BOUES ROUGES : M. VALLS ASSUME MAIS NE RÉPOND PAS.

25 Sep

Le journal La Provence titrait le 15/09/2016, « un dossier explosif, une affaire d’Etat

Le Premier Ministre par son courrier du 22/09/2016 à la signature de son chef de cabinet en réponse à celui du 06/09/2016 confirme sa décision en rappelant :

  • Après une instruction approfondie et après avoir recueilli les avis tous favorables qui ont permis au préfet d’accordé une autorisation pour 6 ans avec recommandations du CSPRT.
  • Un dispositif de suivi et de contrôle a été mis en place pour veiller à la poursuite des progrès de l’usine, afin que la totalité des polluants industriels, les taux de rejets soient inférieurs aux normes nationales les plus exigeantes.

Aucune réponse aux questions :

Les conséquences à Mangegarri, des rejets de poussières de l’usine.

Les questions écrites du député Prémat :

  • Modalités et conditions d’achats du minerai de bauxite.
  • Contrôle des facturations export.
  • Obtenir de la DNEF un éclairage sur ces interrogations.

Une nouvelle confirmation au 1 er Ministre de ce jour, aux questions sans réponse :

Les modalités et conditions de la cession d’actif de 2012 entre Rio Tinto Alcan et HIG Miami propriétaire et associé unique d’Altéo.

Les comptes sociaux en pertes chroniques plus de 41 millions € en 3 ans.

Les accords environnementaux non diffusés exonérant de responsabilité Altéo.

Monsieur le 1 er Ministre, je respecte votre décision comme chef du Gouvernement mais je conteste votre choix qui n’est pas celui d’une stratégie industrielle sérieuse.

Monsieur le Préfet Bouillon à ce jour possède les informations factuelles d’un Etat en train de se faire « berner » en attendant les élections de 2017.

Il semble à de nombreux citoyens, que la Charte de l’Environnement de 2005 n’est pas applicable dès qu’il s’agit d’Altéo, une PME  avec moins de 180 millions € de C.A. Lorsque les 3 usines seront vendus et c’est maintenant Gardanne seule a-t-elle des chances objectives de survie ?

Le renvoi d’ascenseurs aux courtisans et de cours des anciens d’EELV qui vous ont rejoints, des engagements politiques y compris locaux plus qu’économique, votre choix ne résiste pas à l’inventaire de la problématique Pechiney et successeurs. La lecture des documents factuels permet de comprendre pour réfléchir à une reconversion du site et du reclassement des salariés en cours d’études par le CGEDD.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :