BOUES ROUGES : L’USINE-FINANCES-ECONOMIE – SAUVETAGE OU RUINE ?

31 Jan

La Provence terre du minerai de bauxite, découvert par le chimiste Berthier dès 1821 au Baux de Provence, la région possède l’ensemble des atouts indispensable à la création d’une filière aluminium « propre » et performante.

Importation d’alumine au lieu du minerai, création d’une usine dans la zone industrialo portuaire de Fos pourvu de terrains suffisants, un plan d’énergie renouvelable possible, des coûts logistiques réduits permettent de rentabiliser l’outil tout en maintenant l’emploi, un ensemble qui ne peut que satisfaire les parties.

Un handicap majeur, le manque de volonté de l’Etat depuis 1993 pour étudier la faisabilité d’un projet rendu indispensable face aux risques que présente l’usine hors d’âge permettant une reconversion et un développement économique du site.

Le démantèlement prévu dès 2012 de l’ex groupe Altéo sur 5 ans se concrétise :

La transaction avec Imerys, vente de 3 usines, Beyrede, La Bathie et Teustchental a été enregistrée aux greffes du tribunal de commerce de Chambéry pour la partie France à effet du 31/12/2016 publication BODACC RCS B du 22/01/2017 nouvelle dénomination social Arc Fused Alumina filiale du groupe Imerys Fused Alumina.

Elle est présidé par M. Berger Olivier consultant.

La Commission Européenne a donné sa bénédiction à cette opération sous réserve que l’usine de La Bathie soit revendue par Imerys dans les 6 mois, afin de respecter les règles de la Concurrence au sein de l’Europe,  dossier n° M 8130.

Ces entreprises sont bénéficiaires à l’inverse de Gardanne.

Le groupement Altéo avec 4 usines pouvait avoir un sens, Gardanne devenue seule n’a plus la décision et ne peut se développer sur sa seule capacité de production résiduelle à savoir 200 000 tonnes d’alumine à partir de 500 000 tonnes de minerai permettant un chiffre d’affaires correspondant à 80 000 tonnes de produits finis.

La garantie de commandes par le groupe Imérys est vitale pour le devenir, à qu’elle prix et pour qu’elle durée des 400 000 t fournies aux 3 usines.

La concurrence est présente, agressive. La Guinée et autres pays exportent l’alumine produite des raffineries sont en constructin sur place.

Ces éléments sont contenus dans  la plainte déposée auprès de la Commission Européenne volet, économie et finances.

Pour ce qui concerne la partie scientifique la position du professeur Augier un des plaignants est développée ainsi que le décryptage des avis de l’ANSES très complet.

Exiger de l’industriel qu’il paie ses propres coûts, qu’il s’en exonère par la simple connivence avec le gouvernement et ses relais n’est plus tolérable.

  1. Michel Barnier, actuel commissaire européen et ministre de l’écologie à l’époque par son courrier au député Tardito qui l’alertait sur la présence de boues rouges dès 103 m. de profondeur ce qu’il en disait dès 1993 :
  • Une coulée d’épaisseur variant de 1 à 10 cm à plus de 200 m. de profondeur jusqu’à au moins 50 km. du débouché de la canalisation. Les résidus s’étendent latéralement à 2,5 km. de l’axe.
  • Aucune espèce de fond, ni de poisson de fond n’est présent.
  • La population des poissons de pleine eau est similaire à celles des autres canyons et ne présentent pas de modifications pathologiques
  • Un test biologique effectué sur des larves d’oursins fait état d’effets spermio et embryotoxiques pour les effluents même à très forte dilution.
  • Le stockage à terre des résidus reste actuellement inenvisageable par l’industriel, car d’un coût de fabrication et d’exploitation prohibitifs (100 MF par année de production contre 6,5 MF pour le rejet en mer.
  • Cette solution est techniquement réalisable mais nécessiterait une emprise au sol importante (bassins de stockage de 200 m. de diamètre.
  • A ce jour il n’existe pas de procédé techniquement et économiquement viable pour valoriser massivement ces déchets.
  • Ce dossier est suivi de manière attentive par mes services.

Les mêmes questions actualisées aujourd’hui n’ont pas trouvée de solutions.

Les avantages consentis à l’industriel, rejet toxicité aiguë, il devrait s’acquitter :

  • Redevance sur l’eau, plafonner à 3,5 millions d’euros à l’acte notarié du 31/07/2012 sinon l’usine ferme. Initialement à 13,5 modifié par la Loi de Finances 2012. Soit 11 millions par an sur 4 ans = 44 millions d’euros.
  • Déchets mis en décharge aussi bien en mer qu’à terre gratuite un minimum de 2 millions d’euros sur 4 ans   8 millions d’euros.
  • Les coûts de démantèlement de réhabilitation ne sont pas provisionnés, les cautions bancaires dérisoires, tout en sachant que des accords privés environnementaux exonèrent de responsabilité Altéo.
  • Les aides publiques, CICE un peu plus de 400 000 euros, filtre presse etc. soit environ 20 millions €.

Comptes sociaux 2013/2014/2015, greffe Aix en Provence après saisine.

Les pertes pour ces 3 exercices sous gestion HIG s’élèvent à 41 602 019,80 euros. La projection 2016 situera le montant cumulé à près de 60 millions d’euros soit le capital social d’origine mis en place pour financer, les stocks de bauxite, soude etc. la valeur de l’usine ayant été retenu pour zéro.

Comment,  dans qu’elles conditions  recapitaliser, le calendrier des engagements  ?

                                         2015                       2014                      2013

Chiffre d’affaires               211 547 280           205 137 234 204 542 200

Dont export                      162 506 596 155 299 46             155 983 600

Résultat d’exploitation   – 13 670 637       – 13 141 194        13 091 700

Résultat net (pertes)         – 12 002 506          – 13 714 476           -11 648 900

Les investisseurs inconnus devront refinancer, est-ce leur volonté avec un tel niveau de pertes ?

Pour concrétiser cette opération Rio Tinto Alcan a accepté de payer une dette dite de Gardanne (certificateur) de 24 millions d’euros payables en 4 ans dont la dernière échéance coïncide avec la clôture des comptes de 2016.

Juin 2012, la cession « apparente » de Rio Tinto Alcan à un Fonds Communs de Placements à Risques, FCPR HIG capital France, transférait la propriété de l’usine et de la décharge à un financier et non pas à un industriel c’est tout le problème.

L’objectif classique est de rentabiliser l’investissement sur la période annoncée  de 4 à 5 ans mais en face de pertes abyssales mais qui devraient être plus conséquentes sans les avantages obtenus.

L’avenir de l’usine est sombre ce qui nécessite une prise de conscience de l’Etat, de présenter un dossier « projet industriel » chercher des investisseurs ils existent et de travailler à la mise en œuvre de solutions visant le maintien d’emplois.

Les questions du député Prémat sur les conditions et modalités d’achats du minerai de bauxite ainsi que l’optimisation de la facturation export trouvent leurs pertinences sans jamais avoir reçu de réponses de l’industriel et du gouvernement. De là à penser qu’il existe des accords secrets ?

Le chiffre d’affaires généré  à l’exportation représente 80 % dont 40 % en Asie ce qui pourrait faciliter les tentations.

Les syndicats étaient plus que réservés en 2012 et à juste titre, le rapport SECAFI concluait à une opération qui n’était pas viable.

Les méthodes de gestion par HIG Paris avec Olivier Boyadjian président, pourrait poser question, un article de Mediapart de novembre 2016 interpelle.

La production avant et après la vente de 3 usines au groupe IMERYS.

La capacité industrielle de l’usine (source Altéo) :

  • 1 million de tonnes de minerai, Importation via le port de Fos.
  • 400 000 tonnes d’alumine vendu pour un chiffre d’affaires de 200 M€.
    • 300 000 tonnes pour les 3 usines du groupe vendu à Imerys.
    • 100 000 tonnes pour la fabrication propre de Gardanne.

Par jour, par voie ferrée de Fos à Gardanne :

  • Importation de 3000 tonnes de bauxite.
  • Exportation de produits finis 1200 tonnes.

La problématique et les conditions de la vente à Imerys :

  • L’essentiel de l’alumine produite pour 300 000 t. Altéo n’est plus décisionnaire pour imposer le choix du fournisseur.
  • La compétitivité tarifaire des produits d’alumine que l’on peut retrouver sur le marché mondial la clé de l’avenir de Gardanne seule, rester le fournisseur d’Imerys ou disparaitre les enjeux de la vente.
  • Les 3 usines ont des ports d’arrivée de par leurs situations géographiques totalement différentes, des coûts logistiques qui pèseront lourds.
  • Altéo a-t-il négocié une obligation d’approvisionnement à Imerys ?

On peut constater que pour Gardanne seule, Altéo ne pourra maitriser directement  que  100 000 t. entrant dans 90 de ses produits phares, carrelage et porcelaine, céramique, verre spécial pour les écrans LCD, réfractaire, ignifugation,  dérisoire pour durer et être rentable.

D’une multinationale de 30 000 salariés Pechiney et successeurs une gestion calamiteuse a conduit à cet échec avec un dernier objectif comment se débarrasser de l’usine à moindre coût.

Les statistiques de comparaison Dunkerque électrolyse et Gardanne Bayer.

La planche photographique illustre l’énormité et la différence dans le traitement environnementale, l’aspect économique confirme aussi l’obsolescence de Gardanne les deux usines ayant été créé par Pechiney une moderne avec des investissements majeurs, l’autre laisser à sa propre agonie sans véritable volonté de mise à niveau.

Procédé Bayer :

Les résidus de traitement de la bauxite (boues rouges) représentent, en général de 0,7 à 2 t/t d’alumine soit dans le monde 120 millions de t/an. Depuis l’exploitation du procédé Bayer, 3 milliards de t.

Consommation, pour produire 1,9 t de AI2 O3 qui donne 1 t. de A1 il faut :

Bauxite 4 à 5 t. – Eau13,5 t. – Chaux 200 kg – NaOH 210 kg –Energie 380 kWh

Exemple des coûts, Energie 38 % – Bauxite 37 % – Sodium 13 % – Divers 12 %

Les couts incompressibles représentent entre 70 et 80 % ce qui ne laisse aucune marge de manœuvre pour les salaires et la rémunération des investissements.

La production mondiale se situe autour de 103 millions t., pour l’Union Européenne 6 millions t. pour la France Gardanne 600 000 t la France ne figure pas dans le palmarès des 12 pays producteurs.

Electrolyse :

Exemple des coûts, matières premières 15 % – Energie 30 % – Main d’œuvre 16 % – Amortissements, frais financiers 39 %.

La comparaison ne ressort pas en faveur du procédé Bayer malgré un fort coût en énergie qui pourrait être amélioré à Fos avec des énergies renouvelables.

Nos élites ne pourraient-elles pas réfléchir à l’ensemble de ces paramètres afin de proposer une reconversion du site indispensable, vétusté de l’outil, un marché concurrentiel, l’indépendance nationale et tous arguments de bon sens etc.

Le marché en Guinée, la création de raffineries s’intensifie.

4 émé producteur mondial avec 19 300 millions de t. premières réserves mondiale 7 400 millions de t. et premier exportateur avec 18 816 millions de t.

Les opérateurs ont bien compris qu’il fallait installer les raffineries de minerai au plus près des mines, amélioration des coûts logistiques une masse à transporter diviser par près de 2, de la main d’œuvre à bas prix, le revenu du pays par habitant est de 1 dollars par jour, des implantations qui améliorerons le quotidien des populations locales et apporterons les éléments d’une politique environnementale.

L’exemple de Dubai Aluminium investissements :

  • Mine de Sangaredi, 5 milliards de dollars en activité.
  • Raffinerie, 4 milliards de dollars.
  • Voie ferrée, Sangaredi au port d’embarquement de Kansar existante.
  • Début construction 2018, opérationnelle en 2022 avec une production initiale de 2 millions de tonnes par an.

La Chine omniprésente, la Guinée est le principal fournisseur de Chinalco.

En cela ils ont suivi l’exemple du précurseur Pechiney avec la création de l’usine de Fria dès 1960/1963 qui était destinée à alimenter les usines françaises en alumine, 5 ans de grève vienne de se terminer, le propriétaire actuel major de l’industrie de l’aluminium RUSAL a redémarré la raffinerie.

Ce qui n’a jamais été imposé à Gardanne ayant opté à cette époque pour la canalisation une solution insensée dont on constate les monstruosités.

Les accusations qui consistent à diffuser des contre-vérités, nous souhaitons polluer en Guinée sont incohérente et frise la « débilité » le pays est déjà de par la seule extraction du minerai de bauxite en plein marasme environnementale.

En France, les autorités et ses affidés prétendent que l’usine ne pollue en rien, en l’implantant en Guinée elle devient polluante. Chercher l’erreur.

Tout au contraire dans les projets et réalisations en cours il est indispensable d’apporter des solutions « propres » afin que le pays évolue dans des conditions environnementales de qualité respectueuse de la santé humaine tout en apportant la réussite économique qui devrait être mieux partagé localement..

Les entreprises extractrices, devraient être mises à contribution. En effet, les gisements se présentent sous forme de couche horizontale de quelques mètres d’épaisseurs (7 à 8 m.) située à une faible profondeur moins d’un mètre sur une surface de plusieurs km 2.

Le marché de la filière aluminium, mines, extractions, raffineries et produits finis est détenu à 70 % de façon directes ou indirectes avec des participations croisées par deux énormes trusts Rockefeller et Rothschild. On peut engager le dialogue.

La Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) fournisseur d’Altéo, la suite des contrats d’approvisionnements à long terme négocié par Pechiney sur (25/30 ans) est détenue par 49 % de partenaires major dont Rio Tinto et l’Etat Guinéen pour 51 %. Le siège social est au Delaware (USA) un paradis fiscal, est-ce le lieu de paiement de la facturation du minerai de bauxite acheté par Gardanne ?

Pour l’exercice 2016, les certificateurs des comptes dans le cadre de leurs obligations légales sont questionnés, nous verrons lors de la publication du rapport.

La confirmation de la vente d’Altéo Arc et Alulin Teuschental :

Ne seront  plus détenu par Altéo Holding mais par Arc  Fused Alumina représenté par M. Olivier Berger consultant et conseils en entreprises.

Publication auprès du greffe du Tribunal de Commerce de Chambéry en date du 18/01/2017 avec effet au 31/12/2016.

La vente pour La Bathie en Savoie et de Beyrède dans les  Pyrénées sont donc actées. Assisterons-nous à un réinvestissement massif sur Gardanne par HIG ou bien les fonds seront-ils distribués aux investisseurs inconnus ?

La cession partielle d’actif de 2012 qui a vu la prise de pouvoir par la finance et son bras armé HIG Miami/Paris pour une durée annoncée de 5 ans se réalise et ce n’est que de bonnes pratiques de financiers d’abord.

Pour Gardanne seule, les conséquences à terme occasionnerons de grandes difficultés, elles sont analysées dans la plainte déposée auprès de la Commission européenne et enregistrée avec un n° de dossier le 12/01/2017.

Alteo Arc a changé de dénomination sociale pour s’appeler Arc Fused Alumina en référence à la branche d’activité du groupe IMERYS le repreneur.

Garden party.

Le 28 février le député Lambert présentait ses vœux, dans un rôle d’attaché de presse d’Altéo, l’article de La Provence, illustre son reportage avec une photo de «  calino – thérapie « entre M. Benhamias le monsieur 1 % de la primaire à gauche et le directeur des opérations d’Altéo, la préfiguration de En Marche ?

Une proximité qui ne doit pas duper les citoyens de la circonscription.

Pour conclure provisoirement et en attendant les développements de  l’enquête de la Commission européenne  nous restons vigilants.

A titre personnel j’apporte mon modeste soutien aux salariés afin d’œuvrer à la réalisation d’une usine moderne conciliant emplois et santé environnementale.

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :