BOUES ROUGES : M. VALLS CONFIRME. LE COMITÉ DE SUIVI DU 26/09/2016.

27 Sep

L’examen des questions du représentant d’UCL ont été reporté faute de temps !!!

Le courrier en réponse à M. Valls  adressé à son chef de cabinet :

A l’attention du Chef de Cabinet M. Sébastien Gros.

 

Votre courrier du 22/09/2016 référence CAB IV –PP/ RO88353.01.1 en réponse à celui du 06/09/2016 a retenu mon attention et je vous en remercie.

La décision assumée du chef de Gouvernement je la respecte. Mes questions autres que les rejets en mer ne sont pas abordées, les conséquences à Mangegarri (décharge boues rouges) et rejets atmosphérique de l’usine occultés.

Comme voisin je subis les nuisances directes moins médiatisées que les boues ou effluents liquides en mer mais des impacts sur la santé humaine avérés.

Sa motivation ne peut être objectivée et confortée par ce qui me parait essentiel une stratégie industrielle de l’Etat dans ce dossier qui pourrait se comprendre  après analyse de l’ensemble des paramètres, c’est manifestement pas le cas.

L’usine son modèle économique propre la condamne irrémédiablement elle se trouve en sursis jusqu’aux élections du 1 semestre 2017  et auxquelles il n’y a pas de réponses cohérentes :

  • Comptes sociaux en Pertes chroniques, 41 millions € en 3 ans.
  • Le FCPR, Hig Capital France, investi dans des pertes ? Un gag.
  • Modalités et conditions de la cession de 2012, les accords environnementaux repris dans les documents publiés par les greffes des Tribunaux de Commerce, exclu la responsabilité d’Altéo.
  • La solvabilité de l’entreprise au terme et qui n’est pas propriétaires des terrains pose questions.
  • L’orientation du marché mondiale de la filière aluminium (mines, usines etc) n’engage pas à l’optimisme.
  • Les questions du député Premat, modalités achats minerai de bauxite, facturation export, demande d’éclaircissement par la DNEF.

Par ailleurs, l’entreprise est exonéré de coûts de décharge que les résidus soient dangereux ou pas estimé par M. Barnier dès 1993 actualisé à 14 millions € an et d’une baisse extravagante de la redevance sur l’eau qui a été jugé comme telle par la Cour des Comptes de 11 millions € à partir de 2014. Quand pensez-vous rétablir la vérité des coûts qui sont de votre responsabilité ?

Les pertes économiques de l’usine s’élèvent à près de 45 millions an. Est-ce supportable. Mais où est ce que les investisseurs gagnent ?

Une situation complexe, M. le Préfet Bouillon commence depuis semaine dernière à prendre en compte les éléments factuels à sa disposition qu’ils semblaient ignorés concernant l’acquisition de 2012 pour une durée de 4 à 5 ans ce que tous les élus locaux connaissent, on accorde une dérogation au-delà de cette échéance ?

Comme citoyen, l’esprit de la Charte de l’Environnement me convient, le respect de ma santé humaine la priorité et comme beaucoup d’électeurs de la circonscription de Gardanne nous avons saisi le sursis afin de tenter de sauver le transfuge EELV.

Nous savons bien qu’avec vos successeurs le combat perdurera sauf à ce que la finance après la vente des 3 usines fasse la « peau à Gardanne s’en demander votre avis ». La décision se prendra à Miami ou chez Rio Tinto Alcan toujours à la manœuvre.

Un Etat qui n’a aucune stratégie de défense des intérêts nationaux autre que celles  qui peut paraître ambitieuse où tout repose sur les dires de l’industriel, la réussite des modalités de dépollution des eaux ne sera que le fruit d’artifices, l’exploitation du procédé  depuis 120 ans dit Bayer n’est pas compatible avec la réalité.

Le fait de diluer les effluents est interdit article 4.4.2 de l’Arrêté du 28/12/2015, depuis le 01/01/2016 les résidus solides « boues rouges » continuent d’exister et sont mis en décharge à Mangegarri afin d’accroitre la monstruosité de ce site et ses nuisances, de poussières et d’atteintes à la santé humaine.

Le manque de transparence, les différents projets et solutions de traitement chimiques des eaux, les conditions et interrogations des entreprises afin d’obtenir les résultats obligatoires pour dans 2 ans voir 6 ans avec l’objectif de tenter sous quelque forme que ce soit de respecter les normes dérogatoires n’engage pas à la sérénité des débats.

Un procédé Orbite existe qui exclut le procédé Bayer, donc l’usine actuelle dans sa configuration ainsi que des espaces suffisants que l’on ne trouve pas à Gardanne.

Dans le cadre d’une reconversion du site, une étude pourrait s’avérer utile.

Néanmoins, je demeure à votre disposition comme avec les services du Préfet pour vous apporter les documents factuels dont vous ne disposez pas.

Les médias s’intéresse au sujet de la finance sans visage et la résume ainsi :

La une de l’édition de La Provence du 15/09/2016 : « Notre enquête sur la filière de la bauxite. – Altéo les dessous d’un dossier explosif. – Que représentent les enjeux économiques, financiers et politiques qui affleurent derrière les rejets polluants en mer Méditerranée ? Qui contrôle Altéo ? Quel est le circuit de ce minerai. ».

Recevez, Monsieur le 1 er Ministre, mes salutations Républicaines.

 

Michel Mazzoleni.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :