ALTEO : RIO TINTO ALCAN – DE SAUVEUR EN 2012 A LIQUIDATEUR EN 2020 ?

29 Jan

Dès l’arrêté du 15/07/2015 à la signature du préfet Cadot organisant l’Enquête publique, j’ai déposé au registre, le texte « Altéo la finance sans visage ».

L’on voudrait nous faire croire que le danger d’une fermeture de l’usine et de ses pertes d’emplois proviendrai du monde associatifs ce qui est une supercherie.

28/02/2017, publication, mon blog (chez Mediapart) : traité d’apports 2012,  La face cachée, vous y trouverez l’intégralité du portage initié par RTA.

https://blogs.mediapart.fr/michel-mazzoleni/blog/280217/boues-rouges-traite-dapports-2012-la-face-cachee

  • Les réalités, nous sommes en présence de mauvais choix pour des raisons non élucidées et pourtant dès 1973, Péchiney étudiait l’ abandon « du rouge » afin de se destiner à traiter l’alumine en provenance de son usine de Fria, un précursseur de l’actualité, des usines au plus près des mines.

A persévérer dans ce schéma on reproduit les pertes d’autant plus que :

  • 2019, mondialisation de la filière aluminium, constructions d’alumineries concurrentes au nombre de 6 localisées en Guinée.
    • Face à l’organisation de ce marché Gardanne ne peut survivre.

Les intérêts de Rio Tinto Alcan et de ses associés :

Les partenaires et fournisseurs du minerai, ceux qui ont permis de constater la cessation des paiements auprès du Tribunal de Commerce de Marseille.

L’enjeu majeur, le prix du minerai, un manque à gagner pour RTA et Cie de près 20 $ la tonne suivant analyse ci-dessous pour un achat de 1 million t. an.

Si repreneur, le prix serait revu très certainement très en hausse, le marché libre fixe le coût aux alentours de 50 $. Ce qui accentuerait les pertes futures en l’état d’une production qui a ses limites.

Cela mérite un éclairage à partir des données dont nous disposons :

  • Contrat d’approvisionnement à long terme conclu le 31/07/2012 par RTA ou toutes autres filiales (acte notarié du 31/07/2012 page n°6).
    • Tarif, conditions, modalités, nom du fournisseur et lieu de paiements non précisées à l’acte.
      • Les conditions d’un renouvellement inconnu ?

Propriétaire des mines, Compagnie des bauxites de Guinée (CBG) filiale de Halco Mining Miami régit par les lois du Delaware (USA).

Actionnaires, 49 % l’Etat Guinéen et actuellement pour 51 % trois majors de l’aluminium dont Rio Tinto Alcan (1/3).

Statistiques douane NC8 commerce extérieur, produits 260 60 000, importation, valeur CAF en milliers d’euros, rendu bord navire Fos sur mer au quai de Carfos.

2017                        2018                         2019

Valeur                            34 747                34 430                     36 203

Tonnage                     1 084 091             1 008 623              968 444

Coût à la tonne               32,05                     34,13                   37,40

Moyenne sur 3 ans 35 euros la tonne.

Les coûts d’achats CAF, plus déchargement du navire à Fos sur mer, mise en stock, chargement wagon et transport ferroviaire soit 12/15 euros la tonne.

Le coût actuel tout compris se situe aux alentours de : 50 euros.

Incoterms, transport maritime vraquier de 60 000 t. fret ferroviaire mine au port de Kamsar, 150 km, assurance maritime estimation de 15 euros la t.

Pour payer le fournisseur de minerai sur un coût CAF de 35,00 en moyenne ci-dessus représente 20 euros soit 22 $.

RTA, un intérêt évident, mettre fin à ce contrat d’approvisionnement avec Alteo compte tenue du marché et des prix actualisés.

La face cachée est strictement financière, économique pour l’usine, une obligation baisser les coûts drastiquement pour espérer continuer.

Le traitement de l’alumine importé ne serait ce pas une solution afin de tenter de conserver 200 emplois directs ? A suivre.

L’actualité aujourd’hui, précisions sur le rôle du FCPR, HIG, Européan Capital, actionnaire à 100 % de Alteo holding et Altéo (exploitation usine).

  • Son rôle un sas d’entrée entre achat et revente sur une courte durée de 5 à 7 ans. La cible l’usine de Gardanne de concert avec Rio Tinto Alcan.
  • Moyennant le paiement d’honoraires de 30 millions de $ dès le démarrage.
  • Il est urgent de prendre des initiatives d’avenir autre que la parodie de concertation démocratique, l’enquête tentera de justifier l’injustifiable et passera à côté de solutions réelles. ETC.

L’application de sa gouvernance par HIG, la vente dès le 01/01/2017 à Imerys de trois usines issues de la transaction de 2012, la Bathie, Beyrede et Tsheusental.

NOUS Y SOMMES.

Discours du 15/09/2016 du président de RTA M. Sam Walsh, sièges sociaux Melbourne et Londres, confirmation société mère, famille Rothschild.

  • « Je ferai passer la valeur pour l’actionnaire avant tout autre chose « 
  • Le dividende versé en Aout 2019, 3,5 milliards de $.
  • La rentabilité afin de satisfaire la bourse pour y arriver se débarrasser des « canards boiteux » ce qui n’apparait pas socialement responsable.
  • La réussite passe par l’application stricte de la stratégie de groupe défini sur de longues années, financée, juridiquement structurée, professionnel.

La finance est à l’œuvre, fusions acquisitions, la spécialité de la banque au service d’une multinationale, une des leaders de la recherche, de l’exploration et de l’exploitation minière ce qui représente pour la seule activité aluminium :

  • 50,4 Mt. de bauxite, 8,0 Mt. d’alumines, 3,5 Mt. d’aluminium.
  • Gardanne, 1 Mt. de bauxite et 400 000 t. d’alumines.

Un ensemble complexe de fusions/acquisitions, un réseau dense avec un effectif de 47 458 pour un résultat net 2018 de 13 638 millions de $.

2007 avec le rachat d’Alcan, RTA devient le n° 1 devant RUSAL et ALCOA tout en tissant des liens étroits avec CHINALCO qui détient 14,5 % des actions RTA.

Ce qui permet de consolider la position dans Halco Mining régit par les Lois du Delaware, société mère de l’exploitant en Guinée Cie. Des bauxites (CBG).

  • 49 % pour l’Etat guinéen et 51 % pour Dadco. Alcoa, RTA par tiers.

MENTALITE ET SITUATION LEADER EDIFIANTE.

Ne pensez pas un seul instant que le rachat d’Alcan en 2007 ne soit pas un plan stratégique précis d’une réorganisation de la filière mondialisée de l’aluminium.

Des ambiguïtés qui posent questions sur le rôle précis de Rio Tinto Alcan.

  • La propriété des brevets, du savoir-faire ne se retrouve pas dans l’actif.
  • Process industriel exportable, les obligations du respect des normes de l’Europe ont permis d’améliorer la qualité des rejets et des pollutions.
  • Des atouts considérables avec des aides publiques pour 20 millions d’euros avec un investissement d’Altéo net de près 30 M€. pour au total 50 M€.
  • La manœuvre des achats du minerai de bauxite, ci-dessus.

Nos sources sont issues de documents officiels disponibles :

  • Traité de fusion du 29/05/2012– Acte notarié du 31/07/2012 – Traité d’apport partiel d’actif du 29/05/2012.
  • Comptes sociaux certifiés de 2013 à 2018.

Nous avons alerté copieusement, l’Administrateur judiciaire, afin de faciliter sa prise de connaissance d’Alteo.

Nous avons estimé que nos documents lui permettraient de poser les questions, dans un délai très court aux regards des difficultés, de la complexité des pièces avec l’objectif de présenter son plan de redressement complet.

NOUS Y SOMMES.

Le déroulé et modalités du portage issus de la cession de 2012 au 10/12/2019 :

A l’origine de la demande de redressement le non-paiement du minerai de bauxite ce qui apparait étonnant lorsque Rio Tinto Alcan apparait dans le panorama de 2007 à 2012 tout en continuant à œuvrer dans l’ombre depuis.

  • Les éléments connus, public jugement du 12/12/2019 :
    • Constations de la cessation de paiement, fournisseur du minerai.
    • Passif reconnu 111 080 227, 00 euros.
    • Actif un chiffre autour de 55 millions manifestement à parfaire.
    • Fixe la date provisoire de cessation paiements au 15/11/2019.
    • Fin de la période d’observation 12/06/2020.

Nota : le passif devra être ajusté, actualisé pour ce qui concerne les provisions, coûts de démantèlement, dépollution des sites absentes des comptes sociaux.

Décision stratégique de professionnels mise au point de longue date :

  • Comptes sociaux, appréciations des certificateurs de 2013 à 2018 :
    • Cumul des pertes d’exploitation de 2013 à 2018 : 59 235 437,00.
    • Capital social d’origine 60 000 000,00.
    • Les réserves des certificateurs sur les comptes de 2017 restées lettres mortes.
  • Révision des comptes, ces résultats auraient dû être aggravés :
    • Redevance toxicité aigüe, baisse dès 2012 de 11 millions € par an, la Cour des Comptes dans son rapport 2015 épinglera ce montage.
    • Absence de provision pour démantèlement et dépollution des sites, débiteur ICPE, à évaluer définitivement par expertises.
      • Estimation ministre Montebourg en 2014, 200 millions €.
    • Propriété des brevets, licences, savoir-faire, Alteo ne possède à son actif aucun patrimoine, ils ont été transférés, source INPI :

L’on remarquera que les déposants, un actionnaire unique, Rio Tinto Alcan :

Pechiney 2 119- Alcan 1 681-Rio Tinto Alcan 98- Rio Tinto 121- Altéo   2. /4021/                Pour Altéo, cela concerne l’utilisation d’alumine comme agent opacifiant fabrication de carrelages et particules frittées, une activité de recherches et développement très faible au regard des aides publiques obtenues.

En 2012, la vente par RTA de l’usine de Gardanne ne concernait pas les services de recherches et développement (R&D) du site servant de support.

A l’évidence, le transfert de patrimoine a été acté suivant l’inventaire de l’INPI, la mise au point de process à partir d’une usine en fonctionnement et non pas de recherches en laboratoire, la marque d’un « pillage » organisé, structuré…

Les motivations :

  • L’usine non rentable, minée depuis toujours par les coûts logistiques soit 50 € la tonnes ne permettent pas depuis 20 ans d’assurer sa rentabilité.
  • La construction en Guinée au plus près des mines d’alumineries concurrentes dotées des process de Gardanne les réalités.
    • La structure du capital de CBG, permet d’obtenir moins de contrôle des autorités pour le lieu de paiement du minerai.
    • Process, propriété des brevets dont dispose RTA permettent de décider de façon hégémonique de la politique de l’entre soi.

 

  • L’engineering, est beaucoup plus profitable que l’activité de Gardanne.

Que dire non plus sur le circuit commercial en Asie des produits finis et semis finis probablement dans le giron de RTA et non pas d’Altéo.

L’économie du minerai de bauxite, l’enjeu majeur :

1962, les accords de Boké avec Halco Mining Miami régit par les Lois de l’Etat du Delaware (paradis fiscal US) et de 1973 avec Harvey, tout un ensemble géré par les géants de l’aluminium. La politique de l’entre soi.

Les chiffres :

Guinée, production totale de 60 millions de t. de bauxite brut, réserves estimées à 40 milliards de tonnes à la teneur en alumine de 40 %.

  • CBG, le fournisseur 15 millions de t. dont 1 pour Gardanne.
    • Les majors se répartissent le solde.
  • 2 à 3 t. de minerai pour produire 1 t. d’alumine et 2 t. d’alumine pour une tonne d’aluminium.
  • Statistiques en Guinée, 33 millions de tonnes pour 1,4 milliards de valeur en USD soit 42,00 dollars la tonne.

La valorisation des ventes sur le marché international :

  • Bauxite 40 à 50 $ la tonne.
  • Alumine      400 à 700 $ la tonne.
  • Aluminium   1800 à 2500 $ la tonne.

A retenir pour la détermination des choix d’avenir en Guinée :

La valeur d’exportation du minerai pour l’état Guinéen est faible au regard de 9 à 12 milliards de potentiel en exportant de l’alumine. Les choix sont à l’œuvre :

  • Le paradoxe des mines sans développement industriel sont des réalités du passé, la Guinée se transforme par le biais des intérêts bien compris des majors de l’aluminium, exemples :
    • Sangaredi, capacité 3,2 millions t. soit 5 fois la capacité de Fria réalisé en 1970 par Pechiney.
    • Kamsar, raffinerie par Alcoa et RTA soit 1,2 million de t.
    • Dian Dian, aluminerie par Rusal soit 2,4 millions de t.
    • Boffa, Ininco (chine) soit 4,2 millions de t.
    • Fria, Rusal soit 1,4 million de t.

Les termes du contrat d’approvisionnement à long terme conclu le 31/07/2012 entre Rio Tinto Alcan et l’acquéreur éventuel et à venir seront revu à la hausse afin de s’ajuster au prix du marché.

  • RTA n’a plus aucun intérêt à la continuité d’activité de Gardanne.
  • Le successeur éventuel ne pourra pas obtenir de garantie de rentabilité en n’économisant pas sur ce sujet majeur de l’achat du minerai.

A l’évidence et compte tenu du contexte Guinéen des accords souterrains sont à l’œuvre dans l’intérêt bien compris des décisionnaires.

La survie possible à court terme, les aspects politiques :

L’élection présidentielle de 2022, permettra peut-être d’obtenir un sursis pour l’emploi malgré un manque de rentabilité chronique, l’objectif la sauvegarde des apparences.

En conséquence de quoi la « famille Rothschild » avec ses amis banquiers en compagnie de notre président de la République agissant fermement auprès des institutionnelles afin de trouver les financements parait être une alternative.

Manifestement Rio Tinto Alcan ne pouvait ignorer que la procédure initiée par Halco Mining Miami et de sa filiale CBG pour non paiements du minerai de bauxite allait entrainer un redressement judiciaire.

Pour conclure :

Absorber une augmentation du coût d’importation du minerai de bauxite pour un successeur même sans économies drastiques cela ne permet pas de dresser un business plan d’avenir qui ne soit attrayant pour un investisseur.

Le contrat d’approvisionnement renégocié ne sera plus un privilège de tarif bas au regard des prix du marché. On ne passe pas de 10 $ à 30/40 $ la tonne sans conséquences sur les comptes.

A ces chiffres s’ajoute l’ensemble des coûts logistiques depuis les mines en Guinée. Mission quasi impossible.

Des agissements délibérés, autorités facilitatrices, complaisantes, des salariés avisés par leur cabinet de conseils SECAFFI, nos alertes rien n’a été entendu.

Les réalités d’une petite PME de province à 240 millions de Chiffre d’affaires, moins de 50 millions pour la France et au mieux 25 millions pour les alumines de spécialités ce qui ne justifie pas le terme « indépendance national ».

La mondialisation de l’économie existe on la rencontre dans tous nos produits.

Alteo se prenait pour une multinationale un leader mondial mais de fait extrêmement fragile, pour RTA la continuité d’activité n’est pas sa priorité ?

Le plan de redressement, proposé par les administrateurs judiciaires au Tribunal de Commerce sur la poursuite de l’activité ou d’une liquidation est attendu.

Même si l’on tente quelques artifices, le devenir de l’usine est bien sombre.

 

Michel Mazzoleni.

Chargé de missions par l’Union Calanques Littoral.

Représentant UCL Commission de Suivi du Site Altéo.

Simiane Collongue le 26/01/2020.

%d blogueurs aiment cette page :