BOUES ROUGES : PECHINEY ET SUCCESSEURS.

12 Août

Mail de ce jour 12/08/2018 à notre Ministre de L’ECOLOGIE Nicolas Hulot.
« Monsanto vous inspire sur BFM ce 11/08/2018 et c’est bien le moindre.

Les boues rouges pour les riverains en mer comme à terre et l’air autour de l’usine, les conséquences sont du même ordre et vous le savez mieux que quiconque.
Vous avez pris devant les Français un engagement personnel en signant la pétition et la tribune mise en ligne chez Mediapart le 10/12/2012 avec des scientifiques, personnalités publiques, élus, ONG vous demandiez :
L’arrêt immédiat des rejets en mer de l’usine de Gardanne.

La proposition de résolution n° 4464 enregistrée à la Présidence de l’Assemblée Nationale le 10/02/2017 par le député C. Premat : « création d’une commission d’enquête sur les conditions de financement public de l’usine Altéo de Gardanne. » Cette proposition a été classée sans suite, une occasion manquée.

La vérité est-elle une ennemie de l’Etat ? Visions irréelles : un Parc National élevé au rang de vaste poubelle. Les riverains en mer comme à terre impactés au nom de l’indépendance nationale ce qui reste à démontrer.

Après 120 ans, Pechiney et successeurs, continuent à alimenter des zones d’ombres dans les eaux troubles des profondeurs. La structuration des métiers de la filière mondialisée de l’aluminium ne permet pas la transparence, sauf l’optimisation financière à dessein.

Deux institutions détiennent directement ou indirectement 70 % du marché. Un Monopoly industriel à l’abri du secret des affaires dont le verrou fiscal de Bercy permet de prospérer.

En France il est impossible d’examiner une situation en termes d’intérêts généraux permettant d’assurer un développement sociétal raisonnable.

L’intérêt privé conduit bien souvent à l’impasse, Altéo en est l’exemple : une entreprise au bien triste avenir financier comme le soulignait le Conseil des syndicats SECAFI dès 2012 « une opération qui n’est pas viable ».

Il est inutile de présenter la puissance de Rockefeller et de Rothschild.
Ce dernier expert en montage financier sophistiqué, actionnaire de Rio Tinto Alcan auteur du portage aboutissant à la vente en 2012 à un Fonds d’Investissements de Miami (haut lieu de réunions du monde de l’aluminium) dénommé HIG.

Rio Tinto Alcan arrivera à ses fins, dépecé et effacé Pechiney (un groupe de 30 000 salariés dans l’indifférence générale) OPA hostile en 2003 d’Alcan sur Pechiney, Rio Tinto réalisera ses objectifs après une OPA onéreuse pour prendre la majorité.

Face à ces puissances et le laxisme coupable d’un état défaillant, nous avons acté :
Au plus haut sommet des Etats avec un réseau d’influence en France avec deux éminents salariés :
1/G. Pompidou qui autorisera et signera le 04/01/1966 la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) permettant les rejets en mer via la canalisation.

2/E. Macron ministre des finances qui ne répondra pas à la question au gouvernement de janvier 2016, conditions et modalités achats de la bauxite du député C. Premat avec qui j’avais préparé l’ensemble des questions ci-après.

A/ Tribunal Administratif de Marseille : notre recours de janvier 2016, jugement du 20/07/2018 :
La pertinence de notre argumentation a été reprise par le Commissaire Public, nous pouvons légitimement revendiquer le résultat obtenu dossier n° 160 0480 :

Nouvelles normes pour l’échéance 2019, étude d’impact et enquête publique d’ici 6 mois.
L’Arrêté du 28/12/2015 n’a pas été abrogé, l’opportunité d’un appel s’impose.
Le réquisitoire du rapporteur public une leçon de pédagogie pour les services de l’Etat bien frileux.
Des rejets et effluents inertes pour les uns toxiques et nocifs pour les opposants.
Le doute impose la mise en œuvre des principes de prévention et de précaution.
L’Union Calanques Littoral une association respectueuse des textes réglementaires mais intransigeante face aux protections d’intérêts et aux passes droits.

B/ Plainte contre l’Etat Français auprès de la Commission Européenne concernant diverses infractions aux Directives et Convention de Barcelone en date du 11/01/2017.
-La Commission nous annonce sa décision pour Octobre 2018.
-Les services de l’Etat ont été soumis à la « question » par la CE.

C/ L’Etat gestionnaire de nos deniers cautionne-t-il un désastre économique, fiscal et social ?
La certification des comptes a permis d’extraire les engagements contractuels des parties, remis en séance et actés lors de la Commission du 24/05/2018.

Impôts sur les sociétés « 33 % » zéro. TVA « 20 % » le chiffre d’affaires export (soit 80 %) est exonéré. Récupération par Altéo de la TVA sur les achats remboursée par l’Etat.

Malgré les exonérations : redevance pollueur/payeur (13 millions €) des coûts de décharges gratuites. Le résultat courant cumulé en pertes dépasse le capital social de 60 millions €.
Qui pourrait tenir à ce rythme de performance ? La mise au point du nouveau process ? Les aides publiques « cadeaux » avoisinent 50 millions d’euros. Est-ce tolérable ?

Découvrir les faces cachées, les mystères des profondeurs, permettre d’y voir clair notre positionnement sans aucun calcul que nous vous proposons d’approfondir via nos questions déposées pour la Commission de Suivi.

Simiane Collongue le 15/08/2018 Michel Mazzoleni.
Représentant UCL Commission Suivi Site Alteo.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :