ALUMINE – L’IMPACT DU CONFLIT EN UKRAINE ?

21 Mar

Nos besoins en alumine représente l’importation de 800 000 à 1 million de tonne an afin de produire les alumines de spécialités de l’usine de Gardanne soit 400 000 t. an autour de 500 euros la tonne vendue.

Objectifs déposés au Tribunal de Commerce de Marseille lors de la reprise soit pour 2023 : 260 000 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le marché se situe vers 200 000 millions d’euros an.

Pour 2022 année de transition on oublie.

L’arrêt de la production extraite de la bauxite, les achats de matières premières indispensable pour tourner à Gardanne sont en provenance essentiellement du géant de la filière : RUSAL.

Cela représente 80 % des besoins en provenance de l’usine d’Irlande. En cas de sanctions, européennes ou de mesures de rétorsion Russe qui pourrait décréter l’arrêt des livraisons.

Le concept de l’usine d’alumine de Gardanne ne permet pas une mise à l’arrêt prolongé.

Des sources d’approvisionnements existent mais très limité en régularité voir de qualité de fournitures.

Les conséquences du conflit sont colossales en souhaitant un arrêt rapide pour la paix et l’emploi.

%d blogueurs aiment cette page :