BOUES ROUGES : CANALISATION NOTRE CONSTAT – UN TRONÇON DE PORT MIOU.

23 Jan

CONSTAT – EXTRAITS, après mis à nu du métal par un nettoyage méticuleux.

L’extrait qui suit, la confirmation de nos documents, repris dans le compte rendu, les annexes et l’exposé lors de la Commission de Suivi mer du 17/11/2017.

Plongée du 17/10/2017, le hasard a permis à l’équipe d’Aldo Franco de récupérer un morceau de métal abandonné le long de la canalisation propriété d’aluminium/ Pechiney filiale à 100 % de Rio Tinto le cessionnaire apparent en 2012 de l’usine.

Les auteurs sont ceux de la séquence pour Antenne 2, ce qui avait valu une procédure de la mairie de Cassis (station d’épuration), la chaine TV et les plongeurs ont été relaxé, la mairie condamnée aux dépens. Il n’y a pas appel.

Ce fragment est la conséquence de travaux de réparations récents réalisé début octobre 2017 et dont nous avions demandé à la mairie de Cassis les photos prises par la capitainerie, la préfecture avait été informée (nos mails).

La zone près des cavaliers bétons protégeant la conduite (moins de 200 m. la longueur totale est de 7,7 km) à la sortie de la rivière sous-marine de Port Miou, la zone d’accélération des rejets en mer.

Nos constatations sur ce tronçon d’un métal que nous pouvons daté de 20/30 ans :

  • Découper aux deux extrémités par chalumeau oxyacéthylénique.
  • A 25 mm du bord amont, soudure à l’arc circonférentielle, un raboutage sur un tronçon d’origine nettement usagée laissant apparaitre des épaisseurs de cloison de 4 mm, alors que le rajout d’un métal récent, l’épaisseur de cloison est de 12 mm.
  • La soudure apparait comme de mauvaise qualité, conception générale extérieur de finition douteuse, cordon de soudure irrégulier sur l’épaisseur, concavité excessive et manque de métal localisé.
  • Le coté extérieur laisse apparaitre un talon comportant des effondrements et excès de pénétration.
  • Une radiadiographie n’aurait pas permis d’accepter cette soudure.
  • Un problème de corrosion interne a été mis au jour lors de la coupe circonférentielle de 0,07 m afin d’obtenir un anneau échantillon.
    • Des faits dénoncés par courriers 22/02/2005 auprès de Pechiney, notes aux autorités diverses, mail depuis de nombreuses années.

L’érosion, usure du métal est très significative elle est provoquée par le passage permanent de résidus solides abrasifs et corrosifs, chimiques (soude, chaux etc).

  • Des ravinements visibles et palpables sur cet échantillon.
  • La surépaisseur du talon de soudure atteste d’une usure continue et flagrante par repoussage de par le flux, d’amont vers aval qui en terme des techniques offshore se dénomme un « SLURRY » transports de matériaux solides par voie hydraulique.

Un dossier complet avec 9 photos commentées ont été adressé le 22/01/2018 aux autorités, Ministère de l’Ecologie, Préfecture, Commission Européenne afin de réclamer une expertise contradictoire.

 L’état de la canalisation, l’ouvrage qui menace ruine, facteur aggravant ce n’est pas le métal d’origine, de qualité très probablement plus médiocre, après 50 ans de service et le passage de plus de 30 millions de tonnes de boues rouges exige un démantèlement ou le renouvellement de la canalisation dans un délais très rapproché afin de permettre à l’usine de continuer son activité

L’implantation géographique de la canalisation, la zone est soumise aux aléas mouvements de terrain, sismique et tsunamis. Surveillance obligatoire, qu’elles sont les moyens opérationnelles et la dernière date de vérification mis en œuvre au droit de la canalisation dans son intégralité, anticiper un risque majeur ?

Les images sous-marines passées attirent l’’attention sur la qualité et l’état de la protection cathodique, cette remarque concerne au-delà de Port Miou.

Afin de déposer le morceau de métal échantillon « autorités » pour expertise par les services spécialisés de l’Etat, nous attendons toujours la réponse à notre demande de rendez-vous.

Remerciements à l’équipe d’Aldo Franco qui avec de faibles moyens, vidéos, nous permet d’apprécier les réalités des eaux troubles des profondeurs.

Monsieur le préfet, votre prédécesseur M. Bouillon par son courrier à mon attention du 03/08/2017, ne rejetait pas une tierce expertise.

Union des Calanques Littoral (UCl) avec son président, scientifique de renom auteur de nombreux ouvrages le professeur Henry Augier représentatif de 42 associations locales, se joignent à ma démarche et attendent la confirmation de la mise en œuvre d’une expertise contradictoire sur l’état de la canalisation, démantèlement ou renouvellement quelque soit l’avenir de l’usine.

La pêche miraculeuse l’état initial au 17/10/2017 du tuyau relativement récent au regard de celui de 1966 dont il existe probablement un morceau « abandonné au fonds » qui serait bien utile pour y voir clair concernant un ouvrage qui menace ruine et pour la suite de l’expertise si les autorités daignent accepter notre demande.

troncon port miou

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :