BOUES ROUGES : ENQUÊTE PUBLIQUE FIN FÉVRIER/ MARS 2019.

16 Déc

COMPTE RENDU FORMATIONS TERRE 12/12/2018 ET MER 13/12/2018.

Un constat, absences des élus aux deux formations.

Nos demandes préalables, envoi dossiers complets aux participants :

Enquête publique, le jugement du 20/07/2018 obtenu par l’Union Calanques Littoral impose son organisation dans un délai de 6 mois. La réponse du sous-préfet à notre demande préalable d’avoir à exécuter le jugement :

  • « Etude d’impact par Altéo, terminé. En l’état la préfecture a transmis à la Mission Régionale d’Autorités Environnementales (MRAE) PACA les éléments. Compte tenu de la complexité les éléments ont été transmis au siège parisien pour préciser au préfet les recommandations. »
  • Elle devrait être organisée pour fin février/mi-mars 2019.

Débats avec M. Duchene, extraits en raccourci :

  • Qualifiant nos constatations scientifiques de diffamatoire, par précaution nous avions enregistré les débats.
    • Mise en œuvre de stations d’épuration à 100 %.
    • Pollution industrielle dans le Parc National des Calanques.
    • DCO, DBO 5, MO.
  • Récusant nos demandes, économies et finances, le sous-préfet sous prétexte que ce n’est pas expressément prévu dans le règlement.
    • Accorder une dérogation au VLE et autorisation ICPE au préalable il y a lieu de reconstituer le capital de 60 millions qui a été consommé en 6 exercices en cause les pertes chroniques.
    • Constituer une provision environnementale pour dépollution et démantèlement post exploitation, estimer en son temps par le ministre Montebourg à 200 millions qu’il faut actualiser.
      • En ce cas perte de 50 % des capitaux propres, les obligations.
    • Les aides publiques reçues 16, 2 millions hors R & D.
      • Dont le traitement par neutralisation CO 2 pour un coût total de 6 703 540 € avec 2 460 136 € d’aides.
      • Notre question, à qui appartient le brevet tout en précisant Rio Tinto Alcan ou pas ? Réponse embrouillée. Le préfet a reposé la question sans rien obtenir mais nous veillerons.

Tirer au clair l’affirmation des commissaires aux comptes « Altéo n’a pas de responsabilités environnementales mais un tiers «. Aucune réponse.

Notre insistance, nos documents déposés auprès de M. le sous-préfet Gouteyron qui assure l’intérim a permis d’obtenir un rendez-vous à une date précise en janvier 2019.

  • Objet : explorer les résultats financiers et obligations qui en découlent, la problématique des eaux de mangegarri, nous serons ensemble avec Mme. Frosini le 24 janvier en sous-préfecture d’Aix en Provence.

Simiane Collongue le 15/12/2018                             Michel Mazzoleni (UCL).

Publicités

BOUES ROUGES : CE QU’ILS DISAIENT EN 2012 – CE QUI SE PASSE EN 2018.

7 Déc

Déposer lors de l’enquête publique de 2015, mes constatations publiées chez Mediapart « Demander à la finance et aux politiciens facilitateurs de montrer pattes blanches serait-ce un crime de lèse-majesté » cela perdure gravement.

Elles ont été traitées comme des vérités qu’ils fallaient tuer, les mensonges de Pechiney et successeurs apparaissant comme immortels y compris des autorités.

Le silence dans les eaux troubles des profondeurs.

Et pourtant le courrier à mon attention reçu fin octobre 2018 de la Présidence de la République, partageait nos préoccupations économiques et écologiques.

La réunion du dernier bureau le 06/11/2018, objet fixer l’ordre du jour des prochaines commissions de suivi du site Altéo consacre le refus permanent malgré mes demandes détaillées d’examiner les aspects financiers, économiques, tirés des documents officiels de la transaction de 2012, engagements des parties.

A l’unissons, la communication a permis d’induire systématiquement les citoyens dans l’erreur, voir culpabilisés, les syndicats quasiment absents du dialogue y compris dans les commissions sous le regard « goguenard » des autorités, un peu d’historique afin de rafraîchir les mémoires que l’actualité comptable rattrapera.

Le respect du secret des affaires n’est pas un handicap afin qu’émerge des vérités.

Représentation syndicales FO et CGT, journal, énergies Gardanne n° 378.

« Nous avons fait réaliser un rapport par le cabinet d’expert SECAFI pour nous accompagner, a expliqué Christian Merono, délégué FO et porte-parole de l’intersyndicale. Il en ressort que le plan de reprise n’est pas crédible car sur les 5 dernières années le site de Gardanne n’a pas gagné d’argent »

Les comptes sociaux publiés et certifiés par les commissaires aux comptes, dépôt du président F. Ramé de 2013 à 2017 accuse des pertes de 64 599 566 €. Un constat 10 ans de pertes cumulées tout en ne payant pas l’ensemble des coûts ?

« Par ailleurs l’aspect social est complètement absent du plan de cession. Le but de Rio Tinto Alcan semble plutôt de se désengager des alumines de spécialité pour ne pas avoir à assumer le volet social d’une fermeture. »

Arnaud Montebourg ministre du redressement productif chiffrait les besoins :

  • Modernisation de l’outil de production 50 millions d’euros.
  • Dépollution, démantèlement des sites 200 millions d’euros.

Eléments incontournables qui imposerons en permanence la stratégie de RTA.

« Etant donné le prix de vente symbolique, ni RTA ni HIG ne prennent de risques financiers. Les risques son uniquement pour les salariés. »

Emplois, environnement, santé humaine un même combat face à ces prédateurs.

Le portage et la structuration de l’opération de 2012, concernait 4 usines, 3 ont été vendues au 01/01/2017, HIG a commencé à retirer « ses économies » :

  • Réduction de capital de 50 % soit 44 625 059 € chez Altéo Holding propriétaire du fonds de commerce (sans patrimoine) d’Altéo Gardanne.
  • Abandon de créance tiré sur Altéo pour l’exercice 2017 de 50 % le solde en 2018. Le total représente 25 498 348 €.
  • Un capital social de 60 millions € consommé par les pertes en terme de résultat courant, pour 2018 le régime de croisière depuis 20 ans 10 millions de pertes an.

Des faits à éclaircir, les motivations et questions a posé à HIG pour son avenir.

« Toutefois la cession du site de Gardanne ne comprend pas l’activité du pôle technologique (centre de recherche en face de l’usine) qui reste dans le giron de RTA, le délégué CFDT Denis Magne précisera RTA part avec les brevets, les compétences et retourne au Canada. »

Les aides publiques pour Altéo se sont élevées au titre de l’Agence de l’eau à 16,2 millions d’euros dont 2 filtres presses ainsi que le traitement en cours de pilot au CO ² opérationnel pour mi 2019.

  • Le premier filtre presse implanté en 2007 dans l’enceinte de l’usine par Alceng, l’engineering d’Alcan qui se trouvait dans les mêmes locaux a été construit pour 5 millions d’euros, avec une subvention de 1,5 million €.
  • Le second a couté 14, 6 millions d’euros et le 3 ème 12,0 millions d’euros.
    • L’inflation des coûts, pose questions sur la hauteur des devis ?

Les brevets transférés à RTA (source INPI) au nombre de 798 alors qu’Altéo durant la période 2012/2018 n’enregistre qu’un seul. Chercher l’erreur.

Pour ce qui concerne la recherche et développement (R&D) il est fort probable qu’il existe une forte porosité de prise en compte des coûts afin de minimiser l’investissement direct.

La transparence, le respect de l’éthique lorsque l’on obtient des aides publiques directes, une obligation ouvrir ses comptes aux contrôles ou rembourser.

Cet aspect mérite des investigations des services.

« Il y a aussi la mise en place d’une provision par RTA pour le cas où il y aurait un pépin, précise C. Merono, çà ne devrait pas leur poser de problème puisque d’après eux le plan de reprise doit marcher (Denis Magne) »

L’accès au détail a été permis via la consultation des comptes sociaux il s’agit :

  • Montant de 32 millions de $ payable en 4 annuités à Altéo.
    • Dernière échéance fin 2017. Et après ? Ce qui va accroitre les difficultés de l’entreprise.

« RTA avait l’intention de se débarrasser de Gardanne dès qu’ils sont arrivés, lance Harold Perillous délégué syndical CGT, il avait connaissance de l’échéance de l’arrêt des rejets en mer au 31/12/2015. »

Le professeur H. Augier, s’exprime longuement sur ce sujet contesté toxicité, nocivité des effluents solides comme liquide. 83 polluants sont toujours présents.

L’ensemble des éléments sont présents dans nos conclusions déposées auprès de la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Marseille.

Le jugement du 20/07/2018 a permis d’obtenir une nouvelle enquête publique à venir vers fin janvier 2018, nous étudierons l’étude d’impact produite par Altéo.

Le délai de la dérogation a été ramené à 2019 au lieu de 2021 mais ne tiens pas compte de l’ensemble des éléments nocifs ce que nous contestons en réclamant une station d’épuration à 100 %, la technologie n’existe pas malheureusement.

La Commission Européenne examine dans le détail notre plainte contre l’Etat Français du 11/01/2017. Après de nombreux échanges dans le cadre de la procédure qui concerne 6 Directives et la Convention de Barcelone le verdict tombera comme il nous a été annoncé pour fin 2018.

Frederic Ramé, actuel président d’Altéo.

« Quant à un changement de propriétaire, on le verra plus tard. Nous entrons dans une nouvelle période et tous nos efforts sont consacrés à en faire un succès. » (Source G. Clarke du 26/10/2012 dans Industrial Minéral)

Le niveau des pertes de 2013 à 2017, Une marque de fabrique ?

Chiffre d’affaires de 2011, 280 millions, se retrouver en 2017 à 210 millions €.

Aucun actionnaire ne permet se type de dérives sans y remédier avec toujours les mêmes questions de survie d’un outil vétuste mais un process exportable.

Un parcours professionnel à l’abri des restructurations capitalistiques, salarié de Pechiney, Alcan, Rio Tinto et depuis 2012 paré du titre de président ce qui souligne la performance d’un savoir-faire « courber l’échine » quand il le faut.

Ce titre pour les seuls besoins de la réglementation en droit des sociétés, pensez-vous un seul instant que le pouvoir qui s’exerce par Rio Tinto Alcan via HIG European Partners se partage ? Les engagements contractualisés dès 2012.

Aucun pouvoir de décisions, stratégiques, économiques, d’options financières, tout est sous contrôle, la gestion du courant lui est dévolue certes un rôle important.

  1. Ramé, rôle d’exécutant de M. 0livier Boyadjian et de la direction au Canada ?

L’actionnaire, 100 % HIG siège social Miami, représentation à Paris par M. Olivier Boyadjian. Un Fonds d’Investissements spécialisé sur ce type de montage.

« Nous investissons pour une durée limitée, de deux à sept ans. Notre fonds est là pour injecter de l’argent temporairement et permettre de repartir du bon pied, après restructuration et développement du chiffre d’affaires. » (source le Figaro).

Mais ou est ce qu’il gagne ce fonds arrivé à l’échéance de son mandat ?

Le dirigeant, fin connaisseur des circuits français, ancien dirigeant de la Caisse des Dépôts, un apporteur d’affaires efficaces ne reculant devant aucune difficulté d’après Mediapart, un peu de haute voltige dans l’affaire Olkypay pour le compte de Véolia Luxembourg etc.

Curieux hasard, HIG viens de prendre 49 % dans une entreprise de recyclage de déchets qui pourrait s’avérer utile pour exploiter la décharge de mangegarri afin d’extraire les terres rares qui s’y trouvent en quantité après un siècle de dépôt.

  • Tantale, scandium, coltam etc. des prix au kg qui font saliver… avec les inconvénients d’une exploitation de carrière, un débouché des résidus serait il trouvé ?

Emplois, environnement, santé humaine un même combat.

L’usine après 120 ans d’usage, sa vétusté, les conséquences liées aux coûts sociaux d’un changement de stratégie industriel, démantèlement et dépollution des sites, face à l’incapacité à ce que cette usine soit un jour rentable, les réalités.

Contrats d’approvisionnements à long terme, Altéo achète exclusivement à la Compagnie des Bauxites de Guinée filiale à 100 % de Halco Mining fondé dès 1963 avec Pechiney. Siège social au paradis fiscal du Delaware.

Les conditions et modalités d’achats du minerai le seul levier permettant d’approcher un déficit de zéro. Cet aspect a fait l’objet d’une question écrite au ministre des finances M. Macron le 16/01/2016 qui ne répondra pas.

Son successeur M. Sapin en mars 2017, justifiera la position du Gouvernement en une ligne « secret fiscal » une bien curieuse position dès lors que des suspicions risquent d’apparaître après investigations des services.

Rio Tinto possède avec deux partenaires 51 % soit 25 % des mouvements, l’Etat Guinéen conservant 49 %.

Cette organisation ne permet aucune marge de manœuvre afin d’améliorer la rentabilité de Gardanne en l’état d’un modèle économique désastreux qui nécessite une remise en cause des stratégies :

  • Le prix du minerai de bauxite extraction en Guinée pour exploitation locale dans les alumineries en cours de construction, l’avantage énorme CAF fos sur mer 36 €.
  • Les coûts strictement logistique, maritime, opérations de manutention chargement Kamsar, déchargement à Fos, mise sur wagon, transport fer pour appro usine, estimation de 20 $ la tonne sur 1 million de tonnes an.
    • Plus que la hauteur du déficit chronique depuis 10 ans.
  • La structure du compte d’exploitation sur près de 200 millions.

Achats minerais de bauxite (y compris coût logistique depuis la Guinée) 50 % – Achats pour la production (soude, énergies etc.) 30 % – Salaires 10 % – Charges sociales 5 %- Amortissements 3 % – Autres 2 %

  • Les charges que ne paient pas Altéo et qui devraient aggraver le déficit :
    • Redevance pollueur payeur, 13 millions an, près de zéro en 2018.
      • Alors que 3,5 millions étaient prévus à l’acte notarié.
      • Un véritable conte de fées, ce qui ne reste pas un mystère au regard des interventions politiques avérées.
    • , le taux appliqué par le SIBAM sur mes factures 13,5 % de la consommation. Un traitement de faveur sans perspectives.
    • Cout de mise en décharge gratuit, terre et mer.

Le chiffre d’affaires moyen est de 210 millions dont 80 % à l’export.

  • Ce qui a pour conséquences d’être exonéré de TVA au taux de 20 % ce qui représente un manque pour l’état de …
    • Par contre sur les achats récupération de la TVA par Altéo.

En résumé, les finances publiques, prennent en charge les conséquences environnementales de l’usine, de santé humaine sans aucune recette fiscale, etc. fournissent des aides publiques à Altéo. En contrepartie un brevet à l’INPI !!

Représentant de l’Union Calanques Littoral à la Commission de Suivi Altéo.

L’objectif de ces quelques éléments d’un dossier complexe, volumineux, poser les questions qui dérangent afin de tenter d’élaborer des démarches communes.

  • Après 120 ans de bons et loyaux services, l’usine à un grand besoin de modernisation, la mise en oeuvre de stations d’épuration  à 100 %.
  • Etudier une reconversion des sites ne serait pas un non sens.
  • Faciliter la recherche d’industriels, revoir les conditions et la façon d’exploiter pour conserver ces fabrications sur le territoire français.

Dans l’intervalle la réponse de notre Ministre F. de Rugy du 06/11/2018 à Henry Augier scientifique de renom et président d’UCL est révélatrice, la DREAL tente de se justifier.

Nous savons pour le dénoncer et à l’évidence qu’il existe un manque de suivi des Arrêtés faute de moyens, seulement un travail sur papier où l’industriel à l’origine des études réalise les questions et ses propres réponses.

Un fonctionnement bien huilé.

La décision de ne pas faire appel du jugement du 20/07/2018 prise par N. Hulot que s’approprie le Ministre lui permettra d’apparaitre le moment venu comme celui qui ne gêne pas l’industriel afin qu’émerge l’idée chez les citoyens et les salariés que l’état ne sera en rien dans la décision que prendra RTA de se retirer.

Ce qu’il faut savoir, dans les écritures d’Altéo pour l’appel qui sera examiné en janvier 2019 probablement, il est évoqué « la cessation d’activités ».

Le marché mondialisé de l’aluminium aujourd’hui se fixe au plus près des mines, Gardanne à l’époque se justifiait, proximité des mines du Var, 6 alumineries en cours de construction en Guinée approvisionnerons le marché, les technologies, conseils et brevets sont propriétés de RTA. Altéo n’étant pas concerné.

Les batailles d’experts, et l’identité de leurs commanditaires afin de « noyer le poison » mettent en évidence la difficulté de faire valoir l’intérêt public.

Au sein de l’entreprise, ces questions économiques et du devenir sont latentes, un profond sentiment d’impuissance doit atteindre les salariés et leurs syndicats.

Les actionnaires avec une habile communication divisent le mouvement social, tout au contraire nous devons travailler ensemble, le sens de notre demande de création de groupes de travail restreint afin d’approfondir les sujets.

Par contre, dès lors que des aides publiques sont obtenues, transparence et éthique sont des valeurs absolues, chaque utilisateur des biens communs se doit de payer le juste prix et l’ensemble de ses coûts, la moindre des choses.

Nos différents gouvernements sont pour taxer la pollution mais pour Altéo il s’agit de tout le contraire au nom de l’emploi ce qui est fallacieux, chaque jour de nombreuses entreprises ferment tout comme Pechiney avec 30 000 salariés qui a été effacé dans l’indifférence générale. Allez comprendre où trop bien ?

La filière aluminium mondialisée dicte sa loi, Rio Tinto Alcan est un des leaders incontestable et incontournable. Nos autorités nationales comme locales seront devant le fait accompli dès lors que RTA le décidera et tous le savent.

Ma commune, elle a voté deux fois contre les Arrêtés préfectoraux. Conseils municipaux 29/06/2018 et 29/09/2015. Motivations, soucieux de la santé publique.

Nos associations militent pour la protection de l’environnement, de la santé humaine, elles ne sont pas les ennemies de l’emploi mais des partenaires.

Il est fort probable que notre usine rejoigne le rayon des cartes postales à côté du moulin de Cativel, le vent produit depuis des lustres par nos élus pourrait permettre de broyer un produit local, nos olives, la seule utilité de leurs positions.

Ma ligne d’indépendance, mon droit de savoir, la recherche des faits et de leurs justificatifs afin de ne pas tomber dans la fausse précision ont forgé la modestie de mes opinions, le discernement dans la méfiance, l’habitude du doute.

J’ai aussi la certitude de ne pas avoir toujours raison, je tente de partager mes convictions le fruit de mes investigations avec l’esprit ferme sans l’avoir rigide.

L’exercice durant 38 ans d’une direction d’audit, d’inspection comptable  ont développé mon appétit de la preuve, les batailles d’experts et l’identité de leurs commanditaires mettent en évidence la difficulté de faire valoir l’intérêt public.

Nous nous devons de réagir pour tenter d’imposer la sagesse de nos propositions.

Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle hait ceux qui la dise (G. Orwel).

Simiane Collongue le 18/11/2018.                        Michel Mazzoleni.

BOUES ROUGES : RIO TINTO ALCAN – VISION – CONCEPT DE SES ALUMINERIES.

29 Nov

GARDANNE 120 ANS D’HISTOIRE – UN HÉRITAGE – MAIS AUCUN AVENIR FACE AUX ALUMINERIES DE 4 -ème GÉNÉRATION ?

Le 25/11/2018, j’ai sollicité l’avis de la direction  et syndicalistes d’Altéo un sujet qui revêtira une importance cruciale, question : l’usine est -elle adaptable ? Aucune réponse.

 Rio Tinto Alcan « peaufine son concept opérationnel d’aluminerie de 4 -ème génération ce qui pourrait condamner irrémédiablement Gardanne au-delà d’un certain nombre de considérations économiques, financières et de pollutions.

Rio Tinto Alcan, Rusal, Chinalco et Alcoa, les incontournables donneurs d’ordres financiers Rothschild et Rockefeller s’activent, ils détiennent plus de 70 % de la filière mondiale de l’aluminium, mines, alumineries, usines d’aluminium etc.

Participations directes, accords croisés, leurs contrôles du marché, ils ont décidé et l’on assiste à l’effacement programmé de nos usines en Europe, Gardanne apparait sans avenir face à ce concept et après 120 ans, Pechiney a été effacé.

L’inertie et l’attentisme des autorités Françaises, des dirigeants et syndicats d’Altéo, ces attitudes conduisent inexorablement à une cessation d’activité, un cumul d’handicaps sont présents et pour lesquelles nous ne cessons d’alerter.

Conserver une indépendance nationale de production d’alumines passe par l’examen de la situation, s’adapter au marché pour agir face aux réalités.

Position de l’Union Calanques Littoral exprimée en date du 28/11/2018 par son Conseil d’Administration :

  • Arrêt du rejet liquide en mer dans le Parc National des Calanques, en traitant les effluents toxiques à l’aide d’une station d’épuration performante pour traiter la totalité des 83 polluants et en accordant un délai de 2 ans à l’industriel.
  • Arrêt des dépôts à terre dans un délai de 3 ans, conjointement avec l’installation d’une unité de traitement et de recyclage des dépôts à terre.
  • La construction d’une nouvelle usine propre, sans aucun rejet, ni dépôt UCL ne serait pas opposée mais ce n’est pas de sa compétence, il existe un écueil majeur :
    • Le coût d’importation du minerai de bauxite en provenance de Guinée ne permet pas Gardanne d’être rentable, structure du prix :
      • Source douane, importation CAF Fos 35, 00 € la t.
      • Manutention navire, stockage à terre, mise sur wagon, transport par rail jusqu’à Gardanne, estimation 15 €.
      • Quantité 1 million de tonnes, coût 50 € la t. Vous lisez bien.

Ces coûts logistiques chroniques le danger mortel de Gardanne, une bagatelle qui permet de constater en résultat courant de 2013 à 2018 aux alentours de 70 millions de pertes.

Obligation d’achat du minerai de bauxite, siège social de CBG au Delaware (paradis fiscal) aux clauses et conditions de RTA actionnaire à 25 % d’Halco.

La sagesse devrait conduire à l’étude d’un Contrat de Transition Ecologique (CTE) reconversion du site afin de mobiliser les moyens humains et financiers, définir les perspectives via des projets concrets apparaît raisonnable en l’état.

Le portage de 2012 organisé par RTA avec HIG (fcpr) n’est qu’un sursis qui dure un peu plus que prévu initialement. Les objectifs et enjeux capitalistiques pour RTA conserver un savoir-faire de qualité, l’accès à un process industriel, s’approprier 798 brevets exportables et les royalties qui vont de pair.

Des restructurations successives ont conduit à une série de désinvestissements d’usines et installations en raison de leurs désuétudes ou inadéquation avec la stratégie de l’entreprise, maintenir une hégémonie, dicter ses conditions dans l’intérêt des actionnaires, le devenir des salariés la variable d’ajustement.

Gardanne, une exception et pour combien de temps ? Ne nous y trompons pas le seul décideur est RTA, dès la mise au point du process en cours de développement et en production effective mi 2019 « la messe sera dite ».

Nos multinationales s’affairent en Guinée 6 alumineries sont en cours de réalisation, implantations au plus près des mines pour minimiser les coûts de logistique, la main d’œuvre à vil prix pour la production, les clés de la rentabilité.

Rio Tinto Alcan, sa vision : réaliser des alumineries de 4 éme génération.

L’usine d’un futur proche est déclinée dans son document de réflexion de février 2018 en cours de bonification « Espace des Bâtisseurs ».

Une étude dont il faut reconnaitre le réalisme, ce que nous avions suggéré la réalisation d’une usine moderne et technologiques lors de nos multiples alertes dont nous revendiquons le sens des responsabilités sans aucun parti pris.

Description de l’entreprise Rio Tinto, les activités, sa mission et sa vision

Extraits :

L’aluminerie de demain, 4.0 (page 43 à 52).

Le contexte du marché nous oblige à travailler autrement, l’avenir dépend de la capacité à concevoir, à réaliser et à exploiter.

Attrayante pour les employés, à la fine pointe de la technologie et performante, respectueuse des exigences du développement durable, sécuritaire, rentable, dotée d’une gouvernance propice aux synergies et axée sur de nouvelles collaborations entre les employés et les partenaires externes.

Il s’agit d’une démarche qui va au-delà de l’entreprise et qui implique direction, personnel et surtout l’ensemble des communautés, des parties prenantes.

La vision de l’aluminerie de demain est celle d’une installation dans laquelle les tâches répétitives et à faible valeur ajoutée seront automatisées ou robotisées, tout comme la gestion des flux internes et externes.

En pratique, ce ne sera plus les employés qui s’adapterons à la présence de robots, mais les robots qui seront capables de s’ajuster au degré d’autonomie et d’expérience des employés.

Objets connectés et automatisation augure l’ère de l’intelligence artificielle qui remplacera des tâches routinières plutôt que des emplois.

La nature même du travail est appelé à évoluer en raison de l’apparition d’une matière immatérielle, l’information numérique qui brise la concentration quasi exclusive des efforts sur de la matière pour les orienter sur les données.

Les robots ou les drones ne remplaceront pas les humains, ils faciliteront leurs tâches ou leur permettent d’en accomplir d’autres plus valorisantes.

Il apparait un marché et une industrie en mutation, ce qui a incité les pays émergeant à investir massivement dans la construction d’alumineries.

Les sites de production classiques peinent à affronter la concurrence des pays émergents, les nombreuses fermetures d’alumineries en sont une illustration.

Progresser, croître et surtout durer alors que s’amorce la quatrième révolution industrielle c’est-à-dire celle du numérique, un passage obligé, inévitable.

Une importance inégalée, car elle exige de développer une agilité sans laquelle il sera pratiquement impossible de progresser ni même de survivre dans un environnement concurrentiel impitoyable.

Les outils, les technologies qui permettent cette transition se transforment eux aussi et la gestion du changement en découlant s’avérera difficile, inquiétudes légitimes inhérentes à la fracture numérique et la flexibilisation du travail qui suscitent inévitablement des appréhensions légitimes, voire de la résistance.

Donner du sens à l’innovation technologique, et non l’inverse, envisager l’avenir non pas en faisant table rase du passé mais en s’appuyant sur le meilleur.

La création de valeur est impossible en l’absence de valeurs partagées un document détaillé de 52 pages, la taille et des visions de Rio Tinto Alcan rappelons qu’il s’agit du seul décideur à Gardanne de notre point de vue.

 

Simiane Collongue le 24/11/2018                             Michel Mazzoleni.

BOUES ROUGES : DÉCHARGE DE MANGEGARRI – LES ENJEUX.

27 Nov

 LES TERRES RARES CONTENUES DANS LES DECHETS.

Statut de la décharge établissement ICPE, Arrêté préfectoral du 11/11/2012 pour une période de 14 ans du 08/06/2007 au 08/06/2021, prolongation au-delà suivant demande réglementaire et en temps utile.

  • Stockage non dangereux, non inertes.
  • Capacité installation de stockage 2 600 000 m3.
  • Capacité station de transit supérieur à 25 000 m3.

Le compte rendu de la réunion du bureau du 06/11/2018 par la Préfecture évoque un sujet la valorisation des déchets de bauxite en précisant :

  • Mise en place d’un comité de pilotage associant les élus.
  • Ce dispositif sera suivi par la chambre de commerce et d’industrie de Marseille qui sera en charge de la mobilisation des acteurs.
  • La participation des membres du bureau sera possible.

Question, Mme. Frosini a fait part de sa décision de démissionner ce cette instance ayant trop d’engagements à assumer. Suivant notre entretien téléphonique les associations recherches à la remplacer.

L’occasion de faire le point, l’accès aux documents officiels liés à la transaction de 2012, acte notarié du 31/07/2012, traité partiel d’actif du 29/05/2012 ainsi que les différentes certifications des comptes sociaux de 2012 à 2017 ont permis de soulever des sujets complexes difficilement accessible sans explications.

Les garanties financières et l’absence de responsabilité environnementale un point soulevé par les Commissaires aux comptes méritent des éclaircissements.

Le cumul des pertes en termes de résultat courant de 2013 à 2017 représente 65 millions d’euros, un modèle économique et financier désastreux, des comptes déposés et signés par le président Ramé et encore l’ensemble des coûts ne sont pris en compte, comme la redevance sur l’eau, les coûts de décharges etc.

Les coûts logistiques liés à l’achat du minerai de bauxite le fonds du problème.

L’ensemble de ces éléments détaillées sont contenus dans l’échange de correspondance en cours avec la Présidence de la République qui a saisi le Préfet.

Rien n’a été occulté, je pourrais expliquer par le menu les modalités d’appel de notre procédure en cours auprès du tribunal Administratif de Marseille en étant le principal interlocuteur de notre avocat et de nos conclusions.

Aucune provision dans les comptes, d’estimation des opérations post exploitation, comme le démantèlement et dépollution n’est même pas envisagé.

L’opération envisagée de recyclage des déchets ne pourrait s’engager qu’après que l’ensemble des points ne soient audités

Les raisons de ma demande d’une réunion de travail préparatoire et restreinte l’objectif, fournir un éclairage à tous permettant de se positionner en conscience.

Les terrains de la décharge appartiennent à Altéo sauf la partie haute où se trouve les installations de pompage pour alimenter la canalisation permettant les rejets en mer soit 17 514 m2 (parcelle AS10).

L’emprise totale est de 147 ha 78 ares 20 cent dont majoritairement d’espaces boisés, l’exploitation de lagunage et d’en croûtage se réalise sur 30 ha environ.

–  Deux zones de stockage bassins n° 5 et n° 6.

  • Une zone de collecte des eaux pluviales n° 7 servants de bassin de sécurité. Il n’existe pas de sarcophage béton malgré les demandes.
    • La lecture d’une annonce de pôle emploi permet d’apprendre qu’il le sera pour un volume de 110 000 m3 et en béton.
    • Lecture du permis de construire du 18/06/2014, filtre presse n° 3, Altéo devra justifier par tout moyen à sa convenance, que le dimensionnement du bassin de rétention des eaux pluviales réalisé correspond au volume utile déclaré.

Quantités, estimation des déchets.

  • 1 siècle de stockage, remblai des valons d’Encorse et de mangegarri hauteur 47 m. Volume annoncé 400 000 t. an depuis 01/01/2016.
  • Mer, estimation 30 millions de tonnes depuis le 01/01/1966- 31/12/1965.
    • Une manne de profits potentiels à jamais perdue pourrait mettre en rage nos actionnaires. Personne n’a anticipé l’utilisation industrielle des terres rares, le rejet en mer ne s’imposait pas.

Un pactole qui ne peut que faire « saliver » des actionnaires et causer des nuisances pour les riverains. HIG actionnaire unique d’Altéo, un investissement judicieux et juteux dans le marché du recyclage industriel en juillet 2017 :

  • Prise de participation de 49 % du holding Guy Dauphin Environnement (GDE ) détenu par la discrète holding néerlandaise ECORE.
  • Spécialité traitement des déchets industriels en décharges.

 

 

L’extraction de l’alumine.

Mélanger de la soude à haute température et sous forte pression. Une fois séparée chimiquement, la bauxite produit 45 % d’alumine, 30 % de résidu de bauxite, 20 % d’eau chimique et 5 % d’humidité.

La liqueur qui en résulte est purifiée avant d’être diluée puis refroidie ce qui provoque la précipitation d’oxyde d’aluminium hydraté qui une fois calcinée pour obtenir sous forme de poudre blanche qui est récupérée à 90 %.

Un débit de 270 m3 / h dans la canalisation dont 140 m3/h d’eau en provenance de la nappe souterraine d’Aix, est- ce que 130 m3/h serait absorbable sur place ?

En résumé, 2 tonnes de minerai de bauxite pour 1 t. d’alumines et 1 t. de déchets.

Ce qui s’y trouve par kilo :

Scandium   135 mg            Cerium       650 mg         Salmarium                                          65 mg

Lanthane   500 mg            Néodyme    250 m          Tantale                                          10 mg

Tenpium    10 mg, Lutecium  5 mg, un marché Gallium, Coltam, L’yttrium.

Quelques prix, platine 38 €/g – palladium 15 €/g – rhodium 31€/g. iridium 26 €/g.

Scandium, exemple, un métal gris-blanc, mou et très léger, intégré dans un alliage il renforce la résistance et la durabilité, ailettes de missiles, cadres de vélo, clubs de golf, dans l’industrie aérospatiale, le raffinage de pétrole, lampes électriques etc.

Consommation faible 10 tonnes an, le gramme de métal pur vaut 120/150 €.

Les enjeux d’économie circulaire, Aluminium Grèce qui traite 700 000 t. an de boues rouge, il extrait 10 % de la demande Européenne en terres rares.

Comment récupérer des ressources précieuses à partir de déchets industriels, ces éléments modifient radicalement les propriétés des matériaux.

Des technologies existent pour extraire les éléments de terres rares du minerai de bauxite via la résultante de son traitement, procédé durable, respectueux de l’environnement.

En cours de développement, les objectifs d’un projet européen de recherches pour trouver un moyen peu coûteux d’extraire ces éléments précieux afin d’atténuer l’indépendance de l’Europe à l’égard des terres rares importées.

La technique pour dissoudre et éliminer les éléments de terres rares :

  • L’avantage est qu’il peut prendre sélectivement des éléments de terres rares de la boue rouge.
  • Il ne dissout pas toute la matière solide, juste les besoins.
  • Avantage économique et environnemental.

Le principe :

  • Utilisation liquide ionique au lieu de solvants traditionnels.
  • Se sont des sels fondus qui peuvent rester liquide.
  • Dans le réacteur on verse le résidu de bauxite qui contient une solution de liquide ionique.
  • La façon dont ce lessivage fonctionne est semblable à la fabrication de café ou de thé.
  • On extrait essentiellement les composants dont on a besoin.
  • Il faut quelques heures pour que les éléments de terres rares se dissolvent complètement dans le liquide ionique.
  • Le mélange est filtré pour éliminer le résidu solide qui peut ensuite être recyclé. On ajoute de l’acide pour restaurer le liquide ionique.
    • Il reste un extrait précieux de terres rares.

Les propriétés des liquides ioniques ont des avantages aux solvants traditionnels, ils sont ininflammables et non volatiles, un travail plus aisé à haute température sans risque d’incendie ou de santé.

Leurs propriétés chimiques affinées ouvrent la voie à une utilisation plus durable des ressources fossiles.

Qu’elle avenir et comment exploiter la décharge ? Un vaste sujet avec de nombreux obstacles et de plus délicats, complexes.

Simiane Collongue le 26/11/2018                             Michel Mazzoleni.

BOUES ROUGES : PRÉSIDENCE RÉPUBLIQUE – NOS PRÉCISIONS.

25 Nov

Par courrier du 20/11/2018, la réponse à notre courrier accompagné de deux dossiers, le premier ci dessous, le second plus fouillé de 24 pages: transmission au Ministre M. de Rugy et au préfet des Bouches du Rhône M. Dartout.

  BOUES ROUGES :  2012 A 2018 – ETAT DES LIEUX – NOS CONSTATS.

Déposer lors de l’enquête publique de 2015, mes constatations publiées chez Mediapart « Demander à la finance et aux politiciens facilitateurs de montrer pattes blanches serait-ce un crime de lèse-majesté » cela perdure gravement.

Elles ont été traitées comme des vérités qu’ils fallaient tuer, les mensonges de Pechiney et successeurs apparaissant comme immortels y compris des autorités.

Le silence dans les eaux troubles des profondeurs.

Et pourtant le courrier à mon attention reçu fin octobre 2018 de la Présidence de la République, partageait nos préoccupations économiques et écologiques.

La réunion du dernier bureau le 06/11/2018, objet fixer l’ordre du jour des prochaines commissions de suivi du site Altéo consacre le refus permanent malgré mes demandes détaillées d’examiner les aspects financiers, économiques, tirés des documents officiels de la transaction de 2012, engagements des parties.

A l’unissons, la communication a permis d’induire systématiquement les citoyens dans l’erreur, voir culpabilisés, les syndicats quasiment absents du dialogue y compris dans les commissions sous le regard « goguenard » des autorités, un peu d’historique afin de rafraichir les mémoires que l’actualité comptable rattrapera.

Le respect du secret des affaires n’est pas un handicap afin qu’émerge des vérités.

Représentation syndicales FO et CGT, journal, énergies Gardanne n° 378.

« Nous avons fait réaliser un rapport par le cabinet d’expert SECAFI pour nous accompagner, a expliqué Christian Merono, délégué FO et porte-parole de l’intersyndicale. Il en ressort que le plan de reprise n’est pas crédible car sur les 5 dernières années le site de Gardanne n’a pas gagné d’argent »

Les comptes sociaux publiés et certifiés par les commissaires aux comptes, dépôt du président F. Ramé de 2013 à 2017 accuse des pertes de 64 599 566 €. Un constat 10 ans de pertes cumulées tout en ne payant pas l’ensemble des coûts ?

« Par ailleurs l’aspect social est complétement absent du plan de cession. Le but de Rio Tinto Alcan semble plutôt de se désengager des alumines de spécialité pour ne pas avoir à assumer le volet social d’une fermeture. »

Arnaud Montebourg ministre du redressement productif chiffrait les besoins :

  • Modernisation de l’outil de production 50 millions d’euros.
  • Dépollution, démantèlement des sites 200 millions d’euros.

Eléments incontournables qui imposerons en permanence la stratégie de RTA.

« Etant donné le prix de vente symbolique, ni RTA ni HIG ne prennent de risques financiers. Les risques son uniquement pour les salariés. »

Emplois, environnement, santé humaine un même combat face à ces prédateurs.

Le portage et la structuration de l’opération de 2012, concernait 4 usines, 3 ont été vendues au 01/01/2017, HIG a commencé à retirer « ses économies » :

  • Réduction de capital de 50 % soit 44 625 059 € chez Altéo Holding propriétaire du fonds de commerce (sans patrimoine) d’Altéo Gardanne.
  • Abandon de créance tiré sur Altéo pour l’exercice 2017 de 50 % le solde en 2018. Le total représente 25 498 348 €.
  • Un capital social de 60 millions € consommé par les pertes.

Des faits à éclaircir, les motivations et questions a posé à HIG pour son avenir.

« Toutefois la cession du site de Gardanne ne comprend pas l’activité du pôle technologique (centre de recherche en face de l’usine) qui reste dans le giron de RTA, le délégué CFDT Denis Magne précisera RTA part avec les brevets, les compétences et retourne au Canada. »

Les aides publiques se sont élevées au titre de l’Agence de l’eau à 16,2 millions d’euros dont 2 filtres presses ainsi que le traitement en cours de pilot au CO ² opérationnel pour mi 2019.

  • Le premier filtre presse implanté en 2007 dans l’enceinte de l’usine par Alceng, l’engineering d’Alcan qui se trouvait dans les mêmes locaux a été construit pour 5 millions d’euros, subvention de 1,5 million €.
  • Le second a couté 14, 6 millions d’euros et le 3 ème 10,0 millions d’euros.
    • Inflation des coûts qui posent questions sur la hauteur des devis ?

Les brevets transférés à RTA (source INPI) au nombre de 798 alors qu’Altéo durant la période 2012/2018 n’enregistre qu’un seul. Chercher l’erreur.

Pour ce qui concerne la recherche et développement (R&D) il est fort probable qu’il existe une forte porosité de prise en compte des coûts afin de minimiser l’investissement direct.

La transparence, le respect de l’éthique lorsque l’on obtient des aides publiques directes, une obligation ouvrir ses comptes aux contrôles ou rembourser.

Cet aspect mérite des investigations des services.

« Il y a aussi la mise en place d’une provision par RTA pour le cas où il y aurait un pépin, précise C. Merono, çà ne devrait pas leur poser de problème puisque d’après eux le plan de reprise doit marcher (Denis Magne) »

L’accès au détail a été permis via la consultation des comptes sociaux il s’agit :

  • Montant de 32 millions de $ payable en 4 annuités à Altéo.
    • Dernière échéance fin 2017. Et après ? Ce qui va accroitre les difficultés de l’entreprise.

« RTA avait l’intention de se débarrasser de Gardanne dès qu’ils sont arrivés, lance Harold Perillous délégué syndical CGT, il avait connaissance de l’échéance de l’arrêt des rejets en mer au 31/12/2015. »

Le professeur H. Augier, s’exprime longuement sur ce sujet contesté toxicité, nocivité des effluents solides comme liquide. 83 polluants sont toujours présents.

L’ensemble des éléments sont présents dans nos conclusions déposées auprès de la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Marseille.

Le jugement du 20/07/2018 a permis d’obtenir une nouvelle enquête publique à venir vers fin janvier 2018, nous étudierons l’étude d’impact produite par Altéo.

Le délai de la dérogation a été ramené à 2019 au lieu de 2021 mais ne tiens pas compte de l’ensemble des éléments nocifs ce que nous contestons en réclamant une station d’épuration à 100 %, la technologie n’existe pas malheureusement.

La Commission Européenne examine dans le détail notre plainte contre l’Etat Français du 11/01/2017. Après de nombreux échanges dans le cadre de la procédure qui concerne 6 Directives et la Convention de Barcelone le verdict tombera comme il nous a été annoncé pour fin 2018.

Frederic Ramé, actuel président d’Altéo.

« Quant à un changement de propriétaire, on le verra plus tard. Nous entrons dans une nouvelle période et tous nos efforts sont consacrés à en faire un succès. » (Source G. Clarke du 26/10/2012 dans Industrial Minéral)

Le niveau des pertes de 2013 à 2017, Une marque de fabrique ?

Chiffre d’affaires de 2011, 280 millions, se retrouver en 2017 à 210 millions €.

Aucun actionnaire ne permet se type de dérives sans y remédier avec toujours les mêmes questions de survie d’un outil vétuste mais un process exportable.

Un parcours professionnel à l’abri des restructurations capitalistiques, salarié de Pechiney, Alcan, Rio Tinto et depuis 2012 paré du titre de président ce qui souligne la performance d’un savoir-faire « courber l’échine » quand il le faut.

Ce titre pour les seuls besoins de la règlementation en droit des sociétés, pensez-vous un seul instant que le pouvoir qui s’exerce par Rio Tinto Alcan via HIG European Partners se partage ? Les engagements contractualisés dès 2012.

Aucun pouvoir de décisions, stratégiques, économiques, d’options financières, tout est sous contrôle, la gestion du courant lui est dévolue certes un rôle important.

  1. Ramé, rôle d’exécutant de M. 0livier Boyadjian et de la direction au Canada ?

L’actionnaire, 100 % HIG siège social Miami, représentation à Paris par M. Olivier Boyadjian. Un Fonds d’Investissements spécialisé sur ce type de montage.

« Nous investissons pour une durée limitée, de deux à sept ans. Notre fonds est là pour injecter de l’argent temporairement et permettre de repartir du bon pied, après restructuration et développement du chiffre d’affaires. » (source le Figaro).

Mais ou est ce qu’il gagne ce fonds arrivé à l’échéance de son mandat ?

Le dirigeant, fin connaisseur des circuits français, ancien dirigeant de la Caisse des Dépôts, un apporteur d’affaires efficaces ne reculant devant aucune difficulté d’après Mediapart, un peu de haute voltige dans l’affaire Olkypay pour le compte de Véolia Luxembourg etc.

Curieux hasard, HIG viens de prendre 49 % dans une entreprise de recyclage de déchets qui pourrait s’avérer utile pour exploiter la décharge de mangegarri afin d’extraire les terres rares qui s’y trouvent en quantité après un siècle de dépôt.

  • Tantale, scandium, coltam etc. des prix au kg qui font saliver… avec les inconvénients d’une exploitation de carrière.

Emplois, environnement, santé humaine un même combat.

L’usine après 120 ans d’usage, sa vétusté, les conséquences liées aux coûts sociaux d’un changement de stratégie industriel, démantèlement et dépollution des sites, face à l’incapacité à ce que cette usine soit un jour rentable, les réalités.

Contrats d’approvisionnements à long terme, Altéo achète exclusivement à la Compagnie des Bauxites de Guinée filiale à 100 % de Halco Mining fondé dès 1963 avec Pechiney. Siège social au paradis fiscal du Delaware.

Les conditions et modalités d’achats du minerai le seul levier permettant d’approcher un déficit de zéro. Cet aspect a fait l’objet d’une question écrite au ministre des finances M. Macron le 16/01/2016 qui ne répondra pas.

Son successeur M. Sapin en mars 2017, justifiera la position du Gouvernement en une ligne « secret fiscal » une bien curieuse position dès lors que des suspicions risquent d’apparaître après investigations des services.

Rio Tinto possède avec deux partenaires 51 % soit 25 % des mouvements, l’Etat Guinéen conservant 49 %.

Cette organisation ne permet aucune marge de manœuvre afin d’améliorer la rentabilité de Gardanne en l’état d’un modèle économique désastreux qui necessite une remise en cause des stratégies :

  • Le prix du minerai de bauxite extraction en Guinée pour exploitation locale dans les alumineries en cours de construction, l’avantage énorme.
  • Les coûts strictement logistique, maritime, opérations de manutention chargement Kamsar, déchargement à Fos, mise sur wagon, transport fer pour appro usine, estimation de 20 $ la tonne sur 1 million de tonnes an.
    • Plus que la hauteur du déficit chronique depuis 10 ans.
  • La structure du compte d’exploitation sur près de 200 millions.

Achats minerais de bauxite (y compris coût logistique depuis la Guinée) 50 % – Achats pour la production (soude, énergies etc.) 30 % – Salaires 10 % – Charges sociales 5 %- Amortissements 3 % – Autres 2 %

  • Les charges que ne paient pas Altéo et qui devraient aggraver le déficit :
    • Redevance pollueur payeur, 13 millions an, près de zéro en 2018.
      • Alors que 3,5 millions étaient prévus à l’acte notarié.
      • Un véritable conte de fées, ce qui ne reste pas un mystère au regard des interventions politiques avérées.
    • , le taux appliqué par le SIBAM sur mes factures 13,5 % de la consommation. Un traitement de faveur sans perspectives.
    • Cout de mise en décharge gratuit, terre et mer.

Le chiffre d’affaires moyen est de 210 millions dont 80 % à l’export.

  • Ce qui a pour conséquences d’être exonéré de TVA au taux de 20 % ce qui représente un manque pour l’état de …
    • Par contre sur les achats récupération de la TVA par Altéo.

En résumé, les finances publiques, prennent en charge les conséquences environnementales de l’usine, de santé humaine sans aucune recette fiscale, etc. fournissent des aides publiques à Altéo. En contrepartie un brevet à l’INPI !!

Représentant de l’Union Calanques Littoral à la Commission de Suivi Altéo.

L’objectif de ces quelques éléments d’un dossier complexe, volumineux, poser les questions qui dérangent afin de tenter d’élaborer des démarches communes.

  • Après 120 ans de bons et loyaux services, l’usine à un grand besoin de modernisation, une implantation dans un secteur non urbanisé.
  • Une reconversion du site pour garantir le maximum d’emploi.
  • Faciliter la recherche d’industriels, revoir les conditions et la façon d’exploiter pour conserver ces fabrications sur le territoire français.

Dans l’intervalle la réponse de notre Ministre F. de Rugy du 06/11/2018 à Henry Augier scientifique de renom et président d’UCL est révélatrice en ne relevant que ce que la DREAL tente de justifier lors des Commissions.

Nous savons pour le dénoncer et à l’évidence qu’il existe un manque de suivi des Arrêtés faute de moyens, seulement un travail sur papier où l’industriel à l’origine des études réalise les questions et ses propres réponses.

Un fonctionnement bien huilé.

La décision de ne pas faire appel du jugement du 20/07/2018 prise par N. Hulot que s’approprie le Ministre lui permettra d’apparaitre le moment venu comme celui qui ne gêne pas l’industriel afin qu’émerge l’idée chez les citoyens et les salariés que l’état ne sera en rien dans la décision que prendra RTA de se retirer.

Ce qu’il faut savoir, dans les écritures d’Altéo pour l’appel qui sera examiné en janvier 2019 probablement, il est évoqué « la cessation d’activités ».

Le marché mondialisé de l’aluminium aujourd’hui se fixe au plus près des mines, Gardanne à l’époque se justifiait, proximité des mines du Var, 6 alumineries en cours de construction en Guinée approvisionnerons le marché, les technologies, conseils et brevets sont propriétés de RTA. Altéo n’étant pas concerné.

Les batailles d’experts, et l’identité de leurs commanditaires afin de « noyer le poison » mettent en évidence la difficulté de faire valoir l’intérêt public.

Au sein de l’entreprise, ces questions économiques et du devenir sont latentes, un profond sentiment d’impuissance doit atteindre les salariés et leurs syndicats.

Les actionnaires avec une habile communication divisent le mouvement social, tout au contraire nous devons travailler ensemble, le sens de notre demande de création de groupes de travail restreint afin d’approfondir les sujets.

Par contre, dès lors que des aides publiques sont obtenues, transparence et éthique sont des valeurs absolues, chaque utilisateur des biens communs se doit de payer le juste prix et l’ensemble de ses coûts, la moindre des choses.

Nos différents gouvernements sont pour taxer la pollution mais pour Altéo il s’agit de tout le contraire au nom de l’emploi ce qui est fallacieux, chaque jour de nombreuses entreprises ferment tout comme Pechiney avec 30 000 salariés qui a été effacé dans l’indifférence générale. Allez comprendre où trop bien ?

La filière aluminium mondialisée dicte sa loi, Rio Tinto Alcan est un des leaders incontestable et incontournable. Nos autorités nationales comme locales seront devant le fait accompli dès lors que RTA le décidera et tous le savent.

Ma commune, elle a voté deux fois contre les Arrêtés préfectoraux. Conseils municipaux 29/06/2018 et 29/09/2015. Motivations, soucieux de la santé publique.

Nous pouvons parler avec les syndicats, se passer des services de la préfecture dans un premier temps et déposer nos revendications en communs.

Nos associations militent pour la protection de l’environnement, de la santé humaine, elles ne sont pas les ennemies de l’emploi mais des partenaires.

Il est fort probable que notre usine rejoigne le rayon des cartes postales à côté du moulin de Cativel, le vent produit depuis des lustres par nos élus pourrait permettre de broyer un produit local, nos olives, la seule utilité de leurs positions.

Ma ligne d’indépendance, mon droit de savoir, la recherche des faits et de leurs justificatifs afin de ne pas tomber dans la fausse précision ont forgé la modestie de mes opinions, le discernement dans la méfiance, l’habitude du doute.

J’ai aussi la certitude de ne pas avoir toujours raison, je tente de partager mes convictions le fruit de mes investigations avec l’esprit ferme sans l’avoir rigide.

L’exercice durant 38 ans d’une direction d’audit, d’inspection comptable  ont développé mon appétit de la preuve, les batailles d’experts et l’identité de leurs commanditaires mettent en évidence la difficulté de faire valoir l’intérêt public.

Nous nous devons de réagir pour tenter d’imposer la sagesse de nos propositions.

Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle hait ceux qui la dise (G. Orwel).

Simiane Collongue le 18/11/2018.                        Michel Mazzoleni.

BOUES ROUGES : MINISTRE DE RUGY SUITE PRESIDENCE REPUBLIQUE.

22 Nov

Simiane Collongue le 18/11/2018

Ministère de la Transition Ecologique

Hotel de Roquelaure

246, Bd. Saint Germain

75 007 PARIS.

A l’attention de M. le Ministre F. de Rugy.

Monsieur le Ministre,

Votre courrier du 06/11/2018 adressé au président Henry Augier a retenu mon attention comme représentant de l’Union Calanques Littoral à la Commission de Suivi du site Altéo en préfecture du 13.

Suite à nos correspondances avec la présidence de la République.

Comme vous, UCL, fédération regroupant 37 associations et 5 000 adhérents locaux ne propose que du concret et une trajectoire claire.

Le constat ci- joint pour la période 2012/2018 est une synthèse d’un dossier complexe et volumineux.

Les missions de contrôle ne sont pas remplies dans leur intégralité. Mieux, deux arrêtés préfectoraux du 19/02/2015 et 21/06/2016 malgré de nombreuses alertes de notre part auprès du Préfet les travaux ne sont toujours pas mis en œuvre.

Les services de la DREAL ont été contacté à de nombreuses reprises.

Un modèle économique désastreux ce qui n’est pas une nouveauté, Rio Tinto Alcan décidera et vous le savez tout comme M. le député Lambert d’arrêter l’activité la mission de HIG étant arrivée à son terme et n’est aucunement rentable.

  • Il est bien clair que votre stratégie est de pas apparaitre comme le fossoyeur auprès des salariés.
  • Depuis 2012 tous connaissent les risques (dossier joint).

Pour l’état Français la facture est lourde, quelques exemples :

  • Gratuité, redevance pollueur payeur, soit plus de 11 millions par an.
  • Gratuité des coûts de décharges en mer comme à terre.
  • Fiscalité :
    • Exonération TVA (taux 20 %) sur 80 % de 210 millions €.
    • Impôts sur les sociétés au taux de 28 et 33,33 % exonéré pertes.
  • Les modalités et conditions du portage de 2012, suivant acte notarié du 31/07/2012, cession partielle d’actif du 29/05/2012, certification comptes.
    • Contractuellement Altéo n’a pas de responsabilité liée à l’environnement (commissaires aux comptes).
    • SASU et FCPR HIG un couplage qui permet de limiter les engagements financiers à hauteur des apports.

Il ne s’agit que de quelques exemples rendu publique lors de l’enquête de septembre 2015, nécessiter d’un audit complet de vos services pour y voir clair.

Nous sommes à disposition pour fournir l’ensemble des documents et investigations en notre possession.

Un groupe de travail sur ces sujets, économiques, financiers, évaluation coût démantèlement, dépollution pour savoir qui doit provisionner dans les comptes sociaux. A ce jour c’est zéro.

Maintenir votre cap en l’état des connaissances, serait une hérésie intellectuelle.

Il faut se rendre à l’évidence cet ensemble conduit à une impasse et d’un coût exorbitant pour les finances publiques sans que l’industriel ne paie sa propre pollution malgré près de 20 millions d’aides publiques versées.

Des pratiques qui obligent au respect de la transparence et de l’étique bien loin d’une comptabilité créative.

Ne pas faire bouger les lignes, serait selon votre expression favorite de l’inconscience.

Recevez M. le Ministre mes salutations.

Michel Mazzoleni.

Copies :

Présidence République M. le Chef de Cabinet Lauch.

Préfet des Bouches du Rhône M. Dartout.

Pieces jointes :

  • Constats et avis situation de 2012 à 2018.
  • DREAL, interrogations.

BOUES ROUGES : PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LE COURRIER.

22 Nov

Scan_0101

BOUES ROUGES : DREAL SES MISSIONS EN ÉCHEC FAUTE DE MOYENS.

12 Nov

Il n’est pas question d’impliquer les valeurs individuelles des agents mais de souligner les effets des différentes réformes mis en œuvre par l’Etat.

La Charte d’engagements des DREAL signé le 04/01/2014 :
– Mettre en application les principes du développement durable.
– S’inscrire dans une logique de proportionnalité dans les dossiers qu’elles portent et instruisent contribuant ainsi à leur sécurité juridique.
– Faciliter l’aboutissement rapide des projets et leur bonne intégration environnementale.
– Faciliter la participation du public et contribuer à la transparence des décisions.
– Inscrire leur activité dans une démarche qualité.

Le contenu d’un dossier d’une extrême complexité Pechiney et successeurs :
Sur le plan technique et scientifique, les gestionnaires successifs de l’entreprise sont en mesure de fabriquer les demandes et les réponses… de telle façon que la DREAL a les plus grandes difficultés à suivre faute de moyens humains, matériel qui ont été réduit au fil du temps.

Une opacité sur la nature exacte des contaminants, leur importance et leurs impacts, des tests en laboratoire non représentatif des réalités à venir que la DREAL ne peut prendre connaissance que sur papier.
– Absence de laboratoire performant à jour des technologies disponibles.
– Des missions théoriques fautent de moyens dans leurs périmètres.
– Manque de cohérence faute de politiques législatives.
– Une tutelle qui ne peut exercer ses responsabilités vers l’industriel.
– La faiblesse des moyens met en cause la parole publique.

La probable redéfinition à venir des missions de la DREAL pour une tutelle des régions, la remise en cause d’une indépendance théorique où les conclusions risquent d’être imposées plutôt qu’analysées.

Dans ce dossier il n’est que temps de regarder en face les problèmes, les réalités et de les affronter en se posant les questions qui dérangent, nos dossiers déposés auprès des autorités le sens de nos démarches.

Simiane Collongue le 08/11/2018 Michel Mazzoleni.