BOUES ROUGES : COMMISSION MER DU 17/11/2017 – COMPTE RENDU DU PRÉFET.

20 Jan

Le vendredi 19/01/2018, le compte rendu nous a été communiqué.

Extraits de nos interventions du Professeur de biologie marine Henry Augier pour la science  Président d’UCL et de Michel Mazzoleni  auteur du blog La Loupe de Simiane Collongue directeur financier à la retraite pour la partie économique de l’usine.

L’intégralité du document est disponible sur demande. Pour la première fois nos revendications ne sont pas ignorées, une action sans tarder est incontournable.

Nous demandons la mise en oeuvre effective d’une expertise de la canalisation sur l’ensemble de son tracé notamment 7,7 km en mer ou l’ouvrage menace ruine, des fuites ont été constatées, rapportées aux autorités, images et documents précis déposés.

Nous soutenons l’initiative de cette tierce expertise que l’autorité préfectorale envisage conformément au courrier du 03/08/2017 de M. le préfet Bouillon à mon attention et confirmé lors de la Commission de Suivi mer du 17/11/2017.

Agir un impératif avant une catastrophe ?

Bref rappel, rien ne peut se faire à Gardanne hors Rio Tinto, depuis 2007, la cession partiel d’actif de 2012 ce qui a permis de découvrir le nom Altéo.

Il est vraisemblable que les décisions se prennent à Montréal chez Rio Tinto:

1/ Contrat d’approvisionnements exclusif à long terme de minerai de bauxite, extraction locale  par CBG 49 % état Guinéen et 51 % les 3 actionnaires elle est filiale, Halco Mining of Delaware l’actionnariat Rio Tinto 45 % et Alcoa 45 %, Dadco 10 %.

A l’époque glorieuse Pechiney avait 10 % en 1963 après maintes transactions tout a été redistribué, plus rien à ce jour.

1/ Conditions et modalités font l’objet d’une question au Gouvernement déposé en janvier 2016 par le député Premat à M. Macron ministre de l’économie qui n’a pas répondu laissant à son successeur Michel Sapin le soin d’y remédier en mars 2017 avec en une ligne « secret fiscal ». Ainsi va la République

2/ Propriétaire des brevets voir une location comme la licence du procédé Bayer.

3/Propriétaire de la canalisation et de son état, expertise par PIG pour le moins.

4/ L’opération de cession de 2012, a offert à Altéo 32 millions de dollars payable en 4 ans, sous le vocable « créance dite de Gardanne » afin de faciliter la transaction ? Sauf que la dernière échéance était fin 2016. Altéo n’a plus de subvention de son vendeur.

5/ La nomination du Garant du débat public a permis sa saisine sur l’ensemble des sujets.

6/ Les comptes sociaux d’Altéo enregistrent des pertes à fin 2016 de près de 50 millions d’euros, les pertes estimés pour 2017 15 millions d’euros, l’impact de la créance RTG ?

Dans ces conditions l’entreprise sauf à être recapitaliser n’a pas les moyens de faire face à une dépollution, démantèlement des éléments non provisionnés dans ses comptes.

D’après le traité d’apports, l’acte notarié du 31/07/2012, les différentes certification des comptes sociaux, Altéo n’aurait pas de responsabilité environnemental. Qui ?

Lorsque que l’on sait que 3 usines ont été vendues sur les 4 à l’origine ce qui a permis de retirer 50 % de la mise de fonds initiale et que l’usine d’électrolyse de Dunkerque a été vendu au 01/01/2018. Rio Tinto en France n’existe plus.

Un dossier complexe, volumineux Pechiney et successeurs qui mérite une attention très particulière des autorités qui se gardent bien de mettre en oeuvre des vérifications , investigations lorsque l’on aborde la face cachée de la finance, ses circuits, ses objectifs.

Des bruits circulent sur la vente de Gardanne par HIG, exposé fait lors de la Commission de Suivi en présence de son auteur, ce qui n’a pas été repris au compte rendu. Pourquoi ?

Nous soutenons l’initiative d’une tierce expertise dès lors qu’elle sera effective du Préfet et nous sommes à sa disposition avec nos spécialistes citoyens.

Nos associations fédérées dans l’Union des Calanques Littoral (UCL) sont au nombre de 42 nous adresserons à M. le préfet notre motion de soutien avec comme partenaire et coordinateur La Loupe de Simiane Collongue et ses 23 000 lecteurs depuis fin 2015.

N’oublions pas que Marseille est désigné ville hôte pour les jeux Olympiques de 2024 pour les sports nautiques.

Les rejets en mer aux effets cumulatifs, boues rouges, stations d’épuration de La Ciotat, Cassis, Cortiou Marseille, le fleuve Huveaune, les anciennes industries de Marseille sud, le port maritime avec ses bateaux qui recrache du fuel lourd, la galerie de la mer, le pourtour de Berre, l’industrialisation de Fos cela existe.

Loin de la carte postale idyllique, du soleil, la région sera auscultée et la vaste poubelle que constitue la méditerranée, du golfe de Fos à celui de Toulon une vitrine mondialement connue  de la France pour laquelle il faut réagir rapidement, fermement.

Michel Mazzoleni.

 

 

Publicités

BOUES ROUGES : LA VÉRITÉ SUR LA TOXICITÉ ET LA NOCIVITÉ DES REJETS INDUSTRIELS – IMPACT SANTE HUMAINE.

18 Jan

Rappel de nos publications, par le professeur Henry Augier éminent biologiste marin, Président de l’Union des Calanques Littoral (UCL), les éléments communiqués à la Commission Européenne qui instruit notre plainte contre l’Etat français du 11/01/2017.

En réponse de l’ensemble des autorités malgré nos relances, le silence assourdissant des profondeurs. C’est intolérable, ne parlons pas de démocratie un langage inconnue.

Les eaux de baignades parlons en ? Les effets cumulatifs avec les stations d’épuration de La Ciotat, Cassis, Marseille, l’huveaune, la Galerie de la mer (exhaure des eaux souterraines anciens travaux minier de Gardanne) l’étang de Berre, les industries du golf de Fos, cet ensemble mérite un vaste plan d’investissements afin d’améliorer la situation.

Ce que l’on rencontre dans nos eaux en dehors du soleil pour touristes et autochtones.

La vérité sur la nocivité des rejets industriels dans le parc national des calanques

 Des boues rouges aux effluents liquides polluants.

 L’usine d’alumine de Gardanne a arrêté son rejet de boues rouges dans les calanques le 31 décembre 2015, après 50 ans d’impunité ! A cet effet, elle a mis en place des filtres presses qui donnent deux fractions : une fraction boueuse transformée en « bauxaline » et une fraction liquide. La bauxaline aurait des applications dans le bâtiment et la couverture des routes ; elle rejoint aussi les dépôts à terre qui menacent la santé des riverains. Ne sachant que faire des effluents liquides, l’industriel Altéo a demandé et obtenu l’autorisation, par arrêté préfectoral du 28 décembre 2015, de les rejeter au même endroit et par la même canalisation défectueuse que les boues rouges, et pour longtemps !

Un sacré cocktail de produits chimiques toxiques !

 Comme la bauxaline, selon l’industriel, est dépourvue de polluants, cela signifie que les produits toxiques contenus dans les boues rouges ont été transférés en quasi-totalité dans les eaux qui sortent des filtres presses. La liste de ces substances, donnée par l’industriel et complétée par l’ANSES, est impressionnante, autant que leur pouvoir toxique : soude (toxique), aluminium (toxique, perturbateur neurologique, perturbateur cellulaire), fer (perturbateur de la reproduction et de la croissance), arsenic (forte toxicité), vanadium (désordres respiratoires, digestifs, sanguins et neurologiques), titane (toxique pour le plancton), molybdène (perturbateur endocrinien), bore (toxique), chrome (toxique), sélénium (toxique), manganèse (toxique), plomb (saturnisme, perturbateur sanguin, dysfonctionnement reins, foie, système nerveux), cuivre (algicide, atteinte à la base des chaînes marines trophiques), zinc (perturbateur photosynthèse et respiration, cancérigène), antimoine (toxique, possibles lésions hépatiques, rénales et cardiaques), cadmium (maladie Itaï, déformation du squelette), étain (ravageur des parc d’aquaculture), uranium (toxique), lithium (effet possible sur la fonction rénale), nickel (toxique, perturbateur du développement larvaire), cobalt (toxique), argent (toxique sur les stades larvaires), mercure (névropathie, paralysie fonctionnelle, destruction des reins) phénols, 16 hydrocarbures aromatiques polycycliques (forte toxicité, dysfonctionnement cellulaire, cancérigènes), 7 polychlorobiphényles (réduisent l’immunité naturelle, cancérigènes), 7 dioxines et 10 furanes (seuil de toxicité très bas, dysfonctionnement hépatique, nerveux, endocrinien, cancérigènes), 6 composés benzéniques (aberrations chromosomiques, cancérigènes), 1 phtalate (possibles effets sur le foie et les reins, le système reproducteur mâle, possible perturbateur endocrinien), 4 alkylphénols (perturbateurs endocriniens) et 2 polybromodiphenyléthers (perturbateurs endocriniens), 3 organoétains (perturbation de la reproduction et du système immunitaire, malformations morphologiques. Leur utilisation dans les peintures anti-foulings des coques de bateaux a eu des effets dévastateurs sur les parcs d’aquaculture des moules et des huîtres).

Un rejet annuel phénoménal !

L’industriel essaye de minimiser l’impact de ces polluants sur la vie marine en arguant de leurs très faibles concentrations dans l’effluent rejeté en mer. C’est effectivement ce que montre l’examen des tableaux produits par Altéo. Or il ne s’agit pas de raisonner à partir de ces chiffres qui sont minimisés par la dilution considérable de la fraction liquide sortant des filtres presses, au départ de la canalisation, pour un problème de charge dynamique. Il faut, au contraire, raisonner sur les quantités réelles déversées en mer ; ce qui ne figure pas dans les rapports et c’est pourtant l’essentiel ! On peut être dans les normes de rejet, mais condamnable par les quantités rejetées. C’est le cas d’Altéo. Cependant les calculs sont rendus difficiles car il n’est pas précisé à quel volume d’eau s’appliquent les taux des différents polluants, ni dans le rapport préfectoral, ni dans celui de la DREAL. Dans le rapport d’Altéo, il est seulement indiqué « suivi des rejets ». Il parait alors légitime de prendre en compte le débit de 270 m3/heure.

Sur cette base et sauf avis contraire, sachant qu’un m3 est égal à 1000 litres, on peut dire que le débit horaire est 1000 x 270 = 270.000 litres. La quantité d’eau polluée journalière s’élève donc à 270.000 litres x 24 (heures) = 6.480.000 litres. Le rejet annuel devient phénoménal : 6.480.000 litres x 360 (jours) = 2.332.800.000 litres. Les quantités de polluants sont alors les suivantes :

. Aluminium : 192 mg/l x 2.332.800.000 = 447.897.600.000 mg = 447.897 kg arrondis à 448 tonnes.

. DCO : 139 mg/l x 2.332.800.000 = 324.325.920.000 mg = 324.325 kg arrondis à 324 tonnes.

. DBO5 : 48 mg/l x 2.332.800.000 = 111.974.400.000 mg = 111.974 kg arrondis à 111 tonnes.

. MEST : 3,8 mg/l x 2.332.800.000 = 8.864.640.000 mg = 8864 kg.

. Arsenic : 0,0055 mg x 2.332.800.000 = 128.304.000 mg = 128,3 kg.

. Vanadium : 0,37 mg x 2.332.800.000 = 863.136.000 mg = 863 kg.

. Mercure : 0,0005 mg x 2.332.800.000 = 116.640 mg = 116 kg.

Il faudrait encore multiplier ces chiffres par 6 pour la durée de 6 ans ; on aurait ainsi pour l’aluminium : 448 t x 6 = 2888 tonnes ! Une bagatelle !

Amplification et aggravation de l’impact des polluants sur la vie marine.

Phénomènes de cumul.

La plupart des polluants sont peu ou pas biodégradables et sont donc quasi indestructibles. C’est le cas de tous les métaux et de l’arsenic (car ce sont des éléments) et même d’autres produits comme les redoutables PCB. Aussi ces poisons ne vont pas cesser de s’accumuler par addition continue dans le temps, proportionnellement au volume du débit horaire (270 m3/h). Cet aspect n’est pas pris en compte !

 Concentration le long des chaines alimentaires.

La majorité des investigations sur la pollution de la mer en France, ne prennent pas en compte un phénomène important d’aggravation de la toxicité, celui de la concentration le long des chaines alimentaires et des réseaux trophiques. A chaque passage d’un maillon à l’autre la concentration du produit augmente. Ainsi un polluant peut se trouver à l’état de trace dans l’eau de mer et à des concentrations de plus en plus élevées depuis le phytoplancton jusqu’aux gros poissons, en passant par le zooplancton, les petits poissons et les moyens poissons. C’est ce phénomène qui est à l’origine de la mort et de la paralysie par névropathie des pêcheurs japonais de Minamata ayant consommé du thon contaminé par du mercure rejeté par une usine de production d’acétylène.  Cet aspect n’est pas pris en compte !

 Addition des charges polluantes.

Le rejet industriel d’Altéo n’est pas isolé. Il s’ajoute à la pollution de la Méditerranée (« bruit de fond »), à l’apport du fleuve Huveaune détourné dans les calanques et aux rejets urbains massifs, insuffisamment traités, de l’agglomération marseillaise. Ainsi les poissons analysés par l’ANSES sont contaminés dans la zone d’influence du rejet, mais également dans la zone témoin ! La somme de ces apports peut s’avérer suffisante pour faire franchir des seuils de toxicité irréversibles pour la flore et la faune marines. Cet aspect n’est pas pris en compte !

 Sensibilité particulière des formes juvéniles, interruption des cycles de vie.

 Les seuils de toxicité sont essentiellement estimés pour les organismes adultes. On néglige ainsi les stades juvéniles de très nombreuses espèces, dont le seuil de toxicité est beaucoup plus bas. Il s’agit des œufs, spores, larves, alevins, etc. La mort par intoxication de ces formes juvéniles tronque le cycle de vie et raréfie les populations adultes. C’est ainsi qu’on explique, en partie, la raréfaction des populations d’oursins par la mort des larves « plutéus », beaucoup plus sensibles à la pollution que les adultes. Or le cycle de vie de la plupart des espèces marines, y compris les poissons et les organismes du plancton, comporte, au début de leur existence, un tel stade d’extrême sensibilité à la pollution. Cet aspect n’est pas pris en compte !

 Des conditions aggravantes de pollution par la nature de l’effluent.

 Les boues rouges avaient une densité supérieure à l’eau de mer, ce qui explique leur écoulement dans le canyon de Cassidaigne jusque vers les grands fonds. Par contre, la fraction liquide, qui a remplacé ces boues, a une densité plus faible que l’eau de mer. Ces eaux ont donc tendance à remonter vers la surface et à être dispersées par les vents et les courants sur l’ensemble de la partie marine du parc et au-delà. Cet aspect n’est pas pris en compte !

 Une situation incompatible avec le droit national et les conventions signées par la France.

Cette situation est inadmissible, intolérable, scandaleuse et incompatible avec la loi qui régit les Parcs Nationaux, le droit européen, la loi littorale, le code de l’environnement et les Conventions internationales signée par la France (Barcelone, Syracuse, Athènes, etc.).

Seule solution : donner un sursis de 2 ans pour que l’usine s’équipe d’une station d’épuration avec pour objectif : pollution zéro, arrêt total du rejet, recyclage des eaux redevenues propres.

Nous sommes à l’ère de l’illogisme le plus flagrant. Créer un espace ultra protégé par son statut de Parc National, et, à l’opposé, autoriser de les empoisonner au seul profit d’un industriel peu lesté de scrupules, à l’usine finissante, avec la bénédiction des autorités locales et nationales !

On ne peut tolérer que les Calanques soient le seul Parc National au monde discrédité par un permis de polluer et de tuer le vie marine.

 Marseille le 21 juin 2017.                                                         Professeur Henry Augier

Président d’Union Calanques Littoral

 

 

BOUES ROUGES : PLAINTE CONTRE L’ETAT FRANÇAIS A BRUXELLES.

17 Jan

J’ai décidé de rendre mes interventions publiques, quelques indiscrétions sur ce sujet par le milieu associatif avisé en son temps ont permis à quelques « aigres fins » de tenter de se prévaloir de ce travail. Ils se reconnaîtrons.

En l’absence de réponse définitive après une salve de questions posées à l’Etat Français, les réponses sont arrivées fin avril 2017 à Bruxelles, la décision de la Commission de poursuivre ou pas m’était annoncé pour fin septembre 2017.

Les infractions relevées, confirmation par courrier accusé réception du 01/02/2017 ( extraits) suite à ma saisine du 11/01/2017.

Identifier les conditions d’exploitation de l’usine de Gardanne, conformité aux règles UE

Par rapport aux Directives :

2006/21/CE (déchets de l’industrie extractive).

Cadre sur l’eau (DCE) du 23/10/2000 et 2008/105/CE (modifié par directives 2013/39/UE du 16/12/2008.

92/43/CEE du 21/05/1992 (dite habitats).

2010/75/UE du 24/11/2010 relative aux émissions industrielles (DEI)

Mes relances auprès de la Commission et de son directeur M. Kremlis sont restées vaines à ce jour. Après une année cela me semble intolérable je suis donc intervenu une nouvelle foi et vivement même si la procédure est confidentiel tout au long de l’instruction.

Le numéro de dossier est  EUP (2017) 9133. une copie du courrier de la Commission du 01/01/2017 a été diffusé ce matin par mails auprès des opposants connus aux boues rouges.

A ma demande, ce sont joint à ma saisine fin janvier 2017, Henry Augier président d’Ucl, Aldo Franco spécialiste canalisation de Cassis et G. Rivoire de La Ciotat.

D’autres démarches importantes avec dossiers sont terminés. La diffusion s’opérera chaque semaine, je change de stratégie, la courtoisie c’est du passé.

 

 

BOUES ROUGES : RÉPONSE DU 03/08/2017 DU PRÉFET BOUILLON.

15 Jan

A ce jour le compte rendu de la Commission de Suivi mer du 17/11/2017 n’est toujours pas rendu public. Ce qui est totalement inconcevable.

Le détail de l’exposé et des documents remis sont explicités sur ce blog, la publication du courrier de M. le préfet Bouillon avant son départ a été repris en détail lors de cette commission.

Ainsi que la demande d’une Commission plénière concernant essentiellement la face cachée de la finance les modalités et conditions d’achat du minerai de bauxite en Guinée, l’économie et les comptes sociaux de 2013 à 2017 soit 70 millions de pertes cumulées.

A suivre, éléments terminés :

La saisine du député Eric Diard et président de la mission « verrou fiscal de Bercy ».

La saisine du défenseur des droits Jacques Toubon.

Ma plainte contre l’Etat Français auprès de la Commission Européenne est toujours d’actualité, dans cette bataille Henry Augier président de l’Union des Calanques Littoral m’a rejoint ainsi que deux citoyens de La Ciotat et de Cassis.

LE TEXTE RETRANSCRIT (PDF). Nous n’avons toujours aucune réponse des services spécialisés de l’Etat.

Liberté • Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

PRÉFET DES BOUCHES-DU-RHÔNE

Direction départementale de la Mer, Service de la Mer Eau et Environnement

Marseille, le 03/Aout/2017.

Monsieur

Suite à la dernière Commission de Suivi de Site (CSS) du 6 juillet 2017 concernant l’établissement ALTEO, vous m’avez remis un courrier cosigné par « La Loupe de Simiane Collongue » et « Union des Calanques Littoral » pour demander notamment des précisions sur le suivi de l’état de la canalisation en mer de l’exploitant ALTEO.

Dans le cadre de l’arrêté préfectoral du 28 décembre 2015 portant concession d’utilisation des dépendances du Domaine Public Maritime, je vous précise que exploitant est tenu de respecter le cahier des charges de la concession- Celui-ci prévoit notamment l’entretien des ouvrages.

Actuellement, l’exploitant a transmis aux services de l’État un Programme de Sécurité et d’Intervention (PSI) ainsi qu’un Programme de Surveillance et de Maintenance (PSM) des canalisations sous-marines dans les délais impartis.

Après analyse, mes services ont demandé des informations complémentaires à l’exploitant.

Une validation spécifique de ces documents est prévue et l’État se réserve le droit de recourir à une tierce-expertise, le cas échéant-

En outre, un contrôle d’une partie de la canalisation sera effectué par un plongeur sous pilotage Etat, en complément de celui déjà prévu par l’exploitant-

Par ailleurs, je vous informe que j’ai transmis votre dossier à l’exploitant, afin qu’il puisse répondre aux interrogations portant spécifiquement sur la zone de talus en fin de plateau continental, et ce au regard des investigaüons techniques dont il dispose.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Signature du Préfet Stéphane Bouillon.

( SUIT Mon adresse personnel) Original disponible sur demande.

 

 

BOUES ROUGES : Mr. HULOT ON SE BOUGE ?

11 Jan

Des démarches communes afin d’obtenir un rendez vous auprès de notre Ministre de l’Écologie depuis sa prise de fonction, tant par mails que courriers sont restées infructueuses. Une nouvelle relance a été adressée ce jour par :

Le professeur d’Etat en biologie marine, auteur de nombreux ouvrages et de publications, président de l’Union des Calanques Littoral (UCL) une action fédérative de 40 associations qui s’ opposent aux rejets en mer, des boues rouges ou effluents industriels depuis le 01/01/2016 chargé de résidus avec un débit de 270 m3 heure.

Le créateur et l’auteur des contributions  de ce blog, ancien directeur financier au sein du groupe Bolloré à la retraite, ses investigations sur les modalités et conditions d’achats du minerai de bauxite en Guinée avec inscription aux questions du gouvernement en janvier 2016 déposé par mon partenaire le député C. Premat.

Après 18 mois de silence de Mr ministre et Président de la République Mr. Macron la réponse de Michel Sapin en mars 2017  » secret fiscal » le contenu en une ligne.

Les fidèles lecteurs de ce blog soit plus de 22000 qu’ils soient remerciés pour leur fidélité qui ne se tarit point chaque jour.

Vous aurez à découvrir prochainement, ce qui ne dépend pas de ma volonté :

Le courrier à mon égard du 03/08/2017 du Préfet Bouillon juste avant sa mutation.

Le compte rendu de la Commission de Suivi du 17/11/2017 que l’on attend toujours, je ne puis pour l’instant publier le texte intégral du Préfet par délicatesse pour les décisions que vont devoir prendre les institutions.

En ligne vous trouverez les textes de mon intervention. La demande d’aborder le sujet finance, économie, comptes sociaux pour la prochaine Commission plénière vers Mars 2018.

Le courrier au président Macron lui rappelant la question sur les conditions d’achats du minerai de bauxite de Guinée resté sans réponse de novembre 2017.

Les demandes de vérifications des factures qui se trouvent entre les mains des douanes ainsi que le lieu de paiement (probablement le Delaware) et dans la comptabilité de l’industriel n’ont pas entraîné l’enthousiasme des autorités, en restant vaines.

Dans ces conditions la saisine du défenseur des droits dans le cadre de la Loi Sapin 2 sur la corruption ( 2016) s’impose : 1/ modalités et conditions d’achats du minerai. 2/ La facturation export soit près de 80 % du chiffre d’affaires de l’usine sur 211 millions €.

Curieusement, le même signataire mais antagoniste M. Sapin.

Ce que nous aurons à dire à M. Hulot mon partenaire Henri Augier et moi même est volumineux complexe, l’amateurisme et les spécialistes pour exister du copié/collé n’on aucune chance d’y voir clair pour exprimer un point de vue incontestable, factuel auprès des autorités que le « pipeau de la communication politique ».

Fidèles lecteurs nos meilleurs vœux pour 2018.

 

 

 

BOUES ROUGES : LA FACE CACHÉE DU CAPITAL – LA PAUVRETÉ UNE RÉALITÉ.

19 Déc

Je souhaite à nos décideurs de bonnes fêtes de fin d’années avec dindes et marrons.

 PAUVRETE INSOUTENABLE

 

Le contexte, la publication intégrale des conditions et modalités d’achats du minerai de bauxite est prévu pour début janvier 2018.

BOUES ROUGES : DE LA BAUXITE DE PROVENCE A CELLE DE GUINEE.

13 Déc

Les Baux de Provence, une roche rouge (latérites) composé d’hydroxyde d’aluminium et de silice était découverte » la bauxite, l’or de Provence »

  • Berthier 1821 nom Terre d’Alumines.
  • Dufrénoy 1847 nom beauxite. (Pas de faute).
  • Clair Deville 1861 nom bauxite en référence au nom du village.

Le procédé Bayer, 1887, utilisé à ce jour par 95 % des raffineries, le minerai du Var permettra au début du 20 -ème siècle l’implantation autour de Marseille de 6 raffineries, voie ferrée, eau, main d’œuvre justifient ces localisations.

Elles fermeront laissant des friches, Gardanne est la rescapée, création 1894.

La Guinée aux réserves de minerai colossales sera exploitée dès 1960 par les multinationales pour devenir fournisseur exclusif, quantité, prix via des contrats de 20 à 30 ans et un lieu de paiement « le Delaware via Halco Mining (CBG).

Mes rencontres avec le minerai :

  • 1965, La Ciotat/Cassis les rejets en mer, la canalisation.
  • 1983/1987, La Roquebrussane, friches minières du Var.
  • 1988/2018, voisin de l’usine sur le versant sud de la colline des Molx, je mesure l’évolution environnemental et la qualité de l’air.
  • 2015, découverte de la décharge de Mangegarri.
    • Dépôt de nombreuses remarques à l’enquête publique qui aboutira à l’Arrêté du 28/12/2015, aucune réponse pertinente.
  • De 2015 à 2017, 118 contributions publiées, blog La Loupe de Simiane.
    • Ausculter les mémoires d’un riche passé humain et industriel.
    • Apprécier les réalités, se projeter et tenter d’anticiper l’avenir.
    • Gardanne seule, face à l’hégémonie « chinoise » claps de fin ?
    • La finance, la face cachée, les pertes, Gardanne seule.

Mes actions, les recours comme partenaires :

  • Auteur de la plainte contre l’Etat Français auprès de la Commission Européenne du 11/01/2017, rejoint fin janvier par UCL et deux citoyens de Cassis et La Ciotat. Décision de poursuites ou pas de l’Etat Français imminente, l’objet des infractions, suivant n° dossier confidentiel :
    • Directive 2006/21/CE déchets de l’industrie extractive.
    • Directive cadre sur l’eau (DCE) du 23/10/2000 – Directive 2008/105/CE modifiée par 2013/39 UE du 16/12/2008.
    • Directive 92/43/CEE du 21/05/1992 (dites habitats).
    • Directive 2010/75/UE du 14/11/2010 relatives aux émissions industrielles (DEI).
  • Tribunal Administratif de Marseille février 2016, introduit par UCL, plein contentieux, annulation de l’Arrêté du 28/12/2015 mémoires complémentaires (2 en 2017). Date de plaidoirie non fixée.
  • Interventions auprès des Ministères, Préfecture, la réponse du Préfet Bouillon du 04/08/2017 ne ferme pas la porte à une tierce expertise de la canalisation.
  • Participation active Commission Suivi mer du 17/11/2017, dossier complet remis au préfet et aux participants, les questions restées sans réponse, un dialogue pourrait s’instaurer à la demande du Préfet.
  • Courrier au Président de la République du 29/11/2017 pour lui rappeler son absence de réponse à la question au gouvernement déposée par le député Premat le 19/01/2016 avec qui j’ai collaboré sur le sujet « les modalités et conditions d’achats du minerai de bauxite «.

La raffinerie de minerai de bauxite (aluminerie) de Gardanne :

Importation d’environ 1 million de tonnes de minerai pour une production d’alumine de près de 400 000 t dont 300 000 t. destiné aux 3 usines vendues au 01/01/2017 ce qui ajoute à sa fragilité, le cumul avec le manque de rentabilité soit 70 millions € de pertes en 5 ans, gestion HIG portage pour Rio Tinto de mai 2012.

Cet acte de bravoure sera récompensé par un chèque de 32 millions $ payable en 4 ans par le vendeur à l’acheteur via Altéo ce qui n’est pas banal, échéance 2016.

Depuis le 01/01/2016, le débit du rejet de 270 m3 / h correspond à une absolue nécessité d’accentuer l’usure de la canalisation. 140 m3/ h un prélèvement au Puits de l’Arc à Rousset alors que la solution aqueuse ne serait que de 130 m3/h. La Provence zone en arrêté sècheresse, Altéo n’est pas concerné ?

Gardanne n’a jamais produit d’aluminium, les capacités de production de l’usine en cas de perte des marchés ne pourront pas faute de transformation profonde et d’investissements massifs produire ce métal à forte valeur ajouté près de 2000 euros la t. alors que l’alumine paie 300 euros la t.

Le choix de réaliser une usine moderne pourtant évoqué dès 1960 à Fos par Pechiney a été abandonné. Par contre, Pechiney Dunkerque (électrolyse) la 1 ère usine construite en France depuis 1960 démarrera le 03/11/1991 avec des conditions environnementales acceptables et un contrat favorable avec EDF.

Dunkerque, environnement et industrie;

 

dunkerque photo usine

 

Gardanne, une implantation obsolète en ville.

IMAGE USINE FIGARO EXCELLENT
Un Groupe nationalisé en 1981, privatisé en 1995 à qui l’on ne pouvait rien refuser fort de 30 000 salariés a été conduit à un démantèlement sans aucune recherche de responsabilités en France comme en Guinée.

La survie de Gardanne l’enjeux, un futur repreneur, un leurre, un artifice ?

Les décisions se prennent à Montréal chez Rio Tinto et certainement pas chez les « besogneux » de Gardanne. Les autorités Françaises des partenaires passifs ce qui reste un mystère pour ce présent billet.

L’accumulation des données, les archives, les éléments factuels, permettent d’éclairer des réalités de Pechiney et successeurs, la suite à paraitre sous peu « Voyage de Provence en Guinée, le minerai de bauxite et ses dérives. »

Le support aux actes de corruptions ? Les eaux troubles ? A suivre.

 

Simiane Collongue le 12/12/2017                         Michel Mazzoleni.

 

BOUES ROUGES : LA CANALISATION SON ETAT PRÉVISIBLE. CORROSION et REJETS.

1 Déc

Une pêche miraculeuse, rivière souterraine à Port Miou. Un tronçon de la canalisation récupérée début octobre 2017 et il reste 7,7 km à investiguer.

Des photos ont été prises par la capitainerie placé sous la responsabilité de Mme Millon a qui nous avons demandé des copies par mail. Aucune réponse.

En effet, des traces rouges ont été laissées sur le parking, celle d’un objet traîné et lourd..

Expertise en cours du métal intérieur/extérieur  avec  demande identique déposée auprès du Préfet avec les photos et vidéo de notre plongée.

J’attends  le communiqué de la Commission de Suivi du 17/11/2017 pour m’exprimer complètement sur mon intervention et pour la suite qui pourra être donnée.

Attente d’une réponse du Président de la République, mon courrier détaillé du 29/11/2017 après la relaxe obtenue pour notre plongeur, la mairie de Cassis déboutée.

Un jugement motivé que conteste Mme. Millon que son aveuglement à lancer l’assignation contre Antenne 2 et notre ami plongeur n’avait pas anticipé.

La Commission de Suivi mer du 17/11/2017, ce qui a été abordé dans ce chapitre :

83 métaux lourds, perturbateurs endocriniens, PCB, stations d’épuration ce qui mériterait d’approfondir les réalités, Huveaune, Callelongue.

Un rejet depuis le 01/01/2016 à la densité plus faible que l’eau de mer qui aura tendance à remonter en surface. Commission de Suivi mer du 17/11/2017.

Restons lucides et bonne baignade, la santé humaine sans risques, une garantie ?

Au final, 3,2 millions € et 100 000 €. Comprend qui voudra la logique de notre maire.

Mettre fin aux rejets devrait être la priorité du premier magistrat, le vrai combat.

A suivre.

troncon port miou

 

REJETS EN MER. MAIRIE DE CASSIS DEBOUTEE PAR LA JUSTICE.

28 Nov

 

Notre équipe de plongeurs, NOX Diving auteur de nos images et vidéos sous-marines sous la houlette d’Aldo Franco a été relaxé, ils avaient prétés leurs concours à Antenne 2. Le résultat du délibéré du 28/11/2017 Tribunal de Grande Instance de Marseille, la commune de Cassis et Mme. Milon déboutée, condamnée aux dépends et à l’article 700 en 1 instance.

Absence des représentants municipaux de Cassis à la lecture du délibéré.

1 er acte.

1/Les coulisses du Tribunal Correctionnelle de Marseille audience du 05/09/2017, procédure contre Antenne 2 « Calanques en eaux troubles » la demande de la mairie de Cassis, 3,2 millions €.

Mme le maire de Cassis dépositaire de l’autorité publique se laisse aller à une colère noire à la sortie contre notre ami Aldo Franco de Cassis.

Notre spécialiste des « canalisations sous-marine » son crime de lèse-majesté qui lui est reproché avoir communiqué documents et inventaire des questions posées à Mme. Milon et restés sans réponse aux avocats d’Antenne 2 et du Tribunal.

Un comportement constaté par quelques témoins, réitérés lors de la déposition à la gendarmerie. La plainte du citoyen de Cassis prospère auprès du Procureur de la République. A suivre.

CANARD ENCHAINE

BOUES ROUGES : COMMISSION DE SUIVI MER DU 17/11/2017. MON INTERVENTION.

18 Nov

Ma requête d’une tierce expertise pour la canalisation aura-t-elle été entendue ?

Sous la présidence de M. David Coste, sous-préfet, secrétaire général de la préfecture des Bouches du Rhône et des membres présents ma lecture du courrier du 03/08/2017 du préfet Bouillon à mon attention.

Confirmation par M. Coste du calendrier pour décembre 2017.

  • Programme de sécurité et d’intervention (PSI).
  • Programme de surveillance et de maintenance (PSM).

Les services spécialisés de l’Etat auront à procéder à une analyse de risques, l’industriel et les associations devront engagés un travail en commun sur la partie scientifique (Augier) canalisation (Mazzoleni).

Une précision annoncée aux participants, « l’Etat sera intraitable » au regard de la qualité et des engagements contenus dans les programmes, la menace d’une tierce expertise confirmée dans le cadre de la concession d’occupation du Domaine Publique Maritime du 28/12/2015 à Aluminium Pechiney.

Les membres ont reçu individuellement un dossier complet en deux temps, une vidéo et des images sous-marine au total 38 pages d’explications.

 LE TEXTE PRÉSENTÉ AU TITRE D’INVITE.

La canalisation Pechiney un sujet complexe, volumineux, lourd de conséquences pour la suite de l’activité de l’usine.

Le propriétaire, Aluminium Pechiney filiale à 100 % de Rio Tinto, bénéficiaire d’une concession du domaine public maritime (DPM) depuis le 28/12/2015 pour 15 ans juridiquement le transporteur, ses pertes abyssales ne garantissent rien.

L’utilisateur Altéo, une convention lie les parties, réparations, maintenance, surveillance et probablement pas les « grosses réparations » d’où l’intérêt d’obtenir une copie des engagements réciproques pour se prononcer.

Altéo peut-il engager le propriétaire ? Ses limites de responsabilité ?

Faute de temps la Commission de Suivi mer malgré la connaissance du dossier par ses membres ne peut pas aborder avec précision la masse des questions.

Une tierce expertise contradictoire serait l’occasion de réunions de travail organisées par les experts, nous pourrions déposer et commenter les documents.

Les images sous-marines révèlent s’il en était besoin et comme pour tout objet immergé, une colonisation massive de la flore par encroûtage sauf pour une toute petite partie dans la rivière souterraine et ce pour de multiples raisons.

Percer les mystères des profondeurs, sachant que la corrosion est un phénomène naturel, sournois qui fragilise et détruit le métal jusqu’à la rupture :

  • En 2014, Altéo avait envisager le passage d’un PIG afin de mesurer l’épaisseur résiduel du métal et l’état intérieur de la canalisation.
  • Altéo a probablement procédé à des essais d’épaisseur par ultrasons, ce qui oblige à décrouter afin de mettre le métal à nu de point en point.
  • Une visite détaillée par ROV à visionner sur l’intégralité en mer.
  • Statistiques d’accident sur ce type d’ouvrage, soit 38 ans d’après Altéo.

Le temps imparti ne permet pas de développer,

Des techniques de contrôle parfaitement maitrisées par les experts, le cahier des charges détaillés permet de fixer les demandes, obtenir des réponses précises, elle n’a jamais fait l’objet de ce type d’investigations poussées, les services spécialisés de l’état (DREAL/BRGM) pourrons jouer leurs rôles.

La canalisation Pechiney n’échappe pas aux effets de la corrosion. Il n’y a pas de miracle, les images de l’ouvrage permettent d’admirer la colonisation mais certainement pas l’état du métal, mesures d’épaisseur et autres constats :

  • Cette conduite est un « SLURRY » (cad : Tuyau utilisé pour le transport de matériaux par voie hydraulique sous pression) qui subit une usure permanente par abrasion due au frottement sur la paroi intérieure, préférentiellement sur la génératrice inférieure de part la densité des matériaux véhiculés et les turbulences actuelles de 270 m3 / heures.
  • Racleur intelligent PIG, (le rôle d’un scanner/Irm).
  • Ultra son, extérieur, épaissi mètre après décroutage.
  • Zone d’accélération, réparations multiples en résine d’époxy entre colliers fuyards, pansements décollés, des calages par sacs.
  • Protections électriques en « guirlande », notamment cathodique sont-elles en état de fonctionnement, une anode qui travaille normalement s’use et se change. Sur le parcours les anodes ne sont pas apparentes.
  • Un bracelet d’anode se fixe tous les 12 joints (1 égal 12 m.).
  • Les réparations, de l’habillage, manchettes, colliers, supports, calage, wrapping divers, ne sont pas fait pour éliminer les points d’usures graves qui se trouvent sous ce maquillage. (Pièces jointes).

Sous l’encroutage, la corrosion qui vire au chancre, piqûres, crevasses, fissures du métal.

  • Les zones de « free span » (caténaire), les images rapportent sur les quelques mètres visionnés, une conduite qui a besoins de supports afin de compenser la flèche.
  • Le déplacement du ROV a déclenché un nuage de boues rouges, profondeur et distance ont été effacées. Estimation 130/150 m.

Il ne me viendra pas à l’esprit l’achat d’une maison sans vérifier l’existence de dégradations, façade recouverte de lierre, ma réaction, l’enlever pour constater.

Après 50 ans d’utilisation, déchets abrasifs, rejets industriels aqueux, soude etc. le diagnostic qui devrait conduire à un renouvellement n’est pas improbable.

La situation financière d’Altéo, en cours de vente d’après notre député, un cumul

70 millions d’euros de pertes à fin 2017 après 5 ans de gestion HIG/Rio Tinto, ne permet pas de rassurer les salariés.

Pechiney, 30 000 emplois effacés, une gestion calamiteuse, il ne reste que l’usine de Dunkerque en cours de vente.

Gardanne reste seule après la cession de 3 usines, qu’elle assurance de continuer à vendre 80 % de sa production d’alumine ?

Judicieusement, une organisation méthodique en faveur de Rio Tinto :

  • Le portage en 2012 avec HIG, 32 millions $ perçu par Altéo en 4 ans.
  • Contrats d’approvisionnement du minerai, Guinée/Delaware.
  • La propriété des brevets, du savoir-faire.
  • La canalisation. La location du procédé Bayer.
  • Le chantage à l’emploi, un mode management qui a fait ses preuves depuis des décennies chez Pechiney et successeurs.

De fait, les décisions se prennent à Montréal et non pas à Gardanne. Les autorités devront faire face à leurs responsabilités à Paris et Marseille