BOUES ROUGES : VALLS/ROYAL LE POISON DU PREFET BOUILLON.

30 Déc

 

L’ARRETE DU 28/12/2015 une plongée en eaux troubles.

Mme Royal, Valls vous accuse de mensonges, le député Lambert réagit, son communiqué de presse : « des prétendus écologistes instrumentalisent ce sujet dans d’autre intérêts ».

Je vous soutiens fermement d’abord la science ensuite les petits arrangements d’arrières boutiques.

Localement l’élu est connu comme un grand mystificateur ou usurpateur au choix, la santé humaine et l’environnement, ses préoccupations ? Non.

Les avis scientifiques ne sont pas sa vérité.

Une usine en dérogations permanentes, sous perfusion avec aides publiques.

Le député de la circonscription ex verts en recherche d’investiture pour les prochaines législatives de 2017 son travail à plein temps.

Servir et suivre le dénommé Valls dans une hypothétique recomposition politique n’est pas forcément le « cheval gagnant » avec les sottises accumulés du « petit chef «  ne sera-t-il pas hors-jeu d’ici là ?

Considérer Mme Royal Ministre de l’écologie et tous les opposants comme n’étant pas à son niveau voir en sous-entendu des terroristes de la pensée, le  cerveau en mode circulaire il est destiné à promouvoir que sa propre image.

Disqualifié depuis bien longtemps, il ne s’en rend même pas compte, les opposants ne sont pas disposés à se retrouver avec ce personnage inutile lors de débats par lui organisé.

D’ailleurs les électeurs de Gardanne lors des municipales de 2015 (élections annulées) lui ont accordé un royal 7 % avec élimination directe il ne s’agit pas de gesticuler ou prendre des postures théâtrales sur les estrades ou dans les médias pour convaincre, le citoyen n’est plus dupe.

La polémique intervention directe ou pas de M. Valls auprès du Préfet, un député ex vert écologiste, un maire atteint par la limite d’âge plus de 80 ans et d’après la rumeur malade et totalement hors-jeu personellement.

Protecteurs d’un fonds de pension américain qui le moment venu n’hésitera pas à être le fossoyeur de l’usine, la sortie par le haut probablement !!!

Malgré des aides publiques massives (filtres presse, redevance sur l’eau, gratuité des rejets en mer et à terre, recherches etc.) l’entreprise publie des pertes chroniques. La question ou est-ce que les actionnaires gagnent ?

Des vérifications concernant la finance sans visage sont indispensables afin de s’assurer de l’utilisation des aides. Elles devraient être étendues :

Modalités et conditions d’achats du minerai de bauxite en Guinée.

Marge, optimisation à l’exportation se réalise dans le pays où le réseau commercial est implanté, notamment en Asie ?

Saisir le bureau de l’Assemblée Nationale ou la DNEF pourrait s’avérer utile pour tous, n’est-ce pas M. le Député. Chiche ?

Rétablir les faits n’en déplaise à nos politiciens de tous bords la lecture des avis scientifiques très récents de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation (ANSES) publié sur ce site atteste de la réalité des contaminations, l’atteinte à la santé humaine et à l’environnement les conséquences qui en découlent, le détail du vote du CSPRT la confirmation.

Ce qui est écrit  pour mettre fin aux approximations entretenues à dessein.

Avis du Conseil Supérieur de la Prévention des Risques Technologiques  (CSPRT) sur le projet d’arrêté préfectoral de dérogation à l’arrêté du 02/02/1998 par l’entreprise Altéo. Adopté le 22/12/2015.

1/Demande Altéo, 30 ans. Pour 5, contre 31, abstentions 0.

2/ Demande 2ans par le CSPRT, 11 pour, contre 13, abstentions 12.

3/ Demande 6 ans par le CSPRT, 16 pour, contre 7, abstentions 13.

4/ Demande préfet 10 ans, 13 pour, 19 contre, abstentions 4.

Nota : Les demandes de 30 ans et 10 ans ont été sanctionnées.

La réalité d’une contamination prise en compte en fonction des modalités de suivis recommandées.

Le 08/09/2014 Le Parc des Calanques a autorisé pour 30 ans le rejet des eaux «  clairs » jusqu’en 2045 avec certaines conditions dont l’application n’est toujours pas mise en œuvre.

Signé par Le Président : Jacques Vernier.

Avis scientifique n° 2015 – SA 0107 du 21/12/2015 relatif à l’état de contamination chimique des produits de la mer méditerranée en lien avec les activités de transformation de minerai de bauxite de l’usine d’Altéo.

En conclusion générale, nonobstant les difficultés liées à la variabilité des niveaux de contamination selon les éléments chimiques, les espèces de poissons et leur âge ainsi qu’à la définition de la zone de référence, des signaux relatifs à une contamination plus importante dans la zone de pêche sous influence de l’usine d’Altéo ont été mis en évidence.

Les travaux de l’ANSES soulignent également une problématique de contamination marquée en Méditerranée pour différentes substances dans les 2 zones de prélèvement.

Signé le Directeur Général Marc Montureux.

Nota : La demande de rejet liquide objet du présent arrêté dépasse de 245 fois pour l’aluminium, 34 fois pour l’arsenic les valeurs réglementaires. Le détail se retrouve page 18 de l’avis unique ICPE du 01/08/2014 où il est précisé :

« La société Altéo demande dérogation pour 6 paramètres (5) après avoir démontré qu’elle ne pouvait raisonnablement (c’est-à-dire techniquement et économiquement pas atteindre les seuils. « 

PH                                   12,4                       9

Aluminium                     1226                      5

Arsenic                           1, 7                        0,05

Fer                                  13                          5

DCO                                800                        125

DBO (5)                           80                          30

La première colonne est le résultat d’échantillonnage en laboratoire, indications virtuelles et arbitraires (Anses et Ifremer) déposée dans le dossier d’enquête publique. Une recommandation contrôlé en rejet réel en 2016.

La seconde colonne est le seuil limite de l’arrêté du 01/08/2014.

Le contrôle doit s’opérer chaque 2 ans comment sera-t-il respecté et dans qu’elles conditions ? Vérifications si présence résidus solides ?

Au CSPRT, le ministère de la santé a indiqué qu’il tenait à l’évaluation des risques sanitaires sur la consommation des produits de la mer et que les études soient achevés sous 3 ans.

Avis scientifique et technique n° 2015 –SA – 0101 du 07/10/2015 relatif à une relecture critique de l’étude d’impact sanitaire en lien avec les émissions de poussières issues du centre de stockage de Mange Garri (Altéo).

En l’état, l’ANSES conclut que les résultats de la modélisation ne peuvent être considérés comme validés. Cette conclusion vaut de fait également pour la caractérisation des risques sanitaires.

De manière opportune et au regard des enjeux de santé publique, l’ANSES recommande que l’évaluation des risques liés aux envols de poussières s’intéresse simultanément aux deux sites, géographiquement proches l’un de l’autre, liés à la même activité industrielle, la fabrication d’alumine (déclinée avec plusieurs rubriques ICPE), et conduite par le même exploitant.

Nota, la décharge de Mange Garri et l’usine la dispersion des poussières :

L’échéance d’exploitation est 2021, les résidus de traitement de la bauxite sont couverts par la Directive Européenne      2013/59 Euratom. Ils contiennent des traces renforcées d’uranium et de thorium susceptibles d’exposer les travailleurs et le public à des expositions dangereuses.

Il y a déjà près d’un an j’ai consulté le résultat d’analyses de sang d’un des riverains, le thorium était déjà très proche des normes hautes. Un cancer du cœur aujourd’hui métastasé aux poumons.

Une étude épidémiologique est en cours sous la responsabilité de l’Agence Régionale de Santé (ARS) dans un rayon de 500 mètres.

Le résultat de la pollution des eaux souterraines intervenues en début d’année 2015 ne sont toujours pas connu. Il est toujours interdit de prélever les eaux des puits pour les riverains de Mange Garri. Il en est de même au droit de l’usine, études BRGM.

Rio Tinto le vendeur de l’usine en 2012 a obtenu en 2010 l’autorisation provisoire valable jusqu’en 2018 et renouvelable de «  pulvériser « le seuil réglementaire d’émissions atmosphériques de dioxyde d’azote, 1800 mg/m3 au lieu de 500.

Ce rejet dans l’atmosphère est un gaz toxique et irritant (NOx) qui agit sur la fonction pulmonaire, il est incriminé au titre de l’effet de serre, augmentation de la réactivité aux allergènes, précurseur de la pollution photochimique par l’ozone, contribution aux pluies acides.

Les chiffres, plus de 1000 tonnes an en moyenne, en 2006 le pic était de 1417 tonnes.

De plus, suivant la page 36/142 du rapport d’enquête le flux des camions entrée/sortie usine et de Mange Garri est de 31600 chargé à 20 tonnes avec les difficultés de circulation à l’auto pont de Morandat.

Commentaires :

Ne faudrait-il pas interdire la pêche, la consommation de poisson, de respirer l’air autour de Mange Garri et de l’usine ?

Le « baratin «  politicien «  désignant tous opposants et citoyens comme pas sérieux ne comprenant rien n’est plus opposable la science a et va parler.

L’habilité des élus à travestir les faits n’est plus à démontrer c’est tellement gros qu’ils en deviennent ridicules. La défense de l’emploi un prétexte éculé.

Comme je n’ai jamais cessé de le réclamer le délai de 6 ans devrait permettre de créer une usine moderne ce qui passe par une migration vers le site industrialo portuaire de Fos encore faut-il trouver un véritable industriel.

Gardanne, l’outil de production est obsolète, destination la ferraille. Un autre choix s’impose importer de l’alumine au lieu du minerai sinon lagunage ce qui n’est pas possible autour de l’usine. Mange Garri sera saturé en 2021.

L’Etat stratège un rôle de premier plan à jouer pour sécuriser l’avenir.

Les opposants sont condamnés à se regrouper pour exercer un recours auprès du Tribunal Administratif dans un délai de 2 mois aussi bien sur les rejets liquides, les boues solides du passé,  l’état réel de la canalisation.

Saisir le Conseil d’Etat concernant la domanialité des installations.

Examiner la possibilité d’une plainte au pénal pour mise en danger de la vie d’autrui aussi bien en mer qu’à terre (usine et Mange Garri).

Demander des éclaircissements concernant la finance sans visages.

Rien ne pourra bouger sans des actions judiciaires, les avis scientifiques de l’ANSES tombent au bon moment.

Bon bout d’an à tous.

L’INTEGRALITE DE L’ARRETE DU 28/12/2015.

Il n’est toujours pas rendu public. Le lien sera mis en ligne dès que possible, les comptes rendus médias sont incomplets.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :