Archive | Impôts locaux RSS feed for this section

BOUES ROUGES : DE LA BAUXITE DE PROVENCE A CELLE DE GUINEE.

13 Déc

Les Baux de Provence, une roche rouge (latérites) composé d’hydroxyde d’aluminium et de silice était découverte » la bauxite, l’or de Provence »

  • Berthier 1821 nom Terre d’Alumines.
  • Dufrénoy 1847 nom beauxite. (Pas de faute).
  • Clair Deville 1861 nom bauxite en référence au nom du village.

Le procédé Bayer, 1887, utilisé à ce jour par 95 % des raffineries, le minerai du Var permettra au début du 20 -ème siècle l’implantation autour de Marseille de 6 raffineries, voie ferrée, eau, main d’œuvre justifient ces localisations.

Elles fermeront laissant des friches, Gardanne est la rescapée, création 1894.

La Guinée aux réserves de minerai colossales sera exploitée dès 1960 par les multinationales pour devenir fournisseur exclusif, quantité, prix via des contrats de 20 à 30 ans et un lieu de paiement « le Delaware via Halco Mining (CBG).

Mes rencontres avec le minerai :

  • 1965, La Ciotat/Cassis les rejets en mer, la canalisation.
  • 1983/1987, La Roquebrussane, friches minières du Var.
  • 1988/2018, voisin de l’usine sur le versant sud de la colline des Molx, je mesure l’évolution environnemental et la qualité de l’air.
  • 2015, découverte de la décharge de Mangegarri.
    • Dépôt de nombreuses remarques à l’enquête publique qui aboutira à l’Arrêté du 28/12/2015, aucune réponse pertinente.
  • De 2015 à 2017, 118 contributions publiées, blog La Loupe de Simiane.
    • Ausculter les mémoires d’un riche passé humain et industriel.
    • Apprécier les réalités, se projeter et tenter d’anticiper l’avenir.
    • Gardanne seule, face à l’hégémonie « chinoise » claps de fin ?
    • La finance, la face cachée, les pertes, Gardanne seule.

Mes actions, les recours comme partenaires :

  • Auteur de la plainte contre l’Etat Français auprès de la Commission Européenne du 11/01/2017, rejoint fin janvier par UCL et deux citoyens de Cassis et La Ciotat. Décision de poursuites ou pas de l’Etat Français imminente, l’objet des infractions, suivant n° dossier confidentiel :
    • Directive 2006/21/CE déchets de l’industrie extractive.
    • Directive cadre sur l’eau (DCE) du 23/10/2000 – Directive 2008/105/CE modifiée par 2013/39 UE du 16/12/2008.
    • Directive 92/43/CEE du 21/05/1992 (dites habitats).
    • Directive 2010/75/UE du 14/11/2010 relatives aux émissions industrielles (DEI).
  • Tribunal Administratif de Marseille février 2016, introduit par UCL, plein contentieux, annulation de l’Arrêté du 28/12/2015 mémoires complémentaires (2 en 2017). Date de plaidoirie non fixée.
  • Interventions auprès des Ministères, Préfecture, la réponse du Préfet Bouillon du 04/08/2017 ne ferme pas la porte à une tierce expertise de la canalisation.
  • Participation active Commission Suivi mer du 17/11/2017, dossier complet remis au préfet et aux participants, les questions restées sans réponse, un dialogue pourrait s’instaurer à la demande du Préfet.
  • Courrier au Président de la République du 29/11/2017 pour lui rappeler son absence de réponse à la question au gouvernement déposée par le député Premat le 19/01/2016 avec qui j’ai collaboré sur le sujet « les modalités et conditions d’achats du minerai de bauxite «.

La raffinerie de minerai de bauxite (aluminerie) de Gardanne :

Importation d’environ 1 million de tonnes de minerai pour une production d’alumine de près de 400 000 t dont 300 000 t. destiné aux 3 usines vendues au 01/01/2017 ce qui ajoute à sa fragilité, le cumul avec le manque de rentabilité soit 70 millions € de pertes en 5 ans, gestion HIG portage pour Rio Tinto de mai 2012.

Cet acte de bravoure sera récompensé par un chèque de 32 millions $ payable en 4 ans par le vendeur à l’acheteur via Altéo ce qui n’est pas banal, échéance 2016.

Depuis le 01/01/2016, le débit du rejet de 270 m3 / h correspond à une absolue nécessité d’accentuer l’usure de la canalisation. 140 m3/ h un prélèvement au Puits de l’Arc à Rousset alors que la solution aqueuse ne serait que de 130 m3/h. La Provence zone en arrêté sècheresse, Altéo n’est pas concerné ?

Gardanne n’a jamais produit d’aluminium, les capacités de production de l’usine en cas de perte des marchés ne pourront pas faute de transformation profonde et d’investissements massifs produire ce métal à forte valeur ajouté près de 2000 euros la t. alors que l’alumine paie 300 euros la t.

Le choix de réaliser une usine moderne pourtant évoqué dès 1960 à Fos par Pechiney a été abandonné. Par contre, Pechiney Dunkerque (électrolyse) la 1 ère usine construite en France depuis 1960 démarrera le 03/11/1991 avec des conditions environnementales acceptables et un contrat favorable avec EDF.

Dunkerque, environnement et industrie;

 

dunkerque photo usine

 

Gardanne, une implantation obsolète en ville.

IMAGE USINE FIGARO EXCELLENT
Un Groupe nationalisé en 1981, privatisé en 1995 à qui l’on ne pouvait rien refuser fort de 30 000 salariés a été conduit à un démantèlement sans aucune recherche de responsabilités en France comme en Guinée.

La survie de Gardanne l’enjeux, un futur repreneur, un leurre, un artifice ?

Les décisions se prennent à Montréal chez Rio Tinto et certainement pas chez les « besogneux » de Gardanne. Les autorités Françaises des partenaires passifs ce qui reste un mystère pour ce présent billet.

L’accumulation des données, les archives, les éléments factuels, permettent d’éclairer des réalités de Pechiney et successeurs, la suite à paraitre sous peu « Voyage de Provence en Guinée, le minerai de bauxite et ses dérives. »

Le support aux actes de corruptions ? Les eaux troubles ? A suivre.

 

Simiane Collongue le 12/12/2017                         Michel Mazzoleni.

 

Publicités

BOUES ROUGES : LA CANALISATION SON ETAT PRÉVISIBLE. CORROSION et REJETS.

1 Déc

Une pêche miraculeuse, rivière souterraine à Port Miou. Un tronçon de la canalisation récupérée début octobre 2017 et il reste 7,7 km à investiguer.

Des photos ont été prises par la capitainerie placé sous la responsabilité de Mme Millon a qui nous avons demandé des copies par mail. Aucune réponse.

En effet, des traces rouges ont été laissées sur le parking, celle d’un objet traîné et lourd..

Expertise en cours du métal intérieur/extérieur  avec  demande identique déposée auprès du Préfet avec les photos et vidéo de notre plongée.

J’attends  le communiqué de la Commission de Suivi du 17/11/2017 pour m’exprimer complètement sur mon intervention et pour la suite qui pourra être donnée.

Attente d’une réponse du Président de la République, mon courrier détaillé du 29/11/2017 après la relaxe obtenue pour notre plongeur, la mairie de Cassis déboutée.

Un jugement motivé que conteste Mme. Millon que son aveuglement à lancer l’assignation contre Antenne 2 et notre ami plongeur n’avait pas anticipé.

La Commission de Suivi mer du 17/11/2017, ce qui a été abordé dans ce chapitre :

83 métaux lourds, perturbateurs endocriniens, PCB, stations d’épuration ce qui mériterait d’approfondir les réalités, Huveaune, Callelongue.

Un rejet depuis le 01/01/2016 à la densité plus faible que l’eau de mer qui aura tendance à remonter en surface. Commission de Suivi mer du 17/11/2017.

Restons lucides et bonne baignade, la santé humaine sans risques, une garantie ?

Au final, 3,2 millions € et 100 000 €. Comprend qui voudra la logique de notre maire.

Mettre fin aux rejets devrait être la priorité du premier magistrat, le vrai combat.

A suivre.

troncon port miou

 

REJETS EN MER. MAIRIE DE CASSIS DEBOUTEE PAR LA JUSTICE.

28 Nov

 

Notre équipe de plongeurs, NOX Diving auteur de nos images et vidéos sous-marines sous la houlette d’Aldo Franco a été relaxé, ils avaient prétés leurs concours à Antenne 2. Le résultat du délibéré du 28/11/2017 Tribunal de Grande Instance de Marseille, la commune de Cassis et Mme. Milon déboutée, condamnée aux dépends et à l’article 700 en 1 instance.

Absence des représentants municipaux de Cassis à la lecture du délibéré.

1 er acte.

1/Les coulisses du Tribunal Correctionnelle de Marseille audience du 05/09/2017, procédure contre Antenne 2 « Calanques en eaux troubles » la demande de la mairie de Cassis, 3,2 millions €.

Mme le maire de Cassis dépositaire de l’autorité publique se laisse aller à une colère noire à la sortie contre notre ami Aldo Franco de Cassis.

Notre spécialiste des « canalisations sous-marine » son crime de lèse-majesté qui lui est reproché avoir communiqué documents et inventaire des questions posées à Mme. Milon et restés sans réponse aux avocats d’Antenne 2 et du Tribunal.

Un comportement constaté par quelques témoins, réitérés lors de la déposition à la gendarmerie. La plainte du citoyen de Cassis prospère auprès du Procureur de la République. A suivre.

CANARD ENCHAINE

BOUES ROUGES : COMMISSION DE SUIVI MER DU 17/11/2017. MON INTERVENTION.

18 Nov

Ma requête d’une tierce expertise pour la canalisation aura-t-elle été entendue ?

Sous la présidence de M. David Coste, sous-préfet, secrétaire général de la préfecture des Bouches du Rhône et des membres présents ma lecture du courrier du 03/08/2017 du préfet Bouillon à mon attention.

Confirmation par M. Coste du calendrier pour décembre 2017.

  • Programme de sécurité et d’intervention (PSI).
  • Programme de surveillance et de maintenance (PSM).

Les services spécialisés de l’Etat auront à procéder à une analyse de risques, l’industriel et les associations devront engagés un travail en commun sur la partie scientifique (Augier) canalisation (Mazzoleni).

Une précision annoncée aux participants, « l’Etat sera intraitable » au regard de la qualité et des engagements contenus dans les programmes, la menace d’une tierce expertise confirmée dans le cadre de la concession d’occupation du Domaine Publique Maritime du 28/12/2015 à Aluminium Pechiney.

Les membres ont reçu individuellement un dossier complet en deux temps, une vidéo et des images sous-marine au total 38 pages d’explications.

 LE TEXTE PRÉSENTÉ AU TITRE D’INVITE.

La canalisation Pechiney un sujet complexe, volumineux, lourd de conséquences pour la suite de l’activité de l’usine.

Le propriétaire, Aluminium Pechiney filiale à 100 % de Rio Tinto, bénéficiaire d’une concession du domaine public maritime (DPM) depuis le 28/12/2015 pour 15 ans juridiquement le transporteur, ses pertes abyssales ne garantissent rien.

L’utilisateur Altéo, une convention lie les parties, réparations, maintenance, surveillance et probablement pas les « grosses réparations » d’où l’intérêt d’obtenir une copie des engagements réciproques pour se prononcer.

Altéo peut-il engager le propriétaire ? Ses limites de responsabilité ?

Faute de temps la Commission de Suivi mer malgré la connaissance du dossier par ses membres ne peut pas aborder avec précision la masse des questions.

Une tierce expertise contradictoire serait l’occasion de réunions de travail organisées par les experts, nous pourrions déposer et commenter les documents.

Les images sous-marines révèlent s’il en était besoin et comme pour tout objet immergé, une colonisation massive de la flore par encroûtage sauf pour une toute petite partie dans la rivière souterraine et ce pour de multiples raisons.

Percer les mystères des profondeurs, sachant que la corrosion est un phénomène naturel, sournois qui fragilise et détruit le métal jusqu’à la rupture :

  • En 2014, Altéo avait envisager le passage d’un PIG afin de mesurer l’épaisseur résiduel du métal et l’état intérieur de la canalisation.
  • Altéo a probablement procédé à des essais d’épaisseur par ultrasons, ce qui oblige à décrouter afin de mettre le métal à nu de point en point.
  • Une visite détaillée par ROV à visionner sur l’intégralité en mer.
  • Statistiques d’accident sur ce type d’ouvrage, soit 38 ans d’après Altéo.

Le temps imparti ne permet pas de développer,

Des techniques de contrôle parfaitement maitrisées par les experts, le cahier des charges détaillés permet de fixer les demandes, obtenir des réponses précises, elle n’a jamais fait l’objet de ce type d’investigations poussées, les services spécialisés de l’état (DREAL/BRGM) pourrons jouer leurs rôles.

La canalisation Pechiney n’échappe pas aux effets de la corrosion. Il n’y a pas de miracle, les images de l’ouvrage permettent d’admirer la colonisation mais certainement pas l’état du métal, mesures d’épaisseur et autres constats :

  • Cette conduite est un « SLURRY » (cad : Tuyau utilisé pour le transport de matériaux par voie hydraulique sous pression) qui subit une usure permanente par abrasion due au frottement sur la paroi intérieure, préférentiellement sur la génératrice inférieure de part la densité des matériaux véhiculés et les turbulences actuelles de 270 m3 / heures.
  • Racleur intelligent PIG, (le rôle d’un scanner/Irm).
  • Ultra son, extérieur, épaissi mètre après décroutage.
  • Zone d’accélération, réparations multiples en résine d’époxy entre colliers fuyards, pansements décollés, des calages par sacs.
  • Protections électriques en « guirlande », notamment cathodique sont-elles en état de fonctionnement, une anode qui travaille normalement s’use et se change. Sur le parcours les anodes ne sont pas apparentes.
  • Un bracelet d’anode se fixe tous les 12 joints (1 égal 12 m.).
  • Les réparations, de l’habillage, manchettes, colliers, supports, calage, wrapping divers, ne sont pas fait pour éliminer les points d’usures graves qui se trouvent sous ce maquillage. (Pièces jointes).

Sous l’encroutage, la corrosion qui vire au chancre, piqûres, crevasses, fissures du métal.

  • Les zones de « free span » (caténaire), les images rapportent sur les quelques mètres visionnés, une conduite qui a besoins de supports afin de compenser la flèche.
  • Le déplacement du ROV a déclenché un nuage de boues rouges, profondeur et distance ont été effacées. Estimation 130/150 m.

Il ne me viendra pas à l’esprit l’achat d’une maison sans vérifier l’existence de dégradations, façade recouverte de lierre, ma réaction, l’enlever pour constater.

Après 50 ans d’utilisation, déchets abrasifs, rejets industriels aqueux, soude etc. le diagnostic qui devrait conduire à un renouvellement n’est pas improbable.

La situation financière d’Altéo, en cours de vente d’après notre député, un cumul

70 millions d’euros de pertes à fin 2017 après 5 ans de gestion HIG/Rio Tinto, ne permet pas de rassurer les salariés.

Pechiney, 30 000 emplois effacés, une gestion calamiteuse, il ne reste que l’usine de Dunkerque en cours de vente.

Gardanne reste seule après la cession de 3 usines, qu’elle assurance de continuer à vendre 80 % de sa production d’alumine ?

Judicieusement, une organisation méthodique en faveur de Rio Tinto :

  • Le portage en 2012 avec HIG, 32 millions $ perçu par Altéo en 4 ans.
  • Contrats d’approvisionnement du minerai, Guinée/Delaware.
  • La propriété des brevets, du savoir-faire.
  • La canalisation. La location du procédé Bayer.
  • Le chantage à l’emploi, un mode management qui a fait ses preuves depuis des décennies chez Pechiney et successeurs.

De fait, les décisions se prennent à Montréal et non pas à Gardanne. Les autorités devront faire face à leurs responsabilités à Paris et Marseille

BOUES ROUGES : MON INTERVENTION COMMISSION DE SUIVI MER 17/11/2017.

15 Nov

Mon « brouillon » qui a permis d’établir ma présentation :

La problématique qui nous occupe présente diverses facettes. Au demeurant, sans traiter ici la cause, nous souhaitons nous concentrer sur les conséquences d’un des problèmes qui affecte l’environnement.

 

Ainsi que vous le savez, la canalisation est source d’inquiétudes depuis les constats révélés de sa dégradation en zone immergée de sorte que, au regard du principe de précaution, il nous paraît s’imposer de vérifier l’état structurel extérieur et intérieur, ainsi que tout aménagement réalisé pour maintenir l’édifice en l’état, mais sans jamais répondre aux problèmes environnementaux immédiats :

– déversement des boues rouges ;

– radioactivité des déchets ;

– préservation de la faune et de la flore et réglementation des zones protégées (ZPS)

– responsabilité(s) privée/publique, y compris les qualifications pénales (abstention de combatte un sinistre, défaut de contribution à l’élimination des déchets :, pollution des eaux, atteinte aux espèces protégées animales et végétales, matière dangereuse, qualité des eaux de baignade, mise en danger de la vie d’autrui, etc.).

Il est rappelé que la convention a été modifiée en 1995. Ces principales modifications concernent :

  • l’extension du champ d’application géographique de la convention au littoral ;
  • l’application du principe de précaution ;
  • l’application du principe « pollueur-payeur » ;
  • la promotion des études d’impact ;
  • la protection et la préservation de la diversité biologique ;
  • la lutte contre la pollution résultant de mouvements transfrontières de déchets dangereux ;
  • l’accès à l’information et la participation du public.

 

Or, depuis 1966, suite à la concession, le rejet en mer des déchets a été autorisé et renouvelé depuis par arrêté en date du 28 décembre 2017 pour une durée de 15 ans, malgré l’arrêté de 2012 portant création d’un parc national qui se trouve directement affecté, en fait, comme en droit, eu égard aux obligations et aux objectifs qui lui incombent.

 

Dans notre souci d’objectivation de la situation, il convient de rappeler la situation de fait : l’existence d’une canalisation de 40 km au moyen de laquelle transitent divers déchets directement évacués dans la mer.

 

Cette situation appelle les interrogations suivantes et des expertises. En effet, ainsi que le relève ALTEO, il se produit statistiquement un accident/incident tous les 38 ans sur les structures telles que celles qui nous concernent ici. Or l’installation dont il est sollicité des expertises s’impose à plus forte raison que les autorisations datent depuis 1966, soit depuis 51 ans, ce qui statistiquement fait état d’un risque majeur.

  1. Déchets

 

  • Nature des déchets (soude, arsenic, vanadium, mercure, titane, aluminium, bauxaline, résidus divers, etc.)
  • Taux d’émission de chaque déchet
  • Dangerosité des déchets (Ph, radioactivité des minerais, etc.)
  • Impact des déchets sur l’environnement, par effet propre à chacun ou par effet combiné
  • Impact des déchets sur l’environnement, par effet propre à chacun ou par effet combiné dans le temps
  • Conformité avec la réglementation nationale, européenne et conventions internationales (Barcelone) sur l’environnement.

 

  1. Canalisation

 

  1. Structure
    1. Structure terrestre
  • Quid Dangerosité de l’installation de la canalisation à proximité d’une voie ferrée (Val Tram Pays de l’Etoile/Aubagne) ?
  • Quid de l’installation de la canalisation dans une zone de protection spéciale ? Respect de l’installation de la canalisation avec le réseau des sites NATURA 2000 (ZICO, ZPS, ZSC, ZNIEFF, SIC) ?
  • Quid du respect des normes du réseau quant à la nature et à l’état du revêtement et de la structure de la canalisation extérieure/intérieure ? (Couche protectrice/renforts/couches intermédiaires/couches barrières/couche extérieure à forte teneur en charge ? Cœur stratifié ? Une expertise s’impose.
  • La structure correspond-elle à un produit standard ou à une solution personnalisée ?
  • Quid du respect des normes du réseau quant au diamètre et les fluides y circulant ?
  • Eu égard aux fluides y circulant et les risques de dégradation interne du réseau, de son état ?
  • État de la résistance mécanique ?
  • La résistance du tuyau à la pression sous-marine correspond-elle aux normes applicables ?
  • Le système de canalisation résiste-t-il à la pression ?
  • État du carénage du réseau terrestre et sous-marin ?
  • État des raccordements/jonctions terrestre et sous-marine ?
  • Les canalisations relèvent de la normalisation ISO ? :
  • Sinon pourquoi (eu égard au principe de précaution !) ?
  • Dans l’affirmative, quid de l’intervention des organismes indépendants permettant de certifier le respect des normes ISO du réseau ? entre autres exemples :
  • ISO 10467 /EN 14364
  • ISO 10639
  • EN 1796
  • ISO 14692
  • DIN 16965/66
  • AWWA M45, AWWA C950
  • ASTM D3517, ASTM D3754, ASTM D2997
  • Quid du respect des normes de qualité et de contrôle de la canalisation :
  • Label de qualité TÜV MUC KSP A-2000/A-2100 ISO 9001
  • ISO 14001
  • Directive 97/23/CE relative aux équipements sous pression
  • Quid des normes de sécurité

 

  1. Structure sous marine
  • Quid de l’état de corrosion du réseau immergé et à quel niveau sous la mer ? (cf. Directive 97/23/CE relative aux équipements sous pression) ;
  • Quid de l’état du réseau extérieur/intérieur ?
  • Quid de l’état de consolidation du réseau immergé ?
  • Quid de la présence de fuites et à quel niveau ?
  • Quid du respect des normes du réseau quant au revêtement extérieur ?
  • Quid du respect des normes du réseau quant au diamètre et des fluides y circulant ?
  • Quid du respect des normes du réseau interne quant à la diversité et à l’« agressivité » des fluides y circulant ?
  • Quid de la profondeur des rejets en mer ?
  • Quid de l’étendue des rejets ?
  • Quid de la masse des déchets ?

 

  1. Impact

 

  • Quid des mesures prises pour prévenir les risques géologiques ?;
  • Quid des mesures prises pour prévenir les impacts écologiques ? (Principe de précaution) ;
  • Quid des traces de boues rouges dans la rivière souterraine de Port Miou (vf. Rapport d’exploration E. Gilli 2007) ;
  • Impact écologique et humain ?;
  • Quid de la vétusté de l’installation, entretien ?;
  • Quid de la remise en état des lieux une fois que l’activité cessera ? à qui incombera la charge /coût ? Prise en charge ? société, contribuable ?

 

  1. Aide d’État compatible ou incompatible avec le droit européen

 

  • La concession de l’exploitation du domaine public constitue une aide d’État dont il conviendra de définir la compatibilité avec la réglementation européenne ;
  • Il est rappelé que l’UE dispose d’une compétence exclusive dans les domaines la conservation des ressources biologiques de la mer dans le cadre de la politique commune de la pêche (Article 2B sous d) du TUE) ; d’une compétence partagée en matière d’environnement (Article 2C sous e) du TUE) ; il est rappelé que l’UE L’Union définit et mène des politiques communes et des actions et œuvre pour assurer un haut degrée de coopération dans tous les domaines des relations internationales afin de contribuer à l’élaboration de mesures internationales pour préserver et améliorer la qualité de l’environnement et la gestion durable des ressources naturelles mondiales, afin d’assurer un développement durable (artic e 10, 2) sous f) TUE) q Que, au titre des objectifs de l’UE, il est poursuivi un niveau èveevé́ de protection de l’environnement et l’amélioration de sa qualité doivent être intégrés dans les politiques de l’Union et assurés conformément au principe du développement durable.
  • Question de la responsabilité de l’État Français au titre du Traité de Lisbonne et de la convention de Barcelone.

Manquement de la France aux objectifs de :

  • évaluer et maîtriser la pollution;
  • assurer la gestion durable des ressources naturelles marines et côtières;
  • intégrer l’environnement dans le développement économique et social;
  • protéger le milieu marin et les zones côtières par des actions visant à prévenir et à réduire la pollution et, dans la mesure du possible, l’éliminer, qu’elle soit due à des activités menées à terre ou en  mer;
  • protéger le patrimoine naturel et culturel;
  • renforcer la solidarité parmi les pays riverains de la Méditerranée; et
  • contribuer à l’amélioration de la qualité de vie.

 

  • Violation du principe de précaution : quelle que soit la profondeur du rejet en mer des produits, ils constituent des déchets qui impactent l’environnement
  • Quid de la convention du respect de la convention d’entretien conclue le 21 juillet 2013 entre Pechiney et Altéo ? Conditions du renouvellement de la concession au regard de la question du respect de cette convention ?

 

  1. Exploitation des minerais

 

  • Quel est le circuit des activités minières et le rôle de l’Etat dans le contrôle des transactions de minerais avec la Guinée ?
  • Question du respect de la législation guinée / OHADA

 

  1. Moyen(s) de préservation

 

  • Aides d’État pour permettre l’établissement d’infrastructures terrestres et assurer le principe de précaution ? (ÉVITER LA POLLUTION DANS LE PNC ET ZONES PROTÉGÉES)
  • Équipe de R&D sur la valorisation des déchets, quelles recherches, existent-t-elles, quelles solutions ?
  • Question du « cumul » des polluants non biodégradables :
  • la remontée en surface des rejets liquides et radioactifs
  • la remontée en surface par aspiration due au courant de la partie solide des boues rouges
  • la dégradation du phytoplancton

 

  1. Propositions

 

  • Instauration d’un comité de suivi
  • Accès aux documents DDTM ou les verser à un expert indépendant
  • Renforcement des contrôles visuels/surveillance et repérage des fuites et maintenance chaque année (au lieu de 5 ans) en application du principe de précaution et de la nécessité de prévenir tout impact dans le PNC et le respect des normes européens / Prendre des mesures plus poussées que celles prévues par l’arrêté du 28 décembre 2015 portant concession d’utilisation des dépendances du Domaine public Maritime) ;
  • Nécessité de transparence et communication des rapports ANSES / IFREMER / BRGM.
  1. Proposition d’expertises

 

  • Faire désigner tout expert avec pour mission de :
  • Vérifier le respect des normes de structure de la canalisation terrestre et sous-marine ;
  • Vérifier l’état général de la canalisation terrestre et sous-marine  en identifiant :
    • chaque désordre ;
    • son origine ;
    • et leur niveau de dégradation ;
  • Aux points de désordres, procéder à une analyse extérieure et intérieure ;
  • Vérifier l’état de la structure (densité ; résistance tangentielle-axiale ; dilatation thermique ; élasticité – flexion ; température de distorsion à chaud/froid ; conductivité thermique ; corros
  • Déterminer la nature et l’efficacité des mesures anti-corrosion.
  • ion ; pression, joints, structure de soutènement, carénage, raccordements, etc.) ;
  • Procéder aux investigations via des « râcleurs intelligents PIG » ;
  • Définition de la sécurité du transport des produits et agressivité des produits ;
  • Définir la diversité des produits/fluides circulant dans la canalisation jusqu’à leur évacuation (rejets solides et effluents liquides) ;
  • Déterminer la quantité des rejets dans les profondeurs autorisées, outre la quantité des rejets aux lieux de désordre.
  • Déterminer la profondeur à partir de laquelle les produits chimiques sont évacués ;
  • Déterminer l’impact sur l’environnement faune et flore ;
  • Déterminer la compatibilité des rejets des polluants/déchets/produits chimiques au regard des réglementations nationale et européenne ;
  • Proximité de la canalisation aérienne de produits dangereux à proximité de la réhabilitation d’une ligne SNCF (Valdonne   17 km) = secousse subies par la canalisation/impacts/solutions ? ;
  • Impact du déversement des boues sur les espèces de poissons pélagiques protégées (Grande nacre ; Grande cigale de mer ; Datte de mer ; Patelle géante ; Oursin diadème ; Mérou ; Herbier ; cétacées ; phoque moine ; tortue caouanne) ;
  • Impact (et existence même) d’une décharge à terre sur 30 ha en zone naturelle ? (Question de la zone protégée !) ;
  • Identifier l’évolution, l’étendue, la superficie de la pollution
  • Relever le degré de toxicité et de radioactivité en mer et sur la zone terrestre de stockage ;
  • Identifier l’impact de la dégradation du phytoplancton ;
  • Déterminer l’impact sur la qualité des eaux de baignade ;
  • Déterminer l’impact sur la santé humaine (étude de population à proximité et des pathologies dominantes ;
  • Quid de la convention du respect de la convention d’entretien conclue le 21 juillet 2013 entre Pechiney et Altéo ?
  • Qui contrôle l’effluent ? Si oui comment ? Sinon pourquoi ?
  • Quid des autorisations de l’installation des infrastructures aériennes et souterraines dans les zones protégées ?
  • Définir une méthode et procéder à l’analyse des canalisations pour la zone depuis Carnoux jusqu’à la mer où l’effluent descend naturellement en « gravitaire » ;
  • Déterminer les mesures de prévention, en application du principe de précaution contre les risques d’effondrement (Cap Canaille, cf. Rapprt BRGM n°55356 juillet 2007 ;
  • Déterminer les mesures de prévention, en application du principe de précaution contre le risque de Tsunami (cf. Rapport BRGM n°55756, 2007) ;
  • Définir le respect des correctifs de l’ASN (radioprotection ; révision de l’étude des zones réglementées, fiche d’exposition des travailleurs, gestion des sources, registre des mouvements des sources, etc.) adressés à ALTEO le 6 février 2014.

 

 

 

  1. Divers

 

  • Quid des engagements/objectifs de Pechiney de « cesser » toute rejet en mer au 31 décembre 2015 (cf. arrêté préfectoral du 1 juillet 1996 ; Avis du 01 août 2014)?
  • Quelles sont les motivations/conditions de renouvellement de la concession d’exploitation du domaine public en 2015 en dépit des conclusions de la visite d’inspection du 18 juin 2013 sur les retours d’inspection 2011 et 2012 de DREAL ?

 

 

 

 

BOUES ROUGES : COMITÉ DE SUIVI 17/11/2017. UN TOURNANT ?

28 Oct

Les échanges de correspondances avec M. le Préfet Bouillon, son courrier du 03/08/2017, celui de N. Hulot du 24/10/2017, l’envoi par les services de la préfecture de mon dossier sur la canalisation (26 pages)  « Un ouvrage qui menace ruine. Tierce expertise pour un démantèlement ou un renouvellement ?  » a été diffusé directement aux membres par les services de la préfecture ce vendredi, une première de ce qui devient officiel.

A suivre les débats… avec le nouveau Préfet. La récapitulation des sujets et questions :

REQUETE TIERCE EXPERTISE- EXPOSE DES MOTIFS.

 0/ Introduction, plongée en eaux troubles, les mystères des profondeurs.

  1. le Préfet comptez-vous mettre en œuvre une tierce expertise. Votre courrier du 03/08/2017 laisse entrevoir la possibilité d’une saisine à votre initiative.

La recherche d’un repreneur à Altéo successeur du montage Rio Tinto/HIG serait en cours d’après la déclaration au journal La Provence de juin 2017 du député Lambert.

Ou en sommes-nous ? Le moment d’imposer des options fortes.

1/ Justifications de la requête d’une demande d’expertise de la canalisation

La Corrosion un phénomène naturel qui détruit le métal. La canalisation ne devrait pas y échapper. Aucune investigation d’ampleur n’a été entreprise.

Communication des vidéos et rapports de surveillance dans leurs intégralités notamment celles incluses prévus et ce conformément aux Arrêtés.

Ces données permettent de calculer, de peser les enjeux, anticiper le temps restant avant une cassure où un évènement de grande ampleur.

La réalisation de l’expertise est urgente.   Aucune excuse ou prétexte pour un quelconque retard.

2/ Autorisations – Arrêtés – Recours – Tribunal Administratif Marseille.

Depuis le 01/01/2016 il s’agit de rejets liquides. Validité de la DUP ?

Les attendus sont aujourd’hui inexacts, effluents liquides, bauxite de Provence, non mais de Guinée. Résidus inertes ce que l’ANSES ne confirme pas directement, La fragilité de l’arrêt du Conseil d’Etat actualisé une évidence.

De plus, la réglementation et les Directives de la Commission Européenne ne pouvaient pas à cette date être prise en compte par la juridiction.

Depuis le 01/01/2016, les déchets solides sont entreposés à mangegarri sans sarcophage (bassin béton), la côte NGF 275 m. ne devra pas être dépassée, Arrêté de 2014, il manque actuellement près de 20 m.

L’échéance de l’autorisation d’exploiter 2021, aucune estimation de la date à laquelle la côte sera atteinte. Pouvez-vous apporter des précisions ?

D’autre part la majorité municipale de Bouc Bel Air dans sa dernière publication prépare la fin de l’exploitation pour 2021. Un prochain Conseil devra débattre de la situation.

Suivant les actes, notarié, certification des comptes, Traité de cession de 2012, Altéo ne serait pas responsable des pollutions. Qui rechercher aujourd’hui disparu ? Ces pièces sont à la disposition des autorités.

La communication des documents cités dans les actes sous le vocable « accords des autorités gouvernementales » nous parait incontournable.

Cohabitation avec le tramway « Valtram » du pays d’Aubagne, canalisation à enterrer ou pas ? Qui paie ?

3/ Transporteur Aluminium Pechiney – Convention d’utilisation Altéo.

  1. le Préfet, la position des autorités sur notre questionnement juridique.

Communication de la Convention d’utilisation entre Rio Tinto et Altéo.

4/Le choix de la zone d’implantation au large de Cassis, une zone à risques.

Rivière souterraine de Port Miou des boues rouges sont présentes.

Qu’elles sont les moyens de sécurité et de sauvegarde à disposition permettant la mise en œuvre des principes de prévention et de précaution par rapport aux populations exposées et largement commentés par nos experts.

5/Vérification intérieur/extérieur, passage PIG, état, constatations, continuité.

Notre plongée du 17/10/2017, a constaté la pose de nombreux colliers et la réfection par straps noir des deux tuyaux y compris La Barasse sur quelques mètres et à moins de 20 m. de profondeur d’où ’impression d’une réparation provisoire.

L’accès aux rapports ainsi que l’intégralité des vidéos sans montage est sollicité.

  1. Ramé. La technologie PIG vous apparait elle adapté en matière de prévention des risques sur la canalisation ? Votre commentaire du 06/07/2017 lors du Comité de Suivi a été noté et apprécié à savoir : « cela n’a jamais été fait ».

La création de gares à racleur ne sont-elles pas une nécessité pour un contrôle permanent de l’état.

Communication de cette étude du 19/05/2014 a-t-elle été mise en œuvre ?

La génération PIG, racleur, intelligent, des technologies qui permettent d’anticiper et d’assumer le principe de prévention et de précaution ? Une nécessité.

6/Incident de plongée de 1987, cassure !!! courrier préfet du 05/07/2017.

Les éléments d’informations avec annexes ont été transmis début juillet 2017 en préfecture, profondeur et coupe morphologique du fonds, une exploration de vérification s’impose pour l’intégralité de la canalisation et dans ce périmètre en particulier.

7/Intervention sur la canalisation, semaine du 02 au 06/10/2017 par Altéo.

L’urgence d’une tierce expertise intérieur/extérieur s’impose afin de s’assurer avec précisions des décisions à prendre.

DONNÉES – CARACTÉRISTIQUES- ADMINISTRATIF.

8/Caractéristiques du tuyau, par Altéo, dossier demande de concession.

Communication du dossier de demande, d’autres tests ont-ils été réalisés ? Les résultats.

Différentes certifications ont été obtenues (voir analyse juridique), la communication des dossiers de demande avec les résultats des organismes.

9/ Quantités rejetées. Boues rouges solides – Effluent liquide.

L’industriel pourrait-il communiquer les tonnages précis, ventilé par usine, ainsi que les composants des boues rouges en tonnages depuis 1966.

Comment aucun impact sur le milieu marin, la flore et la faune avec ce cocktail est-il possible ? Qui pourrait certifier ce type d’affirmation sans contestation ?

 10/Les rejets, toxicité, nocivité.

L’analyse ne se réalise que sur le muscle et la chair. Les viscères et la tête là où se concentre les métaux lourds, perturbateurs endocriniens, PCB sont exclus du champ d’investigations.

La soupe de poisson gastronomie locale à déconseiller.

Les travaux du Conseil de Surveillance et d’information sur les rejets en mer CSIRM, conseil scientifique indépendant pourrait utilement se concerter avec le président d’UCL.

11/Le principe pollueur/payeur. Redevance sur l’eau, TGAP.

Faire payer le juste prix à l’industriel de Gardanne serait une égalité de traitement des différents utilisateurs pollueurs.

  1. R Malié actuel maire de Bouc Bel Air, ancien député, auteur de l’amendement à la Loi de Finances de 2012 :

Pouvez-vous nous éclairer sur cette situation, l’astuce permettant de diminuer cette taxe de 11 millions d’euros par an à savoir « La taxe est due lorsqu’elle se situe en deçà de 250 mètres de profondeur et à 5 km des côtes ».

 Notre ministre N. Hulot, accepte et consent une baisse de 110 millions d’euros du budget de fonctionnement des agences de l’eau et ce dès 2018.

  • Comment sans moyens financiers comptez-vous dépolluer les sites qui seront laissé à la charge des citoyens après la fin des activités des pollueurs.
  • L’amendement à la Loi de Finances de 2017, initialement prévu pour remettre la redevance à son taux initial d’avant 2012, le texte a été retiré sur intervention en janvier 2017 du Ministre de l’industrie M. Eckert.
  • La Cours des Comptes dans son rapport annuel de 2015 épingle cet artifice.

La manipulation du dossier redevance est suffisamment documentée pour comprendre qu’il s’agit d’une faveur vers l’industriel et malgré cela des pertes vertigineuses qui ne garantissent pas de conserver des emplois à Gardanne.

  1. le Préfet comptez-vous intervenir auprès du gouvernement afin de rétablir une mesure d’équité entre les pollueurs.

12/ Le principe de précaution.

Une demande de tierce expertise qui trouve toute sa pertinence à l’exposé des motifs.

Un exercice de secours avec la mise en fonctionnement de la canalisation de La Barasse et la fermeture des vannes de Gardanne a-t-il été réalisé ?

Le produit d’inertage qui a une durée d’efficacité de 3 mois, comment est-il renouvelé et pour la dernière fois.

Les vérifications de l’état de la canalisation dite de secours de La Barasse devrait aussi subir l’évaluation d’une tierce expertise.

13/ Acte notarié –  Traité d’apports partiel d’actif 2012 – Comptes sociaux.

  • Provision environnement 12 808 868 €, porte uniquement des coûts de nettoyage en cas de fermeture de l’usine,
    • L’objet d’un accord avec les autorités.
  • Coût réhabilitation du site usine, dépollution, suivi des activités post-fermeture :
    • Ne sont pas supportés par Altéo. Mais qui ?
  • Mangegarri caution de 7 235 000 conforme au texte de l’Arrêté. Les risques couverts par cette caution ne sont pas supportés par Altéo mais par un tiers :
    • Qui est le tiers, serait-ce l’Etat ?
  • En mer, aucune provision pour dépollution, le propriétaire de la canalisation Aluminium Pechiney (filiale à 100 % de Rio Tinto) en cours d’effacement en France est en grande difficulté financière.
    • Existe-il une caution afin de faire face à un démantèlement de l’ouvrage.
    • Capacité financière d’investir dans une nouvelle canalisation ?

La situation financière délicate de l’usine, les autorités doivent faire preuve de vigilance au regard des cautions, de la validité, de l’objet si leurs mises en actions devaient intervenir.

  1. le préfet comptez-vous revoir les modalités avec précisions ?

Les représentants des salariés peuvent-ils communiquer le rapport SECAFI qui concluait à une opération qui n’est pas viable en 2012 ?

Comment et dans qu’elles conditions Altéo compte reconstituer son capital social d’origine de 60 millions € afin de faire face à ses obligations. ?

Le cumul des pertes avec l’exercice 2017 se situera vers 70 millions d’euros.

14/ Gouvernement. 

Les autorités aucune réponse de fonds. Une ligne secret fiscal par M. Sapin en janvier 2017 et le silence du ministre Macron de janvier 2016 à Aout 2016 son départ du ministère de l’économie.

15/Les recours.

Face à un Etat qui refuse de regarder en face et objectivement les réalités il est apparu incontournable de saisir l’instance susceptible d’avoir l’autorité nécessaire à l’application et au respect de la règlementation au – delà des intérêts financiers

Le braconnage dans le Parc Nationale des Calanques,

Une activité souterraine lucrative qui se pratique depuis toujours. L’audience du Tribunal Correctionnel de Marseille du 08/11/2017 apportera un éclairage sur les mentalités de ceux qui pratique ce « sport » dans les eaux qu’ils dénoncent polluées :

  • L’article de La Provence du 24/10/2017 annonçant cette procédure.
    • Pêcheurs, plongeurs, poissonniers, restaurateurs, la chaine du fric.
    • La population d’oursin, de poissons une situation très connue dans la proximité des rejets en zone très pollué et ce n’est pas le traitement qui supprimera les particules qui permettent aux poissons de se nourrir…

Les réalités.

  • Quoi qu’il en soit les décisions ne se prennent pas à Gardanne mais à Montréal siège de Rio Tinto, à Miami pour HIG enfin au Delaware (paradis fiscal) pour Halco Mining siège social du fournisseur exclusif du minerai de bauxite de Guinée et dont Rio Tinto est actionnaire.

Mes recherches m’ont amené à choisir, trier, écarter ce qui doit l’être, retenir ce qui s’impose, mon droit de savoir, mon indépendance n’en déplaise. Je ne suis pas dupe mais extrêmement conscient des réalités en affaires. La règle de prudence m’impose pour l’instant de la réserve.

L’ignorance ne pourra pas être invoqué, les décideurs coupables mais pas responsable. Un fléau bien Français

Monsieur le Préfet je vous remercie pour votre attention.

Simiane Collongue le 26/10/2017                                        Michel Mazzoleni.

 

 

 

BOUES ROUGES : LE DÉPART DU PRÉFET BOUILLON.

13 Oct

Certains lui reprocheront l’Arrêté du 28/12/2015 autorisant les conséquences de la raffineries de minerai de bauxite de Gardanne.

Une concertation et une écoute constructive était en route. Par courtoisie lors de mon dernier article, je ne n’ai pas diffusé son courrier du 03/08/2017 concernant la canalisation en réponse à mes saisines, extraits :

 »  Après analyse, mes services ont demandé des informations complémentaires à l’exploitant.

Une validation spécifique de ces documents est prévue et l’Etat se réserve le droit de recourir à une tierce expertise, le cas échéant. »

« En outre, un contrôle d’une partie de la canalisation sera effectué par un plongeur sous pilotage Etat, en complément de celui prévu par l’exploitant. »

Par mail et courrier du 19/09/2017, transmission de ma réponse pour le Comité de Suivi avec 6 pages d’analyse juridique réalisée avec l’aide d’un avocat intitulé :

  La canalisation l’ouvrage qui menace ruine.

Pour être complet un dossier inventaire de l’industriel Pechiney et successeurs a été remis au ministre M. Hulot, au Préfet M. Bouillon et au député Lambert le 12/10/2017.

Les sources, engagements contractuels, responsabilités sont contenus dans les actes officiels : Acte notarié du 31/07/2012 – Traité cession partiel d’actif 29/05/2012 – Certification des comptes sociaux 2013/2014/2015, un déficit cumulé de 56 195 958,67 €. Estimation pour 2017, une perte de 15 millions €. Les fonds propres consommés.

Demandes d’éclaircissements auprès des autorités concernant, les risques de dépollution, démantèlement etc. IL apparaît qu’Altéo n’aurait pas de responsabilité ?

Tout comme la redevance sur l’eau Pollueur/payeur une ristourne de 11 millions € an. depuis 2012. Ce point est largement expliciter concernant « l’astuce qui a permis cela ».

Pour en terminer auteur de la plainte contre l’Etat Français auprès de la Commission Européenne en janvier 2017 à laquelle c’est joint UCL et 2 citoyens de Cassis et La Ciotat. Il est prévu une communication pour fin octobre 2017.

Aucune autre personne ne peut se revendiquer de cette action.

Bon courage avec le nouveau Préfet.

 

 

 

 

BOUES ROUGES : SILENCE DES PROFONDEURS- ALTEO UN AVENIR ?

27 Sep

Notre député de Gardanne, FM Lambert, fidèle lecteur de mon blog « La Loupe de Simiane Collongue » et de ses questions qui dérangent, finance, économie, avenir, pollution, emploi, canalisation…

Sa déclaration à La Provence du 14/06/2017 confirme mon analyse :

« La seule question aujourd’hui est que le fonds américain va sortir du capital de l’entreprise. Je plaiderai auprès du premier Ministre que l’Etat prenne des parts stratégiques, directement ou non, dans cette entreprise unique au monde. »

La situation actuelle : un désastre économique, écologique pour les sites en mer, à terre et de l’usine sans oublier les rejets atmosphériques.

Cumul des pertes sous gestion HIG 56 195 958, 67 (Assemblée 23/06/2017), le capital social est de 60 millions €. Les capitaux propres ont besoin d’une reconstitution, la règle de 50 %. La prime de fusion et son évaluation à revoir.

L’obligation d’approvisionnement du minerai par Rio Tinto, conditions et modalités toujours inconnues, question au Gouvernement du député C. Premat.

L’apparence de vente en 2012 par Rio Tinto, ne se comprend qu’au travers d’un versement à Altéo de 32 millions de $.  La dernière échéance était pour fin 2016 et portait sur 4 annuités, la mission du fonds d’investissements étant achevée !!

Le manque de rentabilité une performance alarmante pour des actionnaires normaux, les salariés de l’entreprise des spectateurs bien silencieux et pourtant l’accès à l’information des comptes sociaux leurs est garantie.

Le cabinet d’expertises et conseils SECAFI Alpha mandaté par le Comité d’Entreprise a remis son rapport le 07/06/2012 à Paris, verdict : « le business plan présenté par l’acheteur n’est pas viable ». Nous y sommes.

Une des faveurs décidées par l’Etat, ce que le citoyen paie en lieu et place :

Redevance sur l’eau, taxe pollueur/payeur, baisse de 11 millions € par an.

Le bilan serait au minimum de 100 millions de pertes pour 2013/2014/2015/ 2016.

Qui peut comprendre l’acharnement des actionnaires à continuer à Gardanne ?

L’objectif caché de Rio Tinto à la manœuvre, la mise au point grandeur nature de nouvelles techniques, déposer les brevets, pour les anciens, ils sont déjà leur propriété avec le Bayer loué à Altéo et environ 200 de l’héritage Pechiney.

Conséquences de la vente de 3 usines au groupe Imerys sur quatre, Gardanne est totalement isolé, une réduction de capital de      44 625 059 €, le capital social est réduit d’autant à 44 618 905 € lors de l’Assemblée générale du 29/03/2017.

Annonce légale parue dans l’agriculteur provençal ce qui n’est pas anodin, de plus  une évaluation externe de l’entreprise en annexe, non publique.

Le fonds HIG retirant une partie de ses fonds initiaux, précaution et prudence.

La garantie de la fourniture de 300 000 t. d’alumine soit 80 % de la production à Imerys sur un total de 400 000 t. soit 1 million de t. de minerai de bauxite.

Commission de Suivi plénière, les sujets finances, économiques ne sont pas de sa compétence certes mais la constitution de provisions est motivée avec comme support des questions liées à l’environnement qui de ce fait peuvent être abordé.

En conséquence de quoi, M. le Préfet Bouillon devrait lors de la prochaine assemblée informé les participants de ses saisines auprès des services de l’Etat.

  • Direction des services fiscaux, vérifications étendues des comptes.
  • Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’emploi. (DIRECCTE.)
  • Interrogation des Commissaires aux Comptes.
    • Vérification et modalités d’achats du minerai de bauxite, lieu de paiement. Paradis du Delaware ?
    • Facturation export soit 80 %, définition du circuit documentaire.
    • Les rapports des Commissaires aux comptes précisent :
      • Caution Mangegarri, ne concerne pas Altéo.
      • Provision de nettoyage, accord autorité.
      • Dépollution des sites, remise en état des lieux ne concerne pas Altéo.

Il est demandé la communication des pièces qui permettent ces affirmations par :

Commissaires aux comptes eux-mêmes.

Les autorités qui se sont engagés vis-à-vis d’Altéo.

L’ordre du jour du prochain Comité de Suivi a fait l’objet d’un échange de correspondance approfondie avec M. le Préfet Bouillon et ses services.

Le relevé de décisions « éclairées « de M. le Préfet sur un sujet épineux sont attendus, la situation, les démarches en cours des décideurs l’exigent.

Je me permettrais de réagir par tous moyens le moment venu en attendant place à la courtoisie et au travail préfectoral constructif suivant courrier du 03/08/2017.

A suivre.

BOUES ROUGES : ALTEO PUBLICATION DES COMPTES 2016.

7 Sep

 La certification des comptes sociaux, une obligation légale qui se doit de préserver l’éthique, la transparence, formuler une opinion objective publique.

Une mission de confiance, le manque de sincérité peut engager la responsabilité du certificateur. Le 31/07/2017 auprès du greffe du Tribunal de Commerce d’Aix en Provence la formalité a été accomplie.

Par précaution le 19/10/2016, nous avions attiré l’attention des Commissaires aux Comptes sur qu’elles que sujets qui demandaient des éclaircissements :

  • Les questions longuement débattues sur ce blog notamment :
    • Conditions et modalités d’achats du minerai en Guinée.
    • La facturation export, provision pour démantèlement des sites.

Le rapport n’aborde pas ces demandes, nous en prenons acte pour la suite.

Ce que nous avons retenue après lecture des documents déposés aux greffes :

  • Pertes      14 593 038,87
  • Cumul des pertes 2013/2014/2015/2016 gestion HIG 56 195 958,67

 

  • Chiffre d’affaires 206 888 323.00
    • Dont export 163 640 375.00 soit 79 %
      • Stabilité par rapport à 2015.
    • Dont entreprises liées, Arc et Alufin 58 890 904 pour estimation 300 000 t. d’alumine. Au 01/01/2017 propriété d’IMERYS.
  • Effectif 443 (ouvriers 158- maitrise 209 – Ingénieurs 76)

Les remarques et faits marquants déclarés par les certificateurs ferons l’objet des questions déposées pour le prochain Comité de Suivi par l’Union des Calanques Littoral UCL aura l’opportunité de demander aux autorités des éclaircissements publiques.

Des réalités qui ne s’inventent pas et ce n’est qu’une toute partie de l’iceberg. Le niveau des pertes devrait poser questions à tous les intervenants et ce malgré les faveurs obtenues, redevance sur l’eau (11 millions an) la fin de la créance Rio Tinto 8 Millions USD qui ne rentrera plus dans les caisses, la dernière échéance étant 2016. Etc…

BOUES ROUGES : LA CANALISATION – L’OUVRAGE QUI MENACE RUINE.

21 Août

BO

 

Qualification juridique lourde de conséquences pour la continuité de l’usine, les choix :

  • Sa vétusté, nécessite des investigations de grandes ampleurs sur l’intégralité des 7,7 km, en mer depuis 50 ans afin de poser le diagnostic réel de son état :
    • Evaluation de la corrosion.
    • Du revêtement protecteur.
      • Défauts, type bitumeux – brai sur la totalité, décollement, situations anormales, morceau remis à l’enquête publique de 2015 pour analyse, longévité. Les autorités ne répondent pas.
    • Intégrité du métal tube.
      • Passage d’un PIG, mesure de l’épaisseur résiduelle.
      • Cathodique, les fils sont présents dans un état chaotique.
    • L’état de vétusté du parcours terrestre extérieur/intérieur.

La canalisation métal a transporté 30 millions de tonnes de déchets solides, hautement abrasif, ce qui constitue un risque élevé d’affaiblissement, de fuites et de cassures.

  • Les normes en vigueur autoriseraient elle cette canalisation ?
    • Les alertes nombreuses, « on ne savait pas, sont irrecevables.
    • Plongée de G. Rivoire du 19/09/1986, éboulement de boue à 124/184 m.
    • Les courriers de Tardito député et du ministre M. Barnier de 1993.
    • Les alertes, photos lors de l’enquête publique de septembre 2015 etc.

A l’issue des inspections, il est plus que probable que les constatations liées à la vétusté, à la durée de vie prévisible dans le milieu marin conduisent au renouvellement intégral, de la partie en mer le rejet ne pouvant être autorisé qu’après :

  • Une étude scientifique, indépendante, contradictoire permettant de se prononcer sur la nocivité des rejets polluants issus de l’usine dans le Parc National des Calanques, pour la santé, la flore et la faune.

Estimation des investissements de 25 à 50 millions d’euros.

Rappel, le propriétaire « transporteur » Aluminium Pechiney, la mise à disposition du nouvel ouvrage sera l’objet d’une nouvelle Convention rendue publique. Très probablement un coût de location plus important pour l’utilisateur Altéo ce qui accentueras les pertes chroniques de l’usine et de son modèle économique désastreux.

Les niveaux des pertes enregistrées depuis 4 ans sous gestion HIG devraient s’accentuer, Gardanne restant seule après la vente au 01/01/2017 au groupe Imerys de 3 usines sur 4.

Afin d’assurer la continuité de l’usine, la volonté et les choix du financier HIG devenu industriel, en harmonie avec le vendeur Rio Tinto. Cet ensemble cherche aux dernières nouvelles un repreneur ce qui s’apparente en l’état à un tour de passe/passe.

Depuis Pechiney et successeurs à qui l’on ne refusait rien, les décisions s’imposerons aux autorités, deux exigences émergent :

1/Renouvellement de l’intégralité en mer voir à terre.

2/Une expertise scientifique indépendante et contradictoire sur l’impact des déchets rejetés dans le Parc National des Calanques et de la décharge de Mangegarri.

Application stricte des principes de prévention et précaution, sans passe droits.

Le 4 trimestre 2017 sera déterminant, les actions en cours, permettront-elles d’avancer :

  • Plainte contre l’Etat Français 11/02/2017 auprès Commission Européenne.
  • Signalement Parquet National Financier 26/06/2017.
  • Tribunal de Commerce d’Aix en Provence, absence publication compte 2016.
  • Canalisation, éléments et justificatifs transmis :
    • Dépôt du dossier par UCL lors du Comité de Suivi du 06/07/2017.
    • Réponse à mon adresse du Préfet du 03/08/2017, le dialogue s’installe. La courtoisie et son contenu m’interdisent de divulguer publiquement.
      • Mise en œuvre de notre requête pour transmission au Préfet.
      • Consultation avocat, objectif saisine prochain Comité de Suivi.
      • Recours suivant position du Préfet du Tribunal Administratif.

Pour les puristes se reporter :

– Rapports Ineris – EDD – GESIP- Légifrance 25/03/2014.

– La consultation du blog « La Loupe de Simiane Collongue » vous permettra de prendre connaissances des réalités du dossier complexe dont la résolution est urgente.

L’écologie politicienne à l’œuvre une grande déception, elle est dans l’impasse.

Les « récupérateurs de mes « travaux finis » ils tentent d’apparaitre comme les auteurs des actions en cours auprès de la Commission Européenne, du Parquet National Financier, du Tribunal de Commerce d’Aix et de la requête au Préfet « canalisation «.

Il semble que les autorités prennent en compte à la lecture des mails et courriers ainsi que les questions novatrices que j’exprime, je le constate pour m’intéresser au sujet que depuis 18 mois, le retard est immense dans cette lutte qui a été d’un désordre sans nom.

L’omerta, le copinage journalistique à l’encontre de mes travaux initiés par les tenants de la pensée unique « écolo » en la matière a fonctionné, ce n’est pas de l’information, un seul journaliste après deux heures passées à mon domicile, il se reconnaitra a eu le courage de me dire, ma direction refuse de publier les pièces cela après un 1 er article.

UCL et 4 associations amis exercent un recours de plein contentieux au Tribunal Administratif de Marseille depuis janvier 2016. Merci, à l’Union des Calanques Littoral.

Je tiens à remercier mes partenaires et leurs compétences, professeur de biologie marine, océanographe de La Ciotat, ingénieur canalisation sous-marine de Cassis pour m’avoir soutenu comme auteur, coordinateur indépendant de tous systèmes.

Précisions : Nous sommes quatre à avoir apposer récemment nos signatures pour la saisine et le signalement aux juridictions ou organismes dans la plus total transparence.

Les choix à l’évidence en gestation deviendront incontournables sous peu.

A suivre.         Simiane Collongue le 21/08/2017                Le Directeur Financier.