ALTEO : REDRESSEMENT JUDICIAIRE – LA SITUATION.

29 Oct

A l’attention de Mr. le Préfet Mirmand, notre mail du 29/10/2020.

Nous regrettons vivement et une nouvelle foi de ne pouvoir développer en direct nos avis motivés, sourcés … UCL l’ association qui a saisi la justice contre l’usine et son activité nuisible à l’environnement  voir la santé humaine, la flore et la faune en mer.

UCL a formulé ses avis sur la situation financière qui a conduit à se mettre entre les mains de la justice avec un dossier économique et financier calamiteux depuis près de 20 ans.

La structure comparative du compte d’exploitation, la nature cachée des partenaires financiers réels, couplé à un modèle économique obsolète : condamnent l’emploi.

Les repreneurs potentiels ne s’y sont pas trompés : abandon du rouge (importation du minerai) reconversion de l’usine vers l’hydroxine d’alumine, option unique pour l’avenir.

Mangegarri condamnée en l’état et à terme (voir nos analyses) objet de notre procédure à la Cour Administrative d’Appel de Marseille, clôture des conclusions 29/10/2020.

Cet ensemble complexe  aurait mérité une réunion de travail préparatoire. UCL est disponible pour un examen en profondeur après avoir reçu un repreneur qui nous a semblé « dans le coup » tout est possible encore faut il le vouloir bien loin des pressions.

En effet, les diverses modifications apportées aux instances dites de concertation depuis près de 3 ans ont eu l’effet recherché faire disparaitre UCL et ses questions non reprise dans les comptes rendus. Aucune trace de nos dires dans les comptes rendus.
Notre site internet enregistre plus de 60 000 visiteurs (statistiques à disposition) les services préfectoraux aux ordres, totalement discrédités la vérité est présente et sous peu.

Nous avons à maintes reprises contesté ces méthodes, posé nos questions auxquelles il n’a jamais été répondu.

Le compte rendu « formation plénière du 06/12/2019 établi le 03/03/2020, les remarques UCL jamais approfondies et pourtant à cette date la décision du dépôt de bilan était prise, les autorités certainement informées.

Pas un mot en séance. A la sortie un cadre d’Alteo a commencé à me parler de ses doutes sans « cracher réellement le morceau » manifestement il savait. C’est ainsi.

Face à cet obscurantisme, nous avons engagé sans attendre diverses procédures et saisines afin d’y voir clair quant aux comportements des Autorités facilitatrices. UCL a

a/  Cour Administrative, le jugement attendu en première instance par Alteo  lui a été défavorable, l’entreprise a décidé de faire appel en son temps.

Celui-ci sera examiné à une date restant à fixer :

b/ Cour Administrative d’Appel de Marseille clôture de l’instruction et des pièces pour le 30/10/202 – Notre mémoire déposé le 28/10/2020.

Absence de déclaration et de dépôt des comptes sociaux de 2019 auprès du greffe de tribunal de Commerce de Marseille relance auprès du président. Rien n’y fait, omerta ?

              – Relance administrateur judiciaire,  le 03/07/2020  et rappel –  Mme Trignat et expert-comptable Altéo le 04/07/2020.

                            – Cela n’a été suivi d’aucun effet.

On peut craindre une aggravation de la situation financière? Sera-t-elle irréversibles avec les comptes 2020 en cumul.

Un intérêt majeur pour le repreneur afin de fixer les conditions et modalités d’une reprise permettant de garantir l’avenir.

Recours gracieux pour Mangegarri, ils sont en Préfecture, aucune réponse à ce jour ;

              A/FNE du 24/08/2020.

              B/Commune de Bouc Bel Air du 11/08/2020.

La procédure au Tribunal Administratif initiée en première instance par UCL est en cours suite à l’appel d’Alteo qui était insatisfait du jugement.

La Cour Administrative d’Appel ne donnera son verdict avec les attendus à une date inconnue à ce jour mais probablement lointaine.

Le Tribunal de Commerce aura un écueil majeur. Comment sera garanti le jugement par Altéo défaillant. Les administrateurs judiciaires et le président du Tribunal de Commerce sont saisit.

Nous nous réservons en Commission Plénière la possibilité de modifier nos questions à l’ordre du jour en fonction de l’actualité et des conséquences judiciaire, évènements et choix à réaliser par les juges du Tribunal de Commerce à la prochaine audience de courant décembre 2020

– Conformément à la mission confiée à la banque Rothschild pour le dépouillement des offres reçues, non de code  » SOPRANO » adressé par nos soins à M le préfet en son temps a permis l’analyse de la situation et quelques questions « sous le manteau ».

UCL via son représentant est à disposition de l’Autorité Préfectorale pour en débattre.

Par ailleurs un dossier confidentiel est en cours auprès des Autorités judiciaires. A suivre.

Bien à vous et au plaisir de vous rencontrer malgré les difficultés.

Michel Mazzoleni. (UCL).

%d blogueurs aiment cette page :