’impact a démontré que les investissements du Consortium SMB-Winning ont contribué au PIB guinéen à hauteur de 780 millions de dollars sur la période 2015-2017. Sur la période 2018-2020, la contribution est estimée à environ 2,3 milliards de dollars. Un impact très important a été relevé également en termes de création d’emplois : Sur la période 2015-2017, 28 700 emplois ont été créé grâce notamment aux importants investissements réalisés dans la construction d’infrastructures routière, portuaire et de production. À travers l’effet multiplicateur, les deux cabinets ont également estimé que 1 dollar investi dans le cadre des investissements miniers du Consortium crée 7,4 dollars dans l’industrie de l’agroalimentaire et biens de consommation sur cette période.

Cette étude illustre très concrètement l’impact positif en termes de retombées économiques et sociales des investissements du Consortium. Et ces retombées vont fortement augmenter avec les Projets Boffa Boké et Simandou désormais.

« La première production commerciale du projet Simandou sera atteinte en 2025. »

Justement, le consortium formé par SMB-Winning que vous présidez a également décroché en juin 2020 l’exploitation des blocs 1 et 2 du projet Simandou pour 14 milliards de dollars d’investissement. A quand le démarrage des travaux ? Que devrait-on attendre de cette exploitation et quel serait son impact sur l’économie et le développement du pays ?

En termes de calendrier, Winning Consortium Simandou (WCS) – dont UMS est actionnaire – est actuellement dans la phase études et travaux de recherche pour présenter une étude de faisabilité à l’État guinéen dans un délai de 30 mois suivant la date d’entrée en vigueur de la convention, en l’occurrence depuis juin 2020. Les travaux de construction de la mine commenceront immédiatement après que l’étude de faisabilité ait été validée et la première production commerciale sera atteinte en 2025.

Le projet Simandou est actuellement le plus gros projet minier au monde, avec un investissement du Consortium dont le montant est estimé à 15 milliards de dollars, dont 6 milliards de dollars d’investissements sur fonds propres. Dans le cadre des conventions passées avec l’État guinéen, le Consortium s’engage à exporter son minerai via le territoire guinéen, en construisant notamment une nouvelle voie ferrée d’environ 650 kilomètres, ainsi qu’une plateforme portuaire multimodale à Matakong dans la préfecture de Forécariah sur les côtes guinéennes. En parallèle, le Consortium compte également créer un corridor de croissance agricole le long de la voie ferrée ainsi que construire une aciérie en partenariat avec d’autres opérateurs une fois les études de faisabilité validées.

Au-delà des nombreuses retombées en termes d’emplois directs et indirects ainsi que d’achats locaux, le Ministère des Mines et de la Géologie estime que les revenus directs de l’État seront de l’ordre de 15,5 milliards de dollars US sur la durée de la convention, qui est de 25 ans.

Depuis sa création le Consortium s’attache à prendre en compte le contexte environnemental et social tout au long de la chaîne des opérations. Je ne crois pas à la viabilité d’un projet minier s’il n’est pas durable et respectueux des communautés locales et offrant la perspective d’un partenariat gagnant-gagnant pour tous. Ce que nous avons appliqué avec la SMB à Boké, nous l’appliquerons à Simandou avec WCS.

Quelles perspectives pour l’exploitation minière en Afrique en 2021 dans ce contexte de relance économique et d’opérationnalisation de la Zlecaf selon vous ?

Tout d’abord, je tiens à souligner que le secteur minier a plutôt bien géré la pandémie, car nous avons une forte culture de la sécurité qui a permis de faire face au risque sanitaire et préserver la santé et le bien-être des employés. Ensuite, chaque matière première a été affectée d’une manière différente en fonction du ralentissement ou non de la demande et de la disponibilité de l’offre. Il est donc difficile de dessiner un paysage global de la situation des miniers.

Concernant la Zlecaf, les études démontrent que l’intégration régionale entraine des bénéfices économiques pour les pays concernés à long terme. Tout le défi est désormais de la mettre en œuvre et cela représente un chantier administratif et politique considérable dans les prochains mois.

PREJUDICE ECOLOGIQUE – REMISE EN ETAT DES LIEUX- QUI PAIE ?

9 Fév

                    Garantie Environnementale délivré par Rio Tinto Alcan.

                         Aux différents acheteurs, usine bauxite Gardanne.

UCL a maintes fois réclamé ce document aux autorités afin d’apprécier les obligations environnementales que RTA consent à sa charge exclusive.

Il a été impossible d’obtenir satisfaction, cet accord est stipulé dans le jugement de continuation du 07/01/2021, tout comme à l’acte notarié du 31/07/2012 vis-à-vis de HIG/Alteo. Il apparait que les exploitants n’ont aucune responsabilité.

  • Membre de la Commission de Suivi du Site Altéo au titre M. le préfet au abonné absent concernant les modalités et engagements.
  • Tribunal de Commerce de Marseille, jugement du 07/01/2021 sous forme de plan de continuation, refus du greffe de communiquer :
    • Les termes de la garantie ainsi que les notes complémentaires.

A/ Cession par Rio Tinto Alcan à HIG/Alteo montage où RTA est toujours présent.

  • Traité d’apport partiel d’actif enregistrement greffe tribunal de Commerce de Nanterre du 30/05/2012, filialisation, groupe Aluminium Pechiney.
  • Traité de fusion, Tribunal de Commerce de Grenoble du 30/05/2012.
    • Le sujet garantie environnementale n’est pas abordé.
  • Acte notarié du 31/07/2012, conditions et modalités de la cession.

B/ Cession à UMSI, jugement Tribunal de Commerce de Marseille 07/01/2021

Le greffe du Tribunal de commerce a refusé par mail joint de nous transmettre ce document pourtant jugé comme pièce essentielle à la connaissance précise les engagements ou pas de RTA en termes de démantèlement et dépollution.

                                   Les textes actés.

A/ Traité d’apport partiel du 30/05/12 (page 11/146)

  • Signifie la garantie environnementale devant être conclu entre Aluminium pechiney, Riot Tinto Alcan, Inc. Et APU05 à la date du closing.

A/ Acte notarié du 31/07/2012 (page n°1).

  • Le texte intégral (page n° 4), extrait : « Par acte sous seing privé en date du 31/07/2012, une garantie environnementale portant sur la prise en charge sur la prise en charge par le bénéficiaire, notamment, des charges de démantèlement des installations des sites dans certains cas de décision prise par l’exploitant de mise à l’arrêt définitif de la totalité des installations soit du site de Gardanne, soit du site de mangegarri seul …

B/ Jugement TC du 07/01/2021.

  • Le texte intégral (page 11 les attendus) extrait : La protection de l’environnement est, à l’heure actuelle, un sujet d’importance au niveau national et mondial ; que ce dossier s’ancre dans ces préoccupations d’importance ; que des notes complètes et éclairantes ont été produites au Tribunal ; que la conservation de la garantie environnementale donnée par Rio Tinto est un critère d’appréciation essentiel quant à la viabilité du projet de plan de redressement tel que proposé ; que les débats des 11/11/2020 et 08/12/2020 ont permis de s’assurer du maintien de la garantie environnementale donnée par Rio Tinto, malgré la sortie du capital social d’HIG et malgré le démantèlement prévu du site de Mangegarri entrainant une concentration sur l’activité dite aval au détriment de l’activité dite amont ; qu’il échet d’en prendre acte.

B/Commissaire à l’exécution du plan de continuation :

L’administrateur judiciaire Avazeri a été nommé commissaire à l’exécution du plan pour une durée de 10 ans.

Contact : SCP Douhaire – Avazeri- Bonetto 23/29 rue Haxo. 13001 Marseille.

         Phone : 04 91 54 06 87.          Mail : f.avazeri@ajilink.fr

Comptes sociaux.

  • 2018, aucune référence par les certificateurs pour la garantie.
  • 2019, comptes non publiés malgré demande injonction au président du Tribunal de Commerce de Marseille et aux greffes. 
  • 2020, un exercice complet de redressement judiciaire.
    • Publication théorique pour le 30/06/2021.

CADA, une démarche en cours sans trop d’illusions quant à l’issue.

Nous saisissons Mme. La Procureure de la République avec un dossier complet lui permettant de statuer sur notre demande de copies.

Le préjudice écologique de la décharge depuis 50 ans apparait avéré :

  • Le principe pollueur payeur. Code Civil Août 2016 article 1246 (oct 2016 ex 1386-19)
  • Principe, toute personne responsable d’un préjudice écologique est tenue de la réparer.
  • Définition et principe, atteinte non négligeable aux éléments et fonction des écosystèmes, dégradations en surface et nappes phréatiques :

« Notre mail du 07/02/2021, à l’attention de M. le Préfet Mirmand,

Des pièces remises à la CAA le 02/12/2020 à la signature Mme Trignat nous relevons :

  • Bilan Hydrique du site de Mangegarri à Bouc Bel Air rapport année 2018, date remise Avril 2019 n° 4242520.
  •  
  • Ce document n’a jamais été communiqué et encore moins analysé en Commission de Suivi et pour cause depuis le 06/12/2019 aucune réunion programmée et pourtant le sujet est extrêmement délicat et d’importance.
  • Nous l’avons entre nos mains depuis le 03/02/2021 via notre avocat.
  • Nous avons procédé avec BBAE que nous remercions au dépouillement.
  • Nos constatations et fiche de calcul à partir de ce document « éclairant » qui couplé avec le dernier rapport Antea confirme :
  • 1/ Eau d’infiltration 234 192 m3/an soit 26,7 m3/h hors bassin n° 7.
  • 2/ Aucune analyse des eaux infiltrés.
  • 3/Exutoire des eaux aucune recherche par un test de coloration.
  • 4/ Le devenir des eaux infiltrées et leur composition volontairement ignorée.
  • 5/ Nous avons procédé au calcul manquant ce que l’on y trouve et cela depuis plus de 50 ans, ce qui n’est pas neutre et par an :
  •               155 tonnes d’aluminium.
  •               0,5 tonnes d’arsenic.
  •               2078 tonnes de soude
  • En conséquence, nous vous demandons l’inscription à la l’ordre du jour d’une prochaine commission de cette question avec le temps nécessaire à l’examen ainsi que les modalités de l’enquête publique pour le renouvellement au 08/06/2021 de l’autorisation d’exploiter ICPE de Mangegarri.
  • Les engagements pris par Rio Tinto Alcan « garantie environnementale » nous sont inconnus NOS DEMANDES réitérées depuis 2012 avec HIG/Alteo et UMSI Guinée.
  • Nous souhaitons obtenir une copie de ce document et des notes de confirmation inscrite dans le jugement de reprise du 07/01/2021. afin de s’assurer de la réalité de l’ensemble des engagements qui en entoure l’usine, la décharge, la canalisation et la mer.             
  • Nous sommes à votre disposition pour un examen attentif.
  • Bien à vous.
  • Michel Mazzoleni (UCL)

Michel Mazzoleni. Représentant Commission de Suivi. Union Calanques Littoral.

Simiane Collongue le 09/02/2021.

UMSI GUINEE: RAFFINERIE D’ALUMINE – LE PREMIER MAILLON EST REALISE.

4 Fév

Guinée: le chemin de fer Dapilon-Santou (135 km) sera mis en service en 2021

(Agence Ecofin) – En Guinée, le chantier du chemin de fer Dapilon-Santou, démarré en mars 2019, sera livré en juin 2021. Construit par la Chine et financé par le consortium SMB-Winning, il servira dans un premier temps au transport des minerais. Son intégration au réseau national de voies ferrées est par la suite prévue.

Les travaux de construction de la ligne de chemin de fer de 135 kilomètres, entre le port de Dapilon et la zone minière de Santou, avancent régulièrement conformément au cahier des charges. Sa mise en service est prévue pour juin 2021.

Traversant les régions de Boké et de Kindia au nord-ouest de la Guinée, cette ligne comprendra 23 ponts, deux tunnels et six dépôts. Il s’agit d’une infrastructure essentielle pour les opérations d’extraction et de récupération de minerai du consortium SMB-Winning.

16 locomotives diesel DF8B ont été commandées chez China Railway Construction Corporation Limited (CRCC) dans le cadre de son exploitation. Les deux premières, parties de Chine en avril dernier, ont déjà été réceptionnées.
 
Dans sa phase initiale, le chemin de fer sera à usage exclusif du transport des minerais jusqu’au port de Dapilon. Dans un deuxième temps, le consortium SMB-Winning espère ouvrir ses services à des tiers et intégrer le chemin de fer dans le réseau national de transport ferroviaire guinéen, pour mieux servir le développement socioéconomique du pays.

Débuté en mars 2019, le chantier est exécuté par China Railway 18th Bureau Group Co. Ltd. et China Railway 14th Bureau Group Co. Ltd. Au total, le consortium SMB-Winning, dans le cadre du projet Boffa-Boké, entend consacrer 3 milliards de dollars, dans les prochaines années, pour développer la ligne ferroviaire Dapilon-Santou et une raffinerie d’alumine dans la zone économique spéciale de Boké. Cet investissement vient s’ajouter au milliard de dollars déjà investi pour la construction des terminaux portuaires de Dapilon et Katougouma.

Information intégrale transmise par l’agence ECOFIN, directement sur ce blog.

Michel Mazzoleni : Union Calanques Littoral.